Tout ceux qui errent ne sont pas perdus

RP libre mais deux premiers post réservé à Endë et Roshu ;)

début du printemps - Ce jour-là... (voir la timeline)

Les premiers temps de la balade s'était fait sans trop d'encombres. Jetant quelques regards pour vérifier que les deux hommes la suivait, Saria gambadait joyeusement parmi les herbes. Le silence s'était installer entre les trois marcheurs des bois, seulement troublé par quelques bruits : les oiseaux, le son des pas dans la mousse et le tapis herbeux et le faible murmure musical de la sage.

La forêt lui inspirait toujours une certaine joie euphorique qui contribuait à son sourire constants. Mais il lui inspirait aussi beaucoup de ses mélodies et ses quelques notes qu'elle gravait dans sa mémoire. Jamais elle n'avait écrit de partition, n'y connaissant de toute façon rien à comment on écrivait une musique. Pour Saria la musique s'écoutait surtout, ne si lisait ou s'écrivait pas. Ces mélopées étaient faite à l’oreille, sur l'instant, créées par ses sentiments. Par ailleurs, pour elle le moment était parfait pour jouer une petite chanson qui ravirait peut être les cœurs et la forêt.
Sortant son petit ocarina de sa poche la mélodie de la sage vint briser le quasi silence des bois.

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Eckard Falskord


Inventaire

(vide)

Le garçon aux cheveux d'or suivait de près la petite kokiri qui leur indiquait le chemin. Les Bois Perdus avaient une ambiance bien différente de celle du village Kokiri. Beaucoup moins joyeuse sans pour autant paraître lugubre, quelque chose d'étrange dans l'air commençait à titiller les sens magiques du jeune homme. Comme si de nombreuses présences invisibles les observaient de loin, ou même de près, d'ailleurs. L'air se faisait plus lourd sans être suffoquant, la lumière bien moins omniprésente sans qu'ils soient plongés dans les ténèbres. Un entre-deux plutôt sarcastique, une balance hésitant de quel côté pencher. Ces bois étaient décidément emplis de bien des mystères. Plus les trois jeunes gens s'avancèrent, plus Endë oubliait d'où ils étaient venus. Le Londëyantien commençait déjà à ne plus se rappeler s'ils avaient tourné à droite ou à gauche, dix secondes plus tôt...
Alors, le garçon qui d'ordinaire savait garder son calme, semblait paniquer. Des sueurs froides se mirent à couler sur son visage et le long de son dos. Celui-ci se raidit, d'ailleurs. Tournant la tête à gauche, à droite, se retournant pour vérifier que personne ne les suivait, car il n'en était pas assuré. Le silence pesant ne l'aidait guère à conserver son calme, et pour autant, il ne parvenait même pas à parler lui-même, trop focalisé sur ces "présences" qu'il ressentait bien proches de lui. Tout ceci accompagné de la mélodie de l'ocarina de la fillette, un son pourtant joyeux, mais qui semblait bercer les lieux dans une toute autre danse macabre. Était-ce donc cela, les Bois Perdus ? Un endroit qui faisait sombrer dans la folie quiconque n'était pas un kokiri ? Il aurait du se méfier. Il n'y avait que peu de lecture au sujet des bois, et pourtant, celle-ci mettaient tous les hyliens en garde.
"Tout hylien qui pénètre dans les bois est un hylien de moins."

Quelle horreur, et en plus de ça, lui-même n'était pas hylien. Ce qui ne le rassurait pas du tout. Machinalement, ses pieds continuaient d'avancer sans relâche, derrière Saria qui faisait son petit bonhomme de chemin, concentrée sur la mélodie de son instrument. Puis le bondinet écrasa une branche morte sur le sol qui émit un craquement brisant le son de l'ocarina. La stupeur du garçon fut immédiate, et pourtant, il ne s'était pas passé quelque chose d'extraordinaire. Mais le bruit de la branche, mêlé à la cessation de la mélodie, le fit littéralement tomber par terre.


"Aaaaaaahhhhhhh !"

Toute la pression qu'il avait accumulée s'effondra en même temps que lui. Il était bien trop réceptif aux esprits de la nature -ceux des bois, en l'occurence- et ce n'est que maintenant qu'il s'en rendit compte. Néanmoins, il se sentait déjà mieux. Jetant son regard aux alentours, il se rendit compte que l'endroit n'était au final, pas aussi horrible que cela. Son imagination lui avait joué un sacré tour. Si toutefois il ne s'agissait bien que de son imagination...


Roshu Aaron


Inventaire

(vide)

Plusieurs légendes sont contées de génération en génération aux peuple hylien à propos des Bois Perdu . Des mythes concernant les plusieurs disparitions dans la forêt maudite . De simple légende basé sur des faits réelles . Un simple avertissement font frissoner les hyliens , elle est adresser à eux :

"Tout hylien qui pénètre dans les bois est un hylien de moins."

