Hommage

RP libre :)

Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

[HRP : Premier RP sur le forum avec Sheik ! J’ai mis à jour la présentation de Zelda, notamment pour expliquer ma façon de jouer le duo Sheik/Zelda (le texte en question avait déjà été publié sur le profil du site). Concernant le compte, je préfère garder le même, je changerai l’avatar (peut-être le pseudo) selon mes RPs en cours et ce qui compte c’est le contenu des messages, ça me paraitrait trop étrange d’avoir deux comptes séparés alors qu’il s’agit de la même personne :)
Le RP est libre, juste .. Si on peut éviter les combats ou attaques, ce n'est pas le but ici, il y aura assez en temps et en heure! XD]

Sheik entra calmement dans le cimetière, il ralentit un peu le pas. Il était tard et les étoiles brillaient déjà dans le ciel. La journée était finie depuis longtemps, la plupart des gens dormaient sans doute déjà. Y compris la Princesse qui sommeillait à ses côtés. Sans doute serait-elle un peu plus fatiguée le lendemain que s’il n’avait pas pris sa place, mais elle pourrait tout de même reposer son esprit, et comme elle dormait de toute façon mal ces derniers temps…. Après tout, cette sortie nocturne il ne la faisait pas que pour lui, mais pour eux deux. Zelda avait vainement tenté de dégager une partie de son temps pour se rendre au Village Cocorico, mais ses conseillers n’avaient eu de cesse de l’en décourager. Une sortie, par les temps qui courent !?

Il eut un petit sourire. Eh bien, la voilà qui était sortie tout de même en un sens. Après tout, si son identité était un secret encore relativement bien gardé, son pire ennemi faisait tout de même partie des personnes informées. Le déguisement ne tromperait pas Ganondorf une seconde fois, mais il était peu probable que ce dernier ait pensé à en informer tous ses sbires. Zelda elle-même ne pensait sans doute pas que Sheik ferait à nouveau son apparition. Il ne s’agissait plus tellement d’une diversion que d’une façon d’extérioriser son désir d’agir concrètement, et puisque leur esprit était resté séparé, elle ne pouvait sans cesse ignorer cette autre part en elle. En tout cas, cela restait plus discret et pratique pour se déplacer, même s’il était néanmoins impératif de ne pas prendre de risques inutiles.

Atteignant un groupe nombreux – trop nombreux – de tombes, il s’arrêta là pour se recueillir en silence. À cet instant, il partageait complètement les sentiments de la Princesse. Tristesse, regrets, une colère muette aussi… Ces tombes récentes avaient été érigées pour ceux qui étaient morts lors de l’attaque du Temple du Temps. Les prêtres et combattants ayant perdu la vie à cette occasion. Il y avait même un Garde Royal qui y avait aussi perdu la vie. La Princesse portait plus de culpabilité que lui, mais il ne pouvait s’empêcher de s’en sentir une part de responsabilité. Qu’avait-il fait pour empêcher ça ? Pour intervenir ? Pour réparer ?

Autant pour s’apaiser que par hommage pour les Morts, il prit sa lyre en main et pinça délicatement les cordes. Il entonna ainsi le Nocturne de l’Ombre au milieu du silence de la Nuit et de la dernière demeure des Disparus.


Llanistar van Rusadir


Inventaire

(vide)

Lancé depuis le château d'hyrule dans un galop effréné, un cheval noir de jais s'arrêta brusquement à l'entrée du village. Un des gardes de faction qui semblait avoir les paupières lourdes se releva comme si la foudre l'avait traversé et se mit maladroitement au garde à vous. Le cavalier lui fit signe qu'il n'avait rien à se reprocher. La relève était proche, rien d'anormal à ce que les sentinelles connaissent des difficultés à rester éveillées. Il mit pied à terre afin de ne pas impressionner plus son interlocuteur et il murmura d'une voix grave:

"Une cavalière est elle entrée au village ces dernières heures?

"Non chef. Pas un chat. Juste le vent que j'ai senti arriver tout à l'heure!

L'homme avait voulu plaisanter pour détendre la scène mais cela ne fit pas rire le cavalier. Il grogna et remonta sur sa monture. Dépassant le poste de garde, Altaranth entra dans le village. Il était furieux. Que la princesse fasse des sorties discrètes mais escortées, pourquoi pas! Mais ces escapades nocturnes étaient de trop pour les nerfs du garde royal qui avait cru rêvé en se rendant compte que la chambre royale était vide en faisant sa ronde. Il détestait les imprévus, surtout lorsqu'ils pouvaient être évités...Et la princesse semblait les adorer.

