Les Nuits d'Or – Event : Première Nuit.

LES NUITS D'OR ; EVENT RP

début du printemps - Ce jour-là... (voir la timeline)

Invité

Invité
La princesse s'était avancée, magnifique comme on la lui avait décrit, et dégageait d'elle une prestance sans pareil. Alors c'était elle sa nouvelle souveraine ? Parfait. Elle était si différente de celle d'où elle venait. Moins hautaine déjà, plus gentille ? Judith ne connaissait pas Zelda, mais c'est l'image que la souveraine lui renvoyait.
Tandis qu'elle contemplait la scène des murmures tout autour d'elle l’amenèrent à se tourner lorsque le roi du désert s'avançait dans la foule. Première fois aussi qu'elle donnait un visage aux maux d'Hyrule (c'est ce qu'il était si l'on en croyait ce qu'elle avait lu et entendu.) un visage plus que singulier. Verdâtre ? Une tignasse rouge et des habits d'un luxe sans pareil. Il tenait à faire grande impression, cela ce sentait et à Judith il lui parut l'espace d'un instant ridicule. Elle, elle se fichait des parures. Elle s'était toujours dis que l'artifice n'était là que pour couvrir la crasse. Mais il ne faut jamais juger trop vite.
Le moment des présentations des cavaliers arriva, lorsque celui de la princesse s'avança un murmure parcourut la foule, un murmure de plus en plus intense.


Le héros du temps !"

Lui le héros du temps ? Décidément elle voyait ce soir toutes les grandes figures du pays . Quoi que quelle que chose clochait et l'interloqua.


"Pardonnez moi... mais le héros du temps, il n'est pas censé être blond aux yeux bleu ?"

Tout du moins c'est comme tel qu'il lui avait été décrit, blond aux yeux bleu, avec une tunique verte.

"Euh si c'est vrai mais..."

Judith ignora la suite et chassa le reste de la phrase d'un revers de la main. Ganondorf outre ces paillettes, était un véritable sadique et stratège, le peuple croyait dur comme fer à son faux Link. Ce qui se trouvait avec la princesse avait des cheveux d'ébène, des yeux rubis et une drôle de tunique qui était tout sauf verte. Par dessus le marché l'étrange personnage avait un teint maladif, presque cendre.Quelque chose clochait définitivement, et il fallait être idiot pour ne pas voir les différences. Bien que Judith n'ai jamais vu le véritable Link. Peut être que Ganondorf lui avait fait quelque chose après tout... Mais la blonde restait méfiante tout de même.

Elle se désintéressa de tout cela et partit en quête d'alcool après tout, c'était la fête non ? Pas la peine de se prendre la tête avec des affaires de ce genre. La fille de l'est trouva enfin son bonheur. Un stand où elle put se prendre une chope rempli d'une bonne bière. Quoi de mieux pour commencer la soirée ? Elle se retourna pour observer les gens danser, mais sa chope percuta quelqu'un qui passait par là. Heureusement elle eut le réflexe de reculer son verre et personne ne fut arroser.


"Pardonnez moi ! Tout va bien ?"


Eckard Falskord


Inventaire

0,00


(vide)

Endë ne parvenait pas à voir ce que le peuple qualifiait de "clou du spectacle". Tant ledit peuple fut-il nombreux, étouffant, assommant. La plèbe affluait en tout sens, se bousculant pour ceux qui ne dansaient pas, préférant admirer ceux qui s'amusaient sur l'espace prévu à cet effet. L'on pouvait entendre foule de noms apparemment connus ici comme Zelda, Ganondorf ou Link. De nombreuses exclamations s'échappaient de toutes les bouches, créant un tumulte encore plus impressionnant. De grandes figures devaient danser au milieu des festivités, mais le pauvre blond n'y voyait oncques, ne serait-ce qu'un pan de robe de celle qui avait ouvert officiellement la soirée, un peu plus tôt. Il prit la décision de se mettre un peu en retrait afin de se changer les idées. Ses yeux se portèrent sur un énorme tonneau d'où se déversait abondamment un liquide brun et mousseux. Un homme bourru et gras à la grosse moustache noire levait d'ailleurs une gigantesque chope juste à côté, en compagnie de quelques autres individus tous aussi joyeux que lui.

