"Vous prendrez bien une tasse de thé ?"

RP privé avec Saria.

début du printemps - Ce jour-là... (voir la timeline)

Lloyfell


Inventaire

(vide)

[Ce RP se passe juste après les évènements de la place du marché (à comprendre dans les jours qui suivent), entre Rédemption d'Ambre et les Âmes.]


Il vagabondait à nouveau, seul, comme à son habitude. Il avait d'ailleurs pris goût à cette constante solitude qu'il endurait chaque jour depuis son retour à Hyrule. Voir ses compagnons était chose compliquée, tout en sachant qu'il fallait l'éviter. La Compagnie ne se rassemblait que rarement et dans des lieux insolites, afin de planifier ripostes ou attaques surprises envers ceux qui défiaient la liberté et la royauté de ce pays. Lloyfell sortait d'ailleurs d'une de ces ripostes, qui s'était dans son ensemble plutôt bien passée. Malheureusement, la victoire ne fut pas totale : l'armée d'Hyrule intervint pendant la bataille, emportant certainement bon nombres d'alliés comme d'ennemis. Au cachot ou tués sur place, il ne connaissait l'état de ses compagnons comme celui de ses opposants. Le vagabond aux cheveux de jais, lui, avait réussi à fuir alors qu'il se cachait déjà dans les sombres ruelles du bourg.
Seul ? Pas tout à fait, en vérité. Pendant la bataille, la Compagnie ne visait essentiellement qu'un objectif : récupérer un nouveau-né dans les bras de son bourreau, qui était une femme procédant à d'étranges rituels : du haut de la maison sur laquelle il tenait sa position, Lloyfell vit la jeune fille lécher le sang de l'enfant après lui avoir coupé quelques doigts et entaillé sa petite jambe boudinée... Oui, étrange.
Il avait récupéré l'enfant, à l'aide de son fidèle aigle au plumage grisâtre. À présent, après avoir fui le bourg, il marchait avec l'enfant dans la plaine, regardant au loin la fumée noire s'échappant de la place du marché.

Sûrement trop de sang avait été versé en ce jour, bien que pour une fois, le vagabond était sorti intact de ces hostilités. Il avait aussi d'autres chats à fouetter, et ne pouvait donc garder cet enfant, qui de plus ne lui appartenait pas. Dangereux voire suicidaire de retourner au bourg, Lloyfell décida d'emmener le nouveau-né dans un lieu de confiance, chez une personne de confiance. Un lieu sain, plein de vie dans lequel le bambin pourra être traité avec soin et délicatesse. Entre les petites mains de Saria, appelée Sage de la Forêt.

L'Immaculé s'approcha de ce lieu clos, fermé à tout ce qui venait de l'extérieur. À peine entra-t-il dans la forêt qu'il se sentait déjà ressourcé, apaisé. L'atmosphère qui se dégageait de cet endroit où la verdure était omniprésente ne pouvait que rappeler les visions utopiques que l'Homme a du Paradis. Dans toute cette forêt, il pouvait véritablement y sentir la présence divine de la Déesse Farore.
Cela faisait bien longtemps qu'il était venu ici, et c'était certainement pour cela que l'air frais et pur de la forêt lui semblait particulièrement anesthésiant, assoupissant.
Un Kokiri s'approcha de lui, d'un air méfiant.


« Qu'est-ce tu nous veux, Hylien ? dit-il en fixant le visage masqué de Lloyfell, qui portait aussi toujours sa cape.
-Pas de panique, petit être ! Je cherche Saria. Peux-tu me conduire jusqu'à elle ? J'ai besoin de lui parler de beaucoup de choses. lui répondit-il, tout en montrant l'enfant endormi dans ses bras. »


La petite kokiri qu'elle était s'était faite emportée par la foule lorsqu'un général hyliens avait fait son apparition. Emportée loin de ses amis, elle n'avait pas vu ce qui s'était passer. Elle s'inquiétait pour eux, ne sachant ce qui leur était arrivé. Elle était retournée chez Roshu, mais en vain, ce dernier n'avait pas reparu... Alors, ne sachant trop quoi faire, elle était repartit dans la forêt pour se ronger les sangs, se promettant de revenir bientôt pour tous les retrouver, ses amis, et ces gentils gens masqués.
Elle déambulait dans le village lorsqu'elle aperçut vite fait une ombre quelques peu connu. C'était un de ces braves masqués, celui qui avait récupérer l'enfant. Un de ses semblables l'avait arrêter.


" Laisse le passé ! J'ai besoin de lui parler. "

La sage afficha au deux son habituel sourire calme. Cependant le regard qu'elle lança au sans-visage en disait long. Lorsque son comparse les laissa, rassuré par son intervention elle le guida en toute discrétion à sa demeure.
Arrivés à destination, elle entrouvrit la porte. Mais avant de les laisser entrer tous trois elle lança.