Il remit sa mauvaise humeur au deuxième plan et se concentra sur le village. Il avait sentit une présence qui se dirigeait dans cette direction depuis le château et avait suivit son instinct depuis. Mais là, il était perdu. Pourquoi la princesse royale se rendait elle dans ce lieu dépourvut de tout intérêt? Un moulin, un apothicaire, deux maisons et un cimetti...ère. C'était pour cela qu'elle avait décidé de cette sortie. Les escarmouches avec Ganondorf s'étaient multipliées ces derniers temps. Même les propres hommes d'Altaranth avaient dû se battre, bien qu'extérieurs au conflit. Zelda détestait l'idée qu'il put y avoir des victimes. Chaque vie paraissait d'une importance capitale pour elle et le dernier conflit au temple en avait provoqué un nombre conséquent. Le garde était sur de la trouver dans le lieu où ces innocents s'étaient trouvés enterrés. Il ne la connaissait pas très bien personnellement mais il l'observait depuis son entrée dans la garde, quelques temps auparavant et maintenant qu'il en était un vétéran, Altaranth pensait éprouver plus de sympathie qu'il n'aurait pensé pouvoir en éprouver un jour pour un souverain.

Il attacha alors son cheval à la clôture de l'enclos d'Anju et se rendit au cimetière. Comme toujours l'ambiance était sombre, glacée...apaisante. Le guerrier nordique aimait le calme de cet endroit, même si la proximité des morts lui amenait des pensées qu'ils aurait préféré garder loin. Il fut déçu. La princesse ne se trouvait pas ici. Pourtant il et entendit vit un jeune homme jouer prés des tombes les plus récentes. L'attaque du temple. Ce lieu dont il s'était retiré, ne supportant pas le spectacle abjecte d'une prêtresse des déesses n'unissant au seigneur du malin. Il avait fui. Sa lâcheté avait remporté cette fois là. Le démon ne l'acceptait toujours pas. Sa crainte de la puissance divine était sa plus grande honte, et cette dernière se réveilla. Il s'approcha du jeune homme et vit à un léger tic que ce dernier l'avait entendu arriver. Il jouait à la harpe une mélodie magnifique, sombre et douce. Symbiose de tristesse et de nostalgie emplie de regrets. Les cordes glissaient sur ses doigts habiles et souples, leurs doux sons paraissaient résonner dans ce lieu de mémoire emplit de ces corps gisants dans un noble repos. Altaranth ne connaissait pas cet air et devina que cela devait être un chant secret ou une composition du jeune musicien. Il ne voulut pas briser une telle mélodie et ralentit ses pas. Il n'avançait plus que très lentement, se berçant dans les notes graves et profondes du Nocturne, son interprète concentré uniquement sur son instrument. Une fois à quelques pas de ce dernier, il lui demanda.


"Belle nuit pour pleurer les morts n'es-ce pas? Si seulement il est des moments agréables lorsqu'on parle de la mort. Je ne veux pas vous déranger plus longtemps mais...auriez vous rencontré une jeune fille à la chevelure blonde? Plus longue que la votre mais même couleur, et avec des yeux bleus.

De toute évidence l'individu n'était pas bavard mais Altaranth comprenait ce trait de caractère. Il le partageait. Le silence se fit, reposant. L'activité des bourgs ne plaisait pas au guerrier qui préférait la fraternité des petits villages ou des armées. Ce lieu et cette nuit lui convenaient finalement bien. Il remarqua alors l'expression grave du jeune homme qui fixait les tombes. Il ressentit une profonde sympathie pour cet inconnu et ne put retenir une question.

"...Vous connaissiez quelqu'un dans ces victimes?


Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

Sheik jouait toujours lorsqu’il entendit quelqu’un s’approcher. Il n’avait aucune idée de qui pouvait se rendre dans un cimetière à une heure pareille – bien que lui-même n’ait rien à redire à ce sujet – mais espérait que cela n’allait pas … « compliquer » la situation. Personne ne savait qu’il se trouvait là, il était dans une certaine mesure capable de se défendre mais n’avait aucune envie de provoquer du grabuge. Il fit comme si de rien n’était et continua à pincer les cordes de son instrument. À cause de la pénombre, il dut attendre que l’homme se rapproche assez pour distinguer son visage et reconnaître un des Gardes Royaux. Il réprima un sursaut, que faisait-il là !?

"Belle nuit pour pleurer les morts n'es-ce pas? Si seulement il est des moments agréables lorsqu'on parle de la mort. Je ne veux pas vous déranger plus longtemps mais...auriez vous rencontré une jeune fille à la chevelure blonde? Plus longue que la votre mais même couleur, et avec des yeux bleus."