" Bénie soit cette bière et loué soit ce vin ! Merci pour la boisson, Ô Déesses ! Santé ! " avait-il clamé haut et fort.

S'étant rendu compte qu'il mourrait de soif, le garçon s'approcha de l'homme et du tonneau. Quand soudain, son regard dévia pour on ne sait quelle raison vers la foule devant la piste de danse. Là, se trouvait une jeune femme plutôt belle, aux yeux clos et à la chevelure immaculée. La pauvre semblait un peu perdue au milieu de cette guerre d'amusements, tout comme le garçon, d'ailleurs. Son désir de boire pouvait attendre. Aussi se décida-t-il à rejoindre la demoiselle qui ne voyait pas.


" Excusez-moi... " annonça le blond, timidement. " N'êtes-vous pas accompagnée ?" Cette question ne voulut aucunement signifier "n'avez-vous aucun compagnon ce soir ?", mais plutôt "il n'est pas prudent d'être seule au milieu de ce monde, surtout avec une cécité en guise de compagnon". Bien entendu, le Londëyantien souhaitait s'exercer à la danse et il n'y connaissait rien. Mais cette pensée s'était égarée ailleurs, pour l'instant. Et c'est la curiosité qui l'amena jusqu'à cette fille, tout autant de remarquer qu'elle ne semblait pas soutenue par une tierce personne malgré son handicap apparent.

L'estomac du jeune homme gargouillait dans le même instant, peut-être n'allait-il pas être pris au sérieux. Il rougit un peu et fit mine de toussoter pour cacher ses gargarismes. Peut-être était-il le seul à les avoir entendus, au fait ? Avec toute cette agitation autour... Mais il n'y prêtait plus attention.


Dès que la musique avait repris, des gens s’étaient mis a danser. Sauf que ça, Flora ne le voit pas ...
Quand un premier type l'attrapa par la taille, la prêtresse perdit sa canne blanche.
Puis un autre attira la jeune fille contre sa poitrine et la fit tourbillonner ...
Et ainsi de suite, la prêtresse de Nayru passa entre les bras de quatre hommes, qui a la fin de chaque chanson essayaient de coller leur bouche gluante et nauséabonde d'alcool contre la sienne.
Chose qu'elle refusait vertement et remettait ces saligauds a leur juste place.

Alors qu'on la laissait enfin en paix, la jeune fille porta la main a ses cheveux, avec dans l'idée d'arracher ces fichues clochettes qui ne lui avaient attiré que des soulards!
C'est alors qu'une autre voix, qui lui évoquait le vent dans le sable des dunes, lui parvient ....


"Excusez-moi... N'êtes-vous pas accompagnée ?"


Flora secoue la tête en signe de dénégation. Non personne ne l'accompagne ce soir. Elle a donné sa soirée a son protecteur et entre les murs de la citadelle on est toujours en sécurité.

"Non il n'y a personne avec moi ..."

Un drôle de son se fait entendre.

"On dirais que vous avez faim? Pourquoi perdez vous votre temps avec une infirme?"

La jeune fille a un sourire triste .... Qu'il la laisse en paix, si ce qu'il souhaite c'est l'embrasser comme les autres. Ce n'est pas pour elle toutes ces choses.

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Arise


Inventaire

0,00


(vide)

La fête battait son plein! C'était la première à laquelle participait Elza. Il se sentait comme sûrement s'étaient sentit ceux qui découvraient de nouvelles terres en posant pied sur ces dernières. Il n'avait jamais eu l'occasion de participer à certaines d'entre elles.
Avant, sa vie elle-même ne lui permettait pas (puis il n'en avait pas le coeur) et dernièrement, sa vie de noble l'en empêchait. Jusqu'à ce qu'il décide enfin de « lâcher » -bien que partiellement- ses fonctions...