" Vous prendrez bien une tasse de thé ? "

Elle avait besoin de ça pour faire retomber son inquiétude. Lançant par là aussi le début d'une, bien probablement, longue discussion. Sur ce, la porte s'ouvrit et ils entrèrent.

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Lloyfell


Inventaire

(vide)

« Vous prendrez bien une tasse de thé ? s'enquit la petite fille, après avoir conduit Lloyfell et l'enfant dans sa demeure boisée.
-Je vous en saurai gré, Saria, lui répondit-il le sourire aux lèvres, s'asseyant. »

Il ne savait pourquoi, mais l'atmosphère apaisante de la forêt liée à la bonté et la gentillesse de la Kokiri rendait au vagabond sa joie de vivre et conférait à ses paroles une chaleur qui n'était plus présente depuis bien longtemps, surtout en ces temps sombres et désespérants.


« Je viens ici pour vous parler de mes projets et ceux de mes Compagnons, que vous avez aperçus lors de l'accrochage de la Place du Marché. Il s'arrêta un court instant, déposant doucement le bambin sur la table devant lui, tout en commençant à retirer la cape noire que son dos portait. Je suppose que je n'ai ici rien à craindre quant à mon identité... reprit-il prestement, pliant délicatement sa cape qu'il posa sur ses genoux. Il retira aussi son masque inexpressif d'une main, qu'il déposa au-dessus de sa vêture noire. Bien, où puis-je poser ceci ? »

Le paladin se leva, toutes ses affaires entre les mains. Il se rendit compte qu'il ne laissa pas la jeune enfant répliquer, et se sentit déjà mal à cause de cette impolitesse qu'il exerça. Néanmoins, les odeurs boisées mêlées aux parfums des différents thés lui firent rapidement changer ses pensées, apaisant tout son être.


Tout en écoutant ce que le presque-inconnu avait à lui dire les doigts de la petite kokiri farfouillaient dans différents pots. Ses petites mains faisait crissées entre elles différentes herbes et différentes fleurs.
Se saisissant d'une dernière poignée elle la jeta doucement avec le reste de ses congénères dans un petit, très petit saladier. Un cadriage de fer laissait de grands trous, mais pas assez pour que le contenu s'échappe. Elle se saisit ensuite d'une bouilloire en fonte qu'elle plaça sur les braises de sa petite cheminée d'enfant.
Puis pendant que l'eau chauffait, elle se tourna vers son invité qui ôtait cape et masque. Ce visage ne lui était pas inconnu...


" L... "

Cela lui arrivait peu, mais elle avait oublier le nom de cet homme qu'elle avait rencontrer il y a quelques temps au château. La bouilloire fumait, il était temps. S'excusant elle se leva et avec soin, et un chiffon, elle s’empara de l'objet qu'elle porta à sa table. De même elle pris son petit saladier percé et, ouvrant le couvercle elle le plaça dans l'eau. L'objet tenait grâce à un rebord à celui de la bouilloire qu'elle referma.

" Certaines fleurs éclosent avec l'eau chaude... "

Déjà une odeur boisée, printanière, envahissait doucement pièce et narines. En sentant cela, Saria eut un petit sourire serein. Le thé, rien que par son odeur avait le don de la rendre plus zen et la calmer. Mais L... l'homme n'était pas là uniquement pour ce breuvage divin, il avait à lui parler.

" Il va falloir attendre un peu que cela infuse... en attendant, que diriez vous de me racontez ce qui s'est passer là bas ? Oh ! et posez donc ça sur le coffre au pied de mon lit... "

Pendant qu'il faisait cela, la sage s'empara de l'enfant et de par sa douce voix et ses dons de sage, le guérit, avant de le poser sur son lit. Revenant à sa place elle continua là où elle s'était arrêtée.

" Je dois avouée que j'était assez surprise d'un tel spectacle, autant de la part de ces ahuris, que de vous et vos amis, ou encore de ce général... Je me rends peu en ville, très peu, trop de gens, trop inconnu pour moi. Quelle folie prends les Hyliens ? "

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Lloyfell


Inventaire

(vide)

Le vagabond aux cheveux de jais croisa bras et jambes avant de répondre à son interlocutrice. Elle aussi, semblait très apaisée par la forêt et l'odeur du breuvage dans la théière. Lloyfell s'assura que toutes les issues dans cette maisonnette ne puissent donner vue sur son visage, afin qu'une quelconque personne non digne de confiance ne vienne à savoir qui était cet homme masqué qui venait voir Saria.