Ainsi donc l’absence de la Princesse n’était pas restée longtemps un secret. Cela avait un côté rassurant. S’il lui était arrivé malheur, la réaction aurait été rapide, mais dans le cas présent, cette rapide intervention ne l’arrangeait guère. Une once de culpabilité s’insinua en lui. Payer des gens pour vous protéger, et leur causer du souci en s’éclipsant sans les prévenir, voilà qui relevait de la plus mauvaise blague. Voilà un garde qui n’avait pas demandé à passer une nuit agitée et s’y voyait contraint pour un simple caprice. Mais ce sentiment appartenait à la Princesse, pas à Sheik, qui se contenta de laisser ses doigts parcourir sa lyre. Il prit quelques instants pour couvrir toute trace de surprise dans sa voix, mais ne traina pas outre mesure, il ne voulait pas non plus paraître suspect.

« Une jeune fille blonde aux yeux bleus ? Dans ce cimetière à cette heure ? Non, je m’en souviendrais. »

Ah ! Utiliser son déguisement pour tromper un allié. Mauvaise idée à l’évidence mais il n’avait pas le choix, il ne souhaitait pas rentrer au château. Pas comme ça, pas maintenant… Il avait cependant bien du mal à imaginer l’excuse que pourrait trouver Zelda le lendemain pour expliquer sa disparition. Elle devrait pourtant trouver.

« Ici vous et moi n’avons que les Morts pour seule compagnie. Là un prêtre innocent, là un simple soldat, et ici un Garde Royal. Du plus humble au plus puissant, ils sont à présent tous égaux et en paix. »

Mais il avait beau essayer de changer le sujet, il ressentait toujours la culpabilité de la Princesse, plus encore lorsqu'il partageait ses sentiments à l’égard des disparus. Il finit par céder en partie, il ne voulait pas non plus savoir le Garde dehors à chercher après elle toute la nuit.

« Vous ne devriez pas vous en faire ainsi. Rentrez donc vous reposer. Votre amie sera sans doute rentrée demain. »


Llanistar van Rusadir


Inventaire

(vide)

Altaranth hocha la tête lorsque l'inconnu lui répondit négativement concernant la princesse. Le garde royal s'inquiéta de cela. Son intuition l'aurait trahie? C'était inédit et malvenu dans une situation pareille. Il ne savait plus où la chercher. Le mont du péril semblait trop vaste pour être fouillé seul et il n'allait pas réveiller tout le village sur une supposition de son instinct. Dans le même temps, aller chercher du secours donnerait plus de terrain à la fugitive et le garde ignorait si celle ci comptait échapper à ses obligations encore longtemps. Il ne pouvait que la comprendre. La vie de monarque est rude et incroyablement contraignante, déprimante pour une jeune femme éprise de Liberté. Il semblait compréhensible qu'elle ait besoin de souffler de temps en temps...Mais cela ne l'arrangeait pas lui!

Il s'assit pour réfléchir à la conduite à suivre alors que lui répondait le jeune homme. Sa voix était agréable. Tout autant que son jeu de lyre. Altaranth pensait y saisir des traces d'une magie subtile et discrète. Un art caché, l'apanage d'un peuple qui n'était pas celui des Hyliens. Mais il cacha ses pensées et écouta la réponse avec plus d'attention.


"« Ici vous et moi n’avons que les Morts pour seule compagnie. Là un prêtre innocent, là un simple soldat, et ici un Garde Royal. Du plus humble au plus puissant, ils sont à présent tous égaux et en paix. »

Cela fit sourire Altaranth. Il ne voyait pas la mort ainsi. Comment aurait il pu? Il savait, on lui avait appris. Le garde possédait des secrets qui auraient rendu fou un mortel les entendant, pour peu qu'il les eut cru. Lui les croyaient, il savait qu'ils étaient la réalité. Et que cette réalité était plus complexe qu'un repos éternel et égal dans un paradis divin. Il repensa aux morts de cette journée funeste. Beaucoup d'innocents, d'otages...Et des traîtres également. Même parmi les plus puissants. Repensant à ce félon, il fut prit d'une colère intérieure aussi soudaine que furieuse. Un tel homme récoltait la compassion sous terre alors qu'il ne l'avait pas mérité lorsqu'il se tenait couché sous la botte de son seigneur ; Ganondorf. Il ne put empêcher son corps de trahir son émotion mais ne dit mot à propos de cela. Cet inconnu se moquait surement des querelles intestines au sein de la garde royale. Néanmoins il remarqua que ce dernier connaissait les noms de nombreuses victimes et qu'il devait ainsi vivre au bourg depuis au moins quelques temps. Rien d'étonnant avec son talent d'artiste.