Toutes ces lumières, cette musique plus qu'entrainante, l'alcool qui collait à flot (quand bien même il n'aimait pas vraiment cela), les rires, les chantonnements de la foule déjà à moitié ivre... Il ne faisait même plus attention à ce qu'il y avait devant lui, les yeux levés au ciel.
Tant bien qu'il percuta une personne, ce qui lui obligea à baisser ses yeux vers cette dernière. Une jeune femme, aux cheveux clairs et aux yeux couleur rubis.



-"Ah, euh... Excusez-moi. Euh... Je n'ai rien, c'est plutôt à vous qu'il faudrait demander ça."


Il releva la tête vers le ciel noir, illuminé par quelques étoiles qui avaient voulu se joindre aux festivités, accompagnés de leur merveilleuse reine.
Avant de redescendre son regard sur ce qu'il y avait de plus vivant à des kilomètres : la foule, qui semblait de plus en plus joyeuse au fur et à mesure que l'ivresse la prenait...
Et, tournant toujours le dos à la blonde, admirant encore et encore la fête, lui demanda.



-"Vous êtes seule?"


bien qu'il soit loin du blond Ende, il se retrouva d'une certaine manière dans une situation semblable... Cette phrase n'avait pas pour sens « vous n'avez pas de compagnons en cette soirée? Je peux l'être » (bien que cela sonnait facilement de cette manière...), non simplement qu'il l'avait posé comme cela. Elza avait l'habitude de sortir tout (ou presque) ce qui lui passait pas la tête.

Et puis, il se trouvait qu'il aimait une autre personne, qu’il espérait voir à la fête...

Il tourna ensuite sa tête vers son père et la reine du royaume. En les voyant, il ne pensa même pas, après tout, il n’avait pas envie de se prendre la tête avec tout cela, voulant profiter pleinement de sa première. Pour l’espace d’une nuit, il n’était plus tout à fait Dragmire -d’une certaine manière-, ni même Elza le noble débordé ni même Echo le fou.
Non, il était juste un type, simple -bien qu’à la tenue plus qu’excentrique- venu s’amuser!


Eckard Falskord


Inventaire

0,00


(vide)

Le garçon s'étonna quelque peu de la réponse de la jeune demoiselle. Semblait-elle d'ailleurs avoir quelques années de moins que lui-même, au premier regard. Mais ce n'est pas la même raison que ces autres hommes qui attira le blondinet. Et ce n'est pas tant non plus le charmant minois qu'elle possédait qui piquait sa curiosité. Mais bien le fait qu'elle soit comme elle le disait, une infirme. Et sa prononciation du mot rendait la mine d'Endë un peu plus grave qu'auparavant. "Infirme"... ce mot sonnait avec une tonalité différente de sa bouche. Comme un son de cloche décisif, un glas définitif.

" N... non ! Et ne faites pas cette tête, voyons. Cette soirée se veut l'une des plus longues de l'année, entendais-je dire. Je pense donc avoir tout mon temps devant moi... avoua le Londëyantien honnêtement. Je m'inquiétais plutôt pour vous, perdue dans cette foule active, vous ne semblez pas tellement vous amuser... continua-t-il ensuite. À vrai dire, je souhaitais apprendre à danser mais... personne ne semble vouloir s'encombrer d'un garçon qui n'y connaît rien à cet art ! " termina-t-il en riant.

Et réellement loin de lui étaient les intentions voraces telles que celles des autres hommes plus âgés, venus accoster la jeune fille. Quelle idée d'ailleurs pour elle d'être venue ici, cela devait lui être insupportable. Probablement qu'elle en profita à sa manière. Mais le garçon voyait encore les regards se poser sur elle, farouchement. Ceux-ci semblaient attendre qu'Endë ne la quitte ou bien se fasse jeter comme les autres. Il devait s'en débarrasser pour qu'elle demeure tranquille : se défendre seule n'était pas chose aisée pour elle, pensa-il. Le blond ne savait pas encore comment envoyer tous ces individus ailleurs. Leur crier de la laisser tranquille n'était pas son genre, trop réservé pour ça, et il ne voulait pas non plus gâcher l'ambiance de la fête. Que faire ? Rester tout simplement ici pour s'assurer que personne n'abusera d'elle, qu'il ne lui arrive rien, en somme.