« Je dirais que vous n'avez vraisemblablement pas choisi le bon jour pour venir visiter le marché du bourg. Mes Compagnons et moi avons agis dans le simple but de protéger le peuple, empêcher la destruction du bourg et récupérer l'enfant que voici. Dans un état pas des plus sympathiques, je le conçois, mais en vie ! »

Son regard se tourna vers le bambin, endormi sur le lit de la Kokiri. Il lâcha un soupir de désespoir avant de tourner à nouveau ses yeux sur la petite fille verte.

« Si j'ai amené l'enfant ici, c'était pour lui apporter vos soins. Il est beaucoup plus calme que lorsque je le portais, votre magie a donc dû faire effet.
Ainsi, je viens pour vous parler de l'avenir, du futur. Je ne prétends pas prédire ce qui se passera plus tard, mais je peux contribuer à aider à ce que le pays se porte dans le meilleur état possible.. Et ceci, grâce à vous, Saria.
 »

Lloyfell s'arrêta de plus belle, fixant les yeux bleus de la jeune fille. Il posa ses coudes sur la table, mêlant ses doigts entre eux et plaçant ses mains devant sa bouche.

« Ces gens que j'appelle mes "Compagnons" et moi formons une organisation qui a pour but de préserver la paix et la royauté actuelle dans ce pays. Nous ne sommes pas une armée, ni une garde rapprochée de qui que ce soit. Nous sommes la Compagnie Ocre et nous agissons dans l'ombre afin d'accomplir nos desseins. Nous sommes ici pour agir tout en n'existant pas.

Saria, mes gens et moi avons besoin d'un lieu dans lequel nous réunir afin de planifier nos agissements. Souhaites-tu agir de concert avec la Compagnie, dans l'ombre ?
 »


Tandis qu'elle versait avec soin son thé dans de petits verre en terre, elle écouta avec la plus grande attention ce que son invité avait à lui dire. Une fleur avait glisser et était tombé dans sa tasse. Elle avait éclos... Lorsque L... l'homme avait finit de tout raconter, elle prit le temps de la réflexion, les eux rivés sur cette fleur qui vagabondait. La compagnie ocre. Jamais entendu parler de ce nom. Il fallait avouer que depuis peu seulement, elle s'intéressait à son pays et plus seulement à sa forêt. Et de surcroit, ne sortant que peu de cette dernière.

Elle retira la fleur et but une gorgée.


" J'ai quelque peu du mal à saisir ce que peux bien être votre compagnie... Pardonnez moi je suis peu au fait des histoires de guildes et... autre trucs de ce genre. Vous dites agir dans l'ombre, de quelle façon faite vous cela ? N'ayez pas peur ! je ne révélerait pas votre secret mais... J'aimerai comprendre, savoir ce que vous faites, et mon rôle dans tout cela avant de m'engagez. "Elle s'arrêta quelque peu pour boire de nouveau, et laissez le temps à son invité de réfléchir à son tour.

" Comprenez moi, je ne vous connais pas encore très bien, et de plus, je ne crois pas connaitre vos compagnons. Ne voyez pas ça comme de la méfiance s'il vous plait, mais plutôt comme de la curiosité."

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Lloyfell


Inventaire

(vide)

Ses mains s'approchèrent du récipient. Pognes qu'il retira rapidement en raison de la forte chaleur émise par le thé devant lui, attendant d'être bu. Lloyfell laissa ses mains suffisamment proches de la tasse afin de les réchauffer, tout en faisant attention à ne pas la toucher.

« Je comprends absolument votre question. Il est normal de s'informer avant de prendre une quelconque décision, dit-il affichant un sourire tout en plissant les yeux, surtout que la Compagnie semble obscure, aux premiers abords.
Il prit enfin la tasse d'une main, puis dirigea le gobelet vers sa bouche. La chaleur du liquide provoqua chez lui quelques légers frissons, dus à la contradiction subite entre la température extérieure et celle du breuvage.
Vous m'avez vu, moi et mes Compagnons. Avant que je ne vous dévoile mon visage et ma silhouette, auriez-vous été seulement capable de savoir qui je suis ? Non, comme vous ne connaissez pas l'identité de mes Compagnons. Et pourtant, vous les avez déjà croisés auparavant. C'est ainsi que nous agissons dans l'ombre : nous sommes masqués et portons une cape revêtant la totalité de notre corps. Ainsi, nos ennemis ne nous reconnaissent pas et nous pouvons agir comme bon nous semble lorsque que nous ne portons pas notre "uniforme". Nous agissons aussi parfois comme des hors-la-loi, provoquant certaines situations que la Royauté ou la Garde ne tolèrent pas.
Il s'arrêta de nouveau un court instant, buvant cette fois-ci une bonne lampée du contenu de son quart.
On dirait que cela fonctionne ! Vous n'avez jamais entendu parler de nous, et vous ne m'avez vraisemblablement pas reconnu lorsque j'étais camouflé dans mon déguisement. Bref, revenons à votre cas dans tout ceci. Je ne vous oblige pas à accepter mon offre qui est de nous rejoindre. Je suis venu vous informer de notre existence et vous demander deux services. Voyez-vous, la Compagnie a besoin d'un lieu caché des yeux et oreilles indiscrets et inaccessible. Comme votre domaine fait partie de ceux qui regroupent ces qualificatifs, j'ai espéré que vous puissiez accéder à ma requête.
Une nouvelle fois, sa voix se stoppa pour reprendre une fois de plus.
C'est aussi parce que j'ai en vous une confiance extrême, et j'ai amené pour cette raison cet enfant mal en point. Je suis un vieil ami de Link, et il m'a beaucoup parlé de vous. Peut-être en est-il autant pour vous, non ? Mon nom était Light, si ça vous dit quelque chose. Aujourd'hui, je vous prie de m'appeler Lloyfell. »