"Je suppose que vous avez raison. Ils trouveront repos et douceur auprès de leurs dieux."

L'inconnu sembla alors gêné. Comme si il était mal à l'aise en présence d'une autre personne. Altaranth en fut intrigué car la confiance se lisait sur ce visage digne d'un ange. Mais quelque chose comme un conflit intérieur paraissait le tourmenter. Cela ne collait pas vraiment avec le spectacle du musicien assuré mais après tout, il avait surement choisit de venir dans ce lieu à cette heure pour être plus tranquille. Enfin, il déclara d'une voix douce et apaisante

« Vous ne devriez pas vous en faire ainsi. Rentrez donc vous reposer. Votre amie sera sans doute rentrée demain. »

Altaranth soupira. Si seulement c'était aussi simple. Ca l'aurait été avec une simple amie en effet et c'est ce que cet homme devait croire. Pour lui, le garde devait chercher une amie un peu éméchée ou bien une fille de ferme perdue. Avec la princesse, le problème devenait autrement plus complexe et grave. Si il lui arrivait le moindre accident, Altaranth ne se pardonnerait pas sa négligence avant longtemps.

"Je me dois de la retrouver. Permettez moi de réfléchir quelques instants ici et je m'en irais. Je ne cherche pas à vous déranger mais ma situation m'oblige à penser mes actes et à ne pas me précipiter...Comme je l'ai fait tel un idiot en galopant jusqu'ici. Ne vous inquiétez pas de moi. Faites comme si je n'étais pas là.

Altaranth recula et s'assit le dos contre la barrière de bois qui séparait deux parties du cimetière. Quelque chose ne collait
pas. Ses instincts ne l'avait jamais trahis ainsi. Il possédait l'intime conviction de ne pas s'être trompé. Et pourtant, ce lieu était vide de la jeune femme. Quelque chose lui échappait et il espérait que la musique de l'inconnu l'aide à réfléchir et à mieux dénouer la situation. Soudain un détail le frappa.


"Au fait, je ne vous ais pas demandé votre nom. Je me nomme Altaranth! Et vous?


Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

"Je me dois de la retrouver. Permettez moi de réfléchir quelques instants ici et je m'en irais. Je ne cherche pas à vous déranger mais ma situation m'oblige à penser mes actes et à ne pas me précipiter...Comme je l'ai fait tel un idiot en galopant jusqu'ici. Ne vous inquiétez pas de moi. Faites comme si je n'étais pas là."

Sheik haussa les épaules. Que pouvait-il répondre à cela ? Le zèle du garde lui faisait honneur. Il ne pouvait pas révéler qu’il savait qu’il s’agissait de la Princesse, ça aurait paru plus que suspect. Il ne pouvait pas non plus affirmer qu’elle allait bien. Il devait en outre avouer qu’absolument rien dans la situation ne permettait de le deviner… Le Garde avait bel et bien toutes les raisons d’être inquiet, et d’un point de vue extérieur il aurait commis une faute en écoutant le Sheikah.

« Vous pouvez rester ici tant que vous le souhaiterez. »

L’endroit ne lui appartenait pas, et la présence du garde ne le dérangeait pas. En outre, plus le garde était aimable et plus il avait de quoi se sentir coupable de ses cachoteries. Alors finalement il préférait le savoir là qu’à courir avec inquiétude par monts et par vaux après une ombre. À défaut de pouvoir l’empêcher de s’inquiéter et de pouvoir le faire rentrer dormir au château, sans doute pouvait-il l’occuper ici et le distraire. De toute façon, il aurait juste à lui fausser compagnie avant le lever du jour pour rentrer au château, et le lendemain le garde serait rassuré.

Alors qu’il ne cessait de jouer la mélodie qu’il avait entamée pour se détendre, il se demandait tout de même comment le garde avait retrouvé sa trace. Il n’avait pas spécialement essayé de se cacher, mais il n’avait pas non plus laissé d’indice derrière lui. La Princesse avait certes beaucoup insisté auprès de ses conseillers pour se rendre là, mais l’affaire n’avait pas été rendue publique et le projet vite enterré par ces derniers.

"Au fait, je ne vous ais pas demandé votre nom. Je suis Altaranth! Et vous?"

Bien sûr, il n’avait pas pensé aux présentations, lui connaissait le Garde mais la réciproque n’était pas vraie.