Aussi se donna-t-il cette "mission", préférant assurer la sécurité d'une infirme plutôt que de profiter d'une fête où il serait inexorablement seul.


"Navrée, je ne sais pas vraiment danser non plus."

Ca aurais pût se terminer la. tout simplement, gentiment.
Mais disons que le destin en a decidé autrement.

Car au moment ou Flora sourit a Endë un groupe passe derrière elle et il eu un mouvement brusque dans son dos.
Propulsée en avant, la Prêtresse heurta Endë au torse. Ses doigts traitres s'accrochèrent aux plaques de l'armure du jeune homme. La jeune fille sentit ses joues chauffer, signe qu'elle rougit.

Et la terrible dilemme : Se reculer toute rouge ou s'attarder?

Flora n'a pas besoin de se poser la question bien longtemps car la musique reprend, une nouvelle et les gens autour d'eux se mettent a danser.
Donc quitte a être ridicule, autant aller jusqu'au bout.
Un petit pas a la fois, la prêtresse de Nayru se met a danser, entrainant le jeune homme du désert -qui pour l'aveugle a une odeur de soleil - dans quelque chose de lent et désordonné. Du moins c'est son impression.

Murmurant tout bas la Sainte fait de l'ironie.

"Soyez fière, vous êtes le seul a danser avec la Prêtresse de Nayru, de son bon gré."[/color]

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Eckard Falskord


Inventaire

0,00


(vide)

Brutalement, la jeune fille fut poussée involontairement vers l'avant. Se retenant pour ne pas tomber grâce à Endë qui la rattrapa dans le même instant. La Prêtresse de Nayru -elle venait tout juste de se présenter- se mit un rougir instantanément comme une pivoine, dans les bras du garçon. Lui aussi prenait une teinte couleur vermeil, c'était une situation dont il avait peu l'occasion de profiter, pour ne pas tout simplement dire qu'il s'agissait là de la première demoiselle qu'il eut entre ses bras.
Et les mouvements commencèrent comme un automatisme au son de la musique qui reprenait de plus belle. Les pieds glissaient non sans maladresse, car le blondinet n'avait jamais dansé de sa vie, s'était-il seulement contenté d'analyser les déplacements des autres couples pour en discerner toute l'alchimie, aussi complexe et simpliste qu'elle puisse être.
Et, petit à petit, les mouvements se coordonnèrent. Tous deux, malgré le peu d'expérience qu'ils avaient en matière de danse, parvenaient à bouger comme les autres le faisaient. Le Londëyantien rougissait encore quelque peu derrière son masque, rouge également, le dégradé était ici quasi-inexistant. Sa tignasse blonde voletait joyeusement en l'air et il souriait. La prêtresse avait prononcé quelques mots plus tôt, mais son interlocuteur ne s'était contenté que d'une sorte d'onomatopée en guise de réponse, plutôt discernable comme un petit rire timide dans sa barbe invisible. Après quelques temps, il se décida à répondre, conservant ce sourire sur le visage.


" J'aurais pensé devoir apprendre une masse incroyable de rhétorique avant de parvenir à danser, ce n'est finalement pas si dur que ça... "

Et il s'en étonna lui-même, puis se rendit compte qu'il avait à faire à la Prêtresse de Nayru. Un peu tard pour s'en rendre compte alors qu'elle venait tout juste de lui dévoiler son identité ! Nayru... Il avait déjà lu ce nom quelque part. Oui, dans l'un des livres relatant la mythologie hylienne au laboratoire du lac ! Aussi, le fait de se rendre compte qu'il dansait actuellement avec une célèbre figure religieuse du pays manqua de le faire s'arrêter. Le pauvre était bien long à la détente, peut-être que le bien-être de cette situation l'avait plus ou moins déconcentré. C'est certainement ce qu'on put en déduire au vu du ton hésitant qu'il employa par la suite.

" M... mais, ais-je seulement le droit de... danser en votre compagnie, mademoiselle ? "

Tout gêné qu'il était, le garçon faillit bien rater un mouvement et marcher sur le pied de sa compagne de danse. Au moins, plus personne ne vint importuner la jeune fille lors de la soirée. Tout ceci grâce à une petite bousculade...