Le vagabond retroussa ses manches qui tombaient sur ses avant-bras, tout en continuant de boire son thé. Il fixait l'enfant avec un sourire radieux contredisant son visage traditionnel et le pseudonyme de "Sans-Visage" ou encore d' "Insipide" qu'il s'était donné.


Saria avait écouter sans mots dire, se contentant de siroter sa boisson. Une fois cette dernière et le discours de son invité fini, elle posa sa tasse et pris la parole.

" Je crois avoir assimiler à peu prêt ce que vous avez voulu m'expliquer Lloyfell... "Elle lui sourit gentiment.
" Je suis très flattée de la confiance que vous me portez, vraiment, je vous remercie pour ça. Il est vrai que la forêt apporte une certaine quiétude et tranquillité lorsqu'il s'agit de se réfugier. Je ne comprend pas trop en quoi vous êtes hors la loi... Vous avez agis comme il le fallait sur cette place, j'aurais fait la même chose à votre place. Je n'aurais peut être pas agit exactement de la même façon, mais j'aurais tenter de sauver cet enfant, comme vous l'avez fait."

La sage pris un moment de réflexion, avant de planter ses pupilles dans celles de l'ambrée.

" Je vous ai fait confiance il y a quelques temps de cela en vous donnant à ma façon accès à un lieu protéger. J'ai décider de continuer à vous faire confiance. J’accepte de vous laissez entrer vous et vos compagnon dans les bois, et même mieux, je vous offre le bosquet sacré pour votre réunion. Cependant, j'aimerai y assister, et je souhaiterais que vous vous rendiez à cet endroit sous ma tutelle. Les bois sont fourbes. J'espère ne pas trop en demander mais... Si vous pouviez ne pas passer par el village, mais me rejoindre un peu avant l'entrée. Je ne veux pas que le village soit la cible de représailles." Elle laissa un temps à Lloyfell pour assimiler ce qu'elle venait de dire, avant de reprendre de sa voix calme et posée.

" Enfin, voilà... J'accepte les risques que cela implique, si t'en est qu'il y en ai, mais j'aimerai maintenir cet endroit à l'écart des troubles autant que possible. Alors, c'est entendu ? "

Elle tendit sa main d'enfant à l'homme assis en face d'elle, un sourire serein et empli d'affection rayonnant sur son visage.

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Lloyfell


Inventaire

(vide)

La main de Saria était tendue vers son interlocuteur, attendant d'être prise par celle de ce dernier. Il la regardait, tout en continuant la conversation.

« Nous sommes hors-la-loi car nous agissons selon les conditions données dans un cas spécifique. Nous faisons tout pour arriver à nos fins, faire le bien par ici. Même si cela implique d'avoir l'armée à dos. »

Lloyfell attrapa la main de la Kokiri et posa sa main gauche sur le poignet de cette dernière, représentant un signe affectif. Il lui rendit son sourire, l'accompagnant d'un rire.

« Je récupère donc cet enfant et essaierais de le rendre à sa famille... La Compagnie vous remercie de votre grande bonté, jeune Saria. Je dois me retirer, veuillez m'excuser, mais j'ai beaucoup à faire. Il but d'un traite le thé qu'il restait dans sa tasse. Ce thé était fabuleux ! »

Le vagabond se leva, récupéra ses affaires puis tira une révérence à la jeune fille des bois. Il lui esquissa un énième sourire avant de sortir du paradis sylvestre, se dirigeant vers le désert Gerudo.


[HRP : Désolé pour ce post de médiocre qualité et malheureusement trop court... Ce RP se termine ici ! Merci !]


1