« Je m’appelle Sheik. »

Sa curiosité l’emporta et il décida que la meilleure façon s’empêcher l’homme d’aller parcourir Hyrule seul et en vain était de se ranger à ses côtés.

« Peut-être que je peux vous aider ? Qu’est-ce que vous fait penser que la jeune femme que vous cherchez est ici ? »


Dalan


Inventaire

(vide)

Dalan courait vite, mais pour échapper à autant de soldats, il fallait trouver autre choses. Encore une arnaque qui avait mal tourné. C'était très fréquents ces temps-ci car les gens font de moins en moins confiance aux inconnus. Il avait quand même pris beaucoup d'argent aujourd'hui. Il lui fallait trouver une solution si il ne voulait pas partir une nouvelle fois en prison. Combattre était une idée absurde. A moins de vouloir en amener encore plus. Quoique c'était tout à fait inutile vu que la plupart quittait leurs postes pour se lancer également à sa poursuite. Il courut et se retrouva dans une impasse. Coincé, pour la dernière fois sûrement. Enfin, il le croyait jusqu'à voir les soldats s'arrêter et trembler de peur.

-Eh ben, qu'est-ce que vous attendez ? Vous avez peur ?

Il reculèrent mais se ressaisirent un peu et firent un barrage pour l'empêcher de passer. Se croyant malin il sauta au-dessus du mur et atterrit doucement sur de la terre. Il ne comprenait pas à quel endroit il avait encore atterrit. Une tombe, un cimetière. Il manquait plus que ça ! Il savait d'où venait cette frayeur car il avait entendu dire que depuis la bataille du temple le nombre de mort avait renforcer les rumeurs concernant un cimetière hanté. Mais c'était un alcoolique qui n'avait plus toutes sa tête qui le lui avait dit. Comment a t-il pu faire croire ça à des soldats ? Le courage est la chose qui leur manque on dirait. Bien sûr Dalan n'avait pas que ça à faire de croire à de telle choses. Bien que mauvais, il ne restait pas insensible à toutes ces vies perdues.

Il marchait très tranquillement entre les tombes avant d'entendre un son magnifique qui lui fit redresser la tête. Lui aussi savait jouer de la lyre, mais pas aussi bien. Il s'approcha du son avant d'apercevoir deux personnes qui faisait peu entendre leurs voix. Il perdit d'un coup toutes méfiances envers eux. Il avança et s'assit avec eux en murmurant un:

-Bonsoir.

Il les regarda très attentivement et se tut pour écouter la lyre. Il aurait pu rester toute la nuit. Il perdit toutes idées de combat ou d'autres violences, ce qui était très rares chez lui puisque en plus d'être dedans, il y avait pris go^t et il aimait ça. Plus un mot. La nuit était tombée.


Aegis


Inventaire

(vide)

Il était très tard dans la nuit, pour ne pas dire très tôt dans le matin ; pourtant, quelque chose dans l'air donnait l'impression à Aegis que cette nuit avait quelque chose en particulier.
Il y avait déjà cette étrange et désagréable impression qu'il n'était pas seul -dans le sens où il sentait comme une agitation inhabituelle, même anormale- malgré l'heure très tardive. Généralement, il choisissait cette heure pour sortir justement afin de se faire le plus discret possible. Il y avait également la disparition soudaine de la Princesse Zelda, mais il devinait que d'autres gardes avaient déjà pris l'initiative de la chercher. Après tout, c'était bien la dernière chose à passer inaperçu. Non pas qu'il ne s'inquiétait pas de ne pas l'avoir vue de toute la soirée, mais qu'il jugeait qu'il était inutile de s'affoler et de réduire bien des chances d'en retrouver la trace.

Sa destination avait été, comme chaque jour -ou plutôt nuit-, le cimetière de Cocorico ; l'endroit qui l'avait abrité pendant les trois derniers jours durant lesquels il ne donna aucun signe de vie. De toute façon, dans l'état où il avait été, il n'aurait pu en faire autrement.

Et à présent qu'il y retournait, le doux son d'une lyre vint titiller ses oreilles, dans un silence absolu seulement perturbé par la mélodie. La première chose qui lui vint en esprit était qu'il y avait au moins une personne au cimetière ; il s'agissait d'une situation très peu habituelle, mais sa surprise n'atteint son comble qu'en voyant que le musicien était accompagné par deux autres personnes. Sa première réaction fut de se mettre derrière un arbre, les observant de loin avant de prendre le risque d'intervenir. Il y avait d'abord un autre garde royal qu'Aegis connaissait au moins de vue, et deux personnes qu