"Et pourquoi pas?"

le sourire de la jeune fille est malicieux.

"Disons que ce soir, je suis juste moi, l'enfant de la Rivière Zora, et que demain je serais a nouveaux "la Pretresse". Cela vous semble juste Monsieur?"

Flora se rend compte qu'elle ne connait pas le nom du jeune homme, aussi elle penche la tête de coté comme une interrogation.
A nouveau l'estomac de Endë se fait alors entendre et Flora rit et dis :


"Venez j'ai faim moi aussi allons manger un morceau."


Ainsi nos deux comparses arrivent aux coté de Judith et Elza ... sans vraiment le savoir.

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Invité

Invité
Celui qui l'avait bousculer était, à en voir ses vêtements, un noble. Tenu plutôt extravagante qu'il avait là, mais élégante il fallait l'admettre. Apparemment il n'avait rien, aucune tâche de la boisson alcoolisé n'était venu souiller ses vêtements. Judith le dévisagea des pieds à la tête. Un noble, et jeune qui plus est, quoi que plus vieux qu'elle. Il paraissait avoir plus de la vingtaine quand la blonde l'avait à peine atteinte. Le silence s'installa tandis que Judith finissait sa bière et en demandait une autre, pendant ce temps le nobliau semblait perdu dans les étoiles. Le silence fut couper lorsqu'il demanda à la fille de l'est si elle était seule. Elle le regarda avec des yeux ronds et un air interloqué. De quoi parlait-il ? Elle n'avait pas de clochette il voyait bien que non ! A moins qu'il parlait tout simplement de la soirée. Il était vrai qu'elle n'était pas accompagnée. La blonde prit sur elle et son mauvais caractère et se figura qu'il parlait uniquement de la soirée, si non, elle l'enverrai balader comme elle savait si bien le faire.

" En effet je suis seule pour cette soirée, et qu'en est-il pour vous ?"

Elle lui jeta un regard interrogateur, attendant sa réponse voir si elle ne s'était pas trompée, préparant sa réplique cinglante au cas où. Puis une chevelure bleu passa juste sous son nez. Judith recula d'un pas et lui lança un regard noir avant de s'éloigner un peu de la jeune femme qui dansait, et de se rapprocher du stand qui lui délivrait sa précieuse bière.
Stand sur lequel elle posa sa seconde chope vide, demandant une troisième, et même une quatrième pour le jeune homme.


"Vous buvez ? Au fait, je m'appelle Judith, à qui ai-je l'honneur ?"


Arise


Inventaire

0,00


(vide)

Il continuait de se perdre dans toutes ces lumières, une musique emplissait le lieu de fête, il restait toujours aussi émerveillé que lorsqu'il était venu ici, il y a quelques minutes, qui lui ont semblé être des secondes...
Mais il fut sorti de son songe merveilleux par la voix de la jeune femme qu'il avait bousculé il y a peu, il se retourna vers elle, lui adressant un sourire (un simple sourire amical, bien entendu) et prit la parole après une inspiration.



-"Je suis également seule pour cette soirée..." -Il laissa un soupir s'échapper, mais la joie qui l'envahissait il y quelques minutes le repris aussitôt après.-


Il fut alors lui aussi gêné par la femme à la longue chevelure bleu qui venait de passer devant eux, la jeune femme blonde, semblant elle aussi avoir été gêné, se rapprocha d'un stand, qui semblait être l'un de ceux qui délivrait de la bière.
Il se rapprocha alors aussi d'elle, pour qu'ils puissent continuer leur conversation, plus tranquillement.



-"Hein? Euh... Oui, oui... -Il venait une nouvelle fois d'être sorti de son songe, dans lequel il venait tout juste d'entrer...- Ah oui, c'est vrai, nous n'avons pas été présenté. Je me nomme Elza... -Il hésita à prolonger son prénom par ses deux noms, mais évita. Vu ce que cela aurait pu causer..."-


Invité

Invité
Elza, drôle de nom... Elle aurait plus vu une demoiselle porter ce genre de nom plutôt qu'un jeune homme. Était-il possible que ce soit en réalité une fille ? Son physique paraissait cependant celui d'un homme, malgré un visage plutôt efféminé... Plutôt que de continuer à tergiverser sur ce point, Judith fit preuve de son tact légendaire et entrepris directement de lui demander.

