"M'enfin, c'en était juste 12 ..."

Vient qui veut, c'est libre !

début du printemps - Ce jour-là... (voir la timeline)

Arise


Inventaire

0,00


(vide)

« -Ah putain, ça fait du bien par là où que ça passe ! ». Il était d’un coup devenu joyeux. Très joyeux même ! A en hurleur dans les rues calmes du bourg. Et les habitants qui essayaient de crier plus fort pour le faire taire. Il ne devait pas les comprendre tout simplement. Puis au détour d’une rue, à tout hasard, il finit par rejoindre la place. Celle avec la fontaine. Dans laquelle il manqua de tomber.

En remontant un peu plus tôt, on comprendrait. A quelques jours. Il avait voulu visiter les terres. Il s’y était même perdu. Trois jours à longer les parois rocheuses de la plaine pour retrouver le bourg. Trois jours entiers. Je ne sais pas si vous vous en rendez compte. Trois jours entiers à rester sobre. Pour lui, c’était trop. Alors vous imaginez bien que quand il est rentré au bourg ...
Lui-même ne savait pas. Que pouvait-être l’alcool ? Y dissipait-il ses problèmes ?— Ca devait en causer bien plus alors. Surtout qu’il ne se disait pas particulièrement malheureux. Le goût ? Il y a bien longtemps qu’il ne la savourait plus. Bref, on ne savait pas. C’était juste devenu une addiction.

Il avait juste voulu boire une chope de bière. Sauf qu’il n’avait pas un rubis. Alors il avait volé une bourse. Et minutieux comme il est. Il s’était contenté de rentrer dans une dame, violement. De lui arracher sa bourse alors qu’elle payait un commerçant. Puis de lui échapper. Très minutieux dans le sens où personne n’aurait pu le reconnaître. Caché sous une longue capuche, le reste sous sa cape. Puis seul les rubis et la bière comptaient. Les soldats on s’en foutait.
Il découvrit qu’une fois à la taverne. Il y avait là plus que pour une choppe. Tant mieux ! Beaucoup plus en fait. Il en prit une. Puis une deuxième. Et puis... enfin bref, il avait fini par en boire beaucoup. Trop comme d’habitude, à en être devenu ivre.

Pour en revenir à la place, il se mettait maintenant à apostropher les gens. Même un noble qui s’en trouvait choqué, à deux doigts de tomber dans les pommes ! Il se forçait un peu trop d’ailleurs, c’en était devenu ridiculement drôle. Puis une femme. A laquelle par chance, il n’avait raconté aucune monstruosité. Par contre cet enfant-là n’avait pas eu la même chance. Et les habitants qui y assistait sans rien faire. Enfin, si attendre un garde était faire quelque chose.
Roland, lui, continuait à tourner autour de la fontaine. La forme de la place lui faisait croire, à chaque fois qu’il repassait dans un même quart, qu’il était à un nouvel endroit. Et chaque visage en devenait nouveau. Alors il continuait de tourner, un sourire niais largement affiché, du moins le temps qu’il décuve, ce serait certainement moins drôle après, à gueuler et à dégeuler.


Pyrope


Inventaire

0,00


(vide)

[Je m'incruste un petit peu, l'ami !]

Ce pauvre type tournait bien là depuis un quart d'heure sans même s'en douter, si bien qu'elle commençait à le croire fou. Fou, non, mais bien saoul, oui. Et il avait l'air d'autant plus idiot à mesure qu'il tournait encore et encore. Sa "danse" commençait à faire pouffer de rire la Dame d'Argent, qui s'approcha néanmoins du jeune homme.

"- Eh bien, mon ami, vous avez l'air bien fait. Dans le sens où il doit vous être impossible de toucher votre nez en vous tenant sur une seule jambe à la fois. Alors ? Combien en avez-vous bues ?" conclut-elle en riant.

Les ivrognes étaient bien plus faciles à berner. Son physique avantageux l'y aiderait : ces types là une fois bourrés pensaient voir en toute belle créature la femme de leur vie...! Tellement amusant !