Le jeune sorcier comprend maintenant ces bois "maudites" . Les bois perdus est un gigantesque labyrinthe , une océan d'arbre massive , impossible de se localiser dans cet masse , les arbres se ressemblant tous les un après les autres et ces troncs d'arbre sombres où l'ont n’aperçoit rien dans l'ombre . Roshu suivait les pas de Saria et d'Endë , sous les airs de la mélodie de l'ocarina . Ce son apaisait l’atmosphère des bois , le rendant plus ... Rassurante . Mais l'environnement restait la même . Roshu regardait de gauche à droite , il vit plusieurs ombres furtives défilés en haut de ces arbres . Puis Endë brisa l'ambiance en criant et s’effondre par terre . Le sorcier tend sa main pour l'aider à se relever puis lui parla :


" Attrape ma main "

Il aidait le chevalier à se relever et continuait leur chemin dans les bois perdus quant tout à coup un skull kid apparaît devant les visages ébahis

[ Je suis vraiment désolé de mon retard mais je n'était pas très inspiré sur ce coup ... ]


Emportée dans sa mélodie, Saria ne faisait plus attention, tout du moins réellement, à ce qui l'entourait tant la densité forestière, l'atmosphère l'emportait dans une euphorie intérieur. Mais elle fut brisée en même temps qu'une branche. Ende avait fait craquer une fine brindille dans sa marche, tombant à la renverse te poussant un cri qui fit faire volte face à la Kokiri vers le pauvre homme.

Il n'avait pas l'air de supporter l'endroit. Chacun réagissait différemment à cet endroit mystique, certains s'y retrouvais comme dans un rêve, d'autre comme dans un cauchemar. Et cela avait été en apparence le cas pour Ende. Le pauvre n'avait pas l'air de supporter l'atmosphère ambiante. Tandis que Roshu l'aidait à se remettre sur pied Saria s'approchait de lui doucement affichant un visage inquiet.


"Vous vous sentez bien ?"

L'inquiétude qu’affichait la sage était réelle, si vraiment le chevalier ne se sentais pas de continuer, il fallait qu'elle le ramène absolument au village ou ailleurs, un endroit où il serait mieux. Ou s'il souhaitait continuer, peut être pourrait-elle tenter de l’apaiser par des moyens plus... Mystiques dont seuls les sages avaient le secret.
Tandis qu'elle le fixait de ses grands yeux verts comme la masse qui s'étendait tout autour d'eux un son caractériel et une énergie reconnaissable entre toute vint attirer son attention ailleurs. Un Skull Kid s'était invité dans leur promenade, peut être même était il là depuis longtemps... Et il ne fuyait pas devant les deux hommes qui accompagnait Saria. Chose rare, ces être préférant la fuite face à leur anciens congénères, ou l'attaque...

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Eckard Falskord


Inventaire

(vide)

Remit sur pieds grâce à l'aide du mage qui lui avait tendu une main salvatrice, le blond avait brutalement reprit ses esprits. Les quelques vertiges qui subsistaient furent ceux dus à son relèvement trop rapide. Il allait mieux maintenant.

"Merci, tout va bien."

Il leva les yeux, les arbres qu'on ne pouvait guère compter cachaient toute vue du ciel ici. Et pourtant, il faisait toujours clair dans les bois, était-ce la magie des fées ? Rabaissant son regard vers le sentier qu'ils suivaient, le guerrier d'or distingua ce que Saria semblait avoir déjà vu avant lui, sans dire mot. Un skullkid bien sociable s'était planté ici. Avait-il un problème ? Endë les savait farceurs, mais lui, il n'en fit rien. Sans paroles aucune, un air attristé subsistait sur le visage inexistant du gamin maudit. Le Londëyantien écarquilla ses yeux ambrés un instant et il comprit. Alors, sa tête se tourna vers le phoenixien qui se trouvait à côté de lui. Une mine interrogative, mais aussi compatissante et triste se dessinait progressivement sur le visage du blondinet. Il n'avait rien à dire, d'ailleurs, il ne put ouvrir la bouche. Son regard se porta à nouveau sur le skullkid. Le jeune homme comprit alors une dure réalité : l'aspect définitif et inexorable des errants des bois.

Mais une chose inattendue se produisit. Car personne n'osait parler. Le skullkid, tout petit, s'avança vers Saria -qui était la plus proche de lui- et s'agrippa à ses jambes comme un enfant avec sa mère. L'enfant maudit gémissait et pleurait des larmes noires. Ne faisant d'autre usage de sa voix que celui de pousser une longue plainte de désolation. C'était l'enfant en question, et sa transformation n'était pas achevée. Mais dans quelques instants, il aura tout oublié. Tout.
Endë le contemplait tristement, et baissa les yeux. Il avait découvert ce qu'étaient les Bois Perdus.


Saria fut soulagée, apparemment Endë allait bien. Sa crise semblait passer. Mais ce soulagement fut de courte durée quand l'enfant maudit vint s'accrocher à ses jambes. Il pleurait à chaudes larmes, se plaignant et gémissant. Bientôt il ne serait plus rien. Plus rien de ce qu'il avait été.
La sage en avait infiniment conscience, mais elle ne pouvait rien y faire. Rien faire à part apaiser ces pleurs. Ces pleurs qui lui faisait tant de peine... Il faudrait qu'elle fasse quelque chose pour empêcher de nouvelle tragédie comme celle ci. Et elle le ferait.

Se penchant délicatement elle prit le pauvre être dans ses bras et cala la tête de ce dernier sur son épaule, la main sur sa tête. Murmurant presque elle lui demanda de se calmer, de vider son esprit. Avec sa voix d'enfant elle entreprit de chanter pour lui. Doucement, à voix basse, très basse. Il était le seul à entendre ses mots.

A travers sa chanson elle lui conta l'histoire de la forêt, des arbres, leurs aventures. C'était une vieille comptine que l'on chantait aux jeunes kokiri qui n'avait pas encore atteint l'âge pour s'arrêter de vieillir. Pour apaiser leur chagrin. Son acte eut l'effet escompter et le pauvre être arrêta de pleurer, calmer apaiser. Sa mémoire commençait à voler en éclat et son passé à disparaître. Enfin quand tout fut fini il s'en alla, presque gaiment en laissant là les trois promeneurs.

Saria retourna auprès des deux hommes. S’adressant en premier lieu à Roshu ses dernières paroles étaient pour les deux.


"Je suis sincèrement désolée pour vous... Rien ne pouvait être fait. Pardon.
Il est temps de rentrer désormais, sauf si vous souhaiter continuer la balade, mais après une telle scène... Je vous conseillerai plutôt de vous détendre au village."


Avec son habituel sourire au lèvres elle ne put qu'attendre la décision de ses compagnons.

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Eckard Falskord


Inventaire

(vide)

Une vision horrifiée n'était pourtant pas ce qui aurait pu qualifier l'impression qu'avait le jeune homme du désert. Il était... estomaqué. Son regard compatissant tendait légèrement sur l'apparition des larmes, pour lui aussi. Endë serra le poing, autant que sa mâchoire. Véritablement triste de n'avoir pu venir en aide à ce jeune enfant déboussolé, détruit, désolé. Accroché aux jambes de la kokiri, ses plaintes semblaient faire frémir les esprits de la forêt. Et alors que Saria le prenait dans ses bras, tout en lui fredonnant un air sylvestre, sa peine semblait progressivement diminuer. Les pleurs incessants ralentirent en cadence, se faisant de plus en plus inaudibles, jusqu'à disparaître. Puis un sourire apparut sur le faciès obscur de l'enfant. Il sauta des bras de la sage et se mit à gambader joyeusement, disparaissant dans les bois. C'était fini...

Le Londëyantien baissa les yeux. Cette scène allait le marquer à vie. Il se jura alors de venir en aide à chaque être dans le besoin. De rendre service et de sauver autrui, quoiqu'il arrive. Cela n'avait pas grand rapport, mais il ne voulait plus jamais voir une telle chose arriver, et encore moins devant ses yeux. Cet enfant était en détresse, et peut-être tout cela se serait-il passé autrement s'ils l'avaient trouvé quelques temps plus tôt. Il était hélas trop tard, et rien ne servait de continuer à ressasser cet évènement. La petite kokiri s'excusa, le blond fit un signe de la tête.


"Vous n'y êtes pour rien, Saria. Je n'aurais jamais du voir une telle chose." Il fit volte-face. "Rentrons au village."

Ils firent alors chemin inverse et, de retour au Village Kokiri, Endë remercia Saria et Mido pour l'avoir accueilli. Il salua également le Vénérable Arbre Mojo, lui expliquant brièvement ce qui c'était passé, promettant également de ne pas évoquer ce fait à l'extérieur de la forêt. Un kokiri se planta ensuite brusquement devant le blond, dévoilant ces quelques mots :

"Ce qui est perdu dans les bois, reste à jamais dans les bois..."

Le garçon doré quitta les lieux sans demander son reste, cette remarque l'effrayant quelque peu. Malgré tout, il était heureux d'avoir découvert un peuple magnifique. Empruntant le petit pont pour sortir définitivement de la forêt, Endë s'arrêta brusquement. Réfléchissant et se creusant la tête. Comme si quelque chose à laquelle il pensait s'était échappée de son esprit. Il ne se souvenait pas.


"Ce qui est perdu dans les bois, reste à jamais dans les bois..."
[/center][/b]



[HRP]Fin de ce RP, merci à vous ![/HRP]


1