"Pardon, mais Elza, c'est plutôt un nom de fille non ? Alors euh... T'en es une ?"

Aucune condescendance ou gène dans la voix de la fille de l'est, elle s'était contenter de demander simplement les choses.
Il était clair qu'elle risquait de le vexer, ou de le faire rire selon le caractère du personnage, mais la blonde n'en avait que faire. La question était posée de toute façon, elle n'avait qu'a attendre sa répons en continuant de siroté sa bière. Celle du nobliau elle, se trouvait toujours là où elle avait été servie et Judith invita Elza à venir en profiter d'un geste de la tête. Et s'il n'en voulait pas, elle se ferait un plaisir elle, d'en vouloir. Elle finirai sûrement saoul avant la fin de la nuit, à un tel train...


Arise


Inventaire

0,00


(vide)

Le noble se sentit tout d'abord un peu vexé que l'on puisse le prendre pour une fille, mais, quelques secondes après à peine, il se mit à en rire...
Il se souvint qu'enfant, il avait haït ce nom, mais qu'également et étrangement, personne ne lui avait déjà fait cette remarque, pas même les gens qu'il avait rencontré récemment.



-"Non, je suis bel et bien un homme, mon nom vient de l'Est -Ou peut-être bien de l'Ouest, il ne savait plus lequel des deux...- Là-bas, c'est un nom donné autant aux hommes qu'aux femmes. -Il se remit à rire, plus il pensait à la réplique de la blonde, moins il pouvait s'empêcher de rire... D'autant plus que celle-ci fut prononcé sur un ton sans le moindre gêne.-
Et je crois également ne toujours pas connaitre votre nom..."


Il lui sourit -ceci étant une habitude chez lui, son expression de tous les jours ou presque!-, puis vint près du stand et pris la chope de bière, buvant quelques gorgées du délicieux liquides, puis le posa, le temps d'avoir une réponse.

Et ceci, tout en continuant d'admirer la fête, ses lumières et sa musique, qui se déroulait tout autour de lui.


Invité

Invité
C'était bien un homme. La blonde se sentit un peu ridicule, mais au moins était-elle fixé sur le genre de son compagnon de soirée, et peut être de beuverie si il finissait par toucher à cette chope qui n'attendait plus que lui.

Un nom de l'est ? Voilà un point commun plutôt plaisant à partager avec le nobliau. Judith aussi venait de là. Elle lui lança alors un sourire complice. Peut être avait-il entendu parler de ses anciennes terres à elle. Voilà au moins un sujet de conversation qu'ils pourraient aborder durant la soirée.

Cependant le sourire chaleureux de la fille de l'est se transforma en une mine quelque peu perplexe. Son nom ? Mais elle venait de lui donner... Le jeune nobliau se posta près de Judith et prit enfin un peu de bière. La blonde nen pouvait plus des cris de solitude de la pauvre boisson. Quelques secondes de plus et elle aurait vider cette chope à l'air si malheureuse.


"Mon nom ? Je viens de te le donner... La bière te monte déjà au cerveau ?"Elle lui lança un regard de défiance, pour aller avec sa taquinerie. Rien de méchant ici, ce soir elle avait laisser son mauvais caractère au placard
"Enfin, si tu a déjà oublié... C'est Judith, mon nom."


Eckard Falskord


Inventaire

0,00


(vide)

Il fallait bien un moment pour interrompre cette danse qui commençait déjà à fatiguer le garçon. En rien il n'était habitué à ces mouvements de jambes étranges, mais cela lui avait plu. Toujours quelque peu gêné par le fait qu'il se trouvait en compagnie d'une prêtresse de renommée, le blondinet tâcha de garder son sang-froid et son sérieux. Après tout, ses parents lui avaient inculqué les bonnes manières. Ceci par des méthodes à mi-chemin entre la noblesse pure et dure, la bourgeoisie simple et l'enseignement personnel d'un couple témoignant un amour sincère envers leur enfant. Sa mère était douce comme une colombe, sa voix résonnait encore sans sa tête comme celle du petit ruisseau des îles du Sud. Mais il y avait aussi la fermeté de son père, lui témoignant un enseignement dur sans pour autant être sévère, cet homme était une crème. Feu Ser Halatìr et feu dame Fanyà, puissent-ils reposer en paix au fond de l'océan...

Endë se mit à tendre son bras vers Flora afin que celle-ci puisse le saisir, demeurant le plus courtois qu'il pouvait.


"Allons-y, alors." lâcha le Londëyantien avec un sourire, prêt à se diriger vers un stand où l'on pourrait s'approvisionner pour la soirée en goûteuses victuailles.


Elle sourit et secoua la tete.

"Navrée Endë mais je dois rentrer. Nayru m'appelle."


Et la petite pretresse s'en alla.


[Fin pour PdN]

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Arise


Inventaire

0,00


(vide)

"Ah?... Excusez-moi, je devais être ailleurs. -Et il l’avait été. Mais même s’il voulait continuer de regarder sous tous les angles cette fête, il se dit que parler un peu ne lui ferait pas de mal...- Si ce n’est pas trop indiscret, d’où venez-vous, vous êtes natif de ca pays?" -Il avait crût remarquer un sourire léger sur son visage quand il avait donné son nom qui venait de l’est. Au pire, ce serait une question comme une autre, et justement, il n’en voyait pas d’autres...-

Il porta pour la seconde fois la chope à sa bouche et en bu quelques gorgées, il ne buvait jamais « cul-sec », on pas parce qu’il était noble, simplement qu’il avait toujours fais comme ça.
Cette fois-ci, il ne détournait plus la tête vers toutes ces lumières, ces gens qui dansaient et ceux qui chantaient. La musique allait d’elle-même jusqu’à ces oreilles et les lumières, il les avait déjà bien assez regardé durant ces dernière minutes.


Invité

Invité
Une conversation se mettait doucement en place. Natif d'Hyrule ? La fille de l'est ne l'était pas, ça ne l'avait cependant pas empêcher de tombée sous le charme de la terre des déesses, qu'elle considérait désormais comme ses terres à elle.

"Je ne suis pas native d'ici non... Je viens d'un pays loin, très loin à l'est. Au nom peu mémorable et pas très intéressant dans tous les cas, le connaitre ne vous apportera rien, et il est des choses qu'il ne vaut mieux pas connaitre. Par ailleurs, j'ai ouït dire qu'il n'existait plus, le problème est donc réglé."

Elle adressa un sourire franc au nobliau. La perte de ses terres natales ne lui importait pas plus que ça à dire vrai, ni l'une ni l'autre n'avait su s’accrocher. Et de toute façon, elle ne pouvait plus repartir d'où elle venait. Pas après ce qu'elle avait fait.
Son regard se perdit, loin au delà de la fête qui s'étalait devant ses yeux. Cette nuit là lui revenant en mémoire.


Arise


Inventaire

0,00


(vide)

Elza passa sa main dans ces cheveux, replaçant correctement la mèche sur son oeil gauche qui avait commencé à s'en aller.
Même s'il trouvait la compagnie de Judith agréable, il avait une folle envie de s’en aller aux quatre coins de la fête -fête qui, rappelons-le, était sa première-, mais il ne savait comment couper court à la conversation sans pour autant vexer la jeune femme.

Finalement, bien vite, sans y avoir trop réfléchis, il prononça ces quelques mots.



"Excusez-moi, ce n’est pas que je trouve votre compagnie désagréable mais j’aimerai continuer à arpenter les rues de cette fête. N’en ayant jamais vu auparavant... Et les déesses savent à quel point je peux être impatient...
Excusez-moi encore de vous fausser compagnie de cette manière. Peut-être à une prochaine fois, peut-être?"



Finissant sa chope de bière, qu’il posa sur une table quelconque, il sourit une dernière fois à la jeune femme et partit pour disparaître dans la foule.
Il comptait rester à la fête jusqu’à sa fin, et il le fit.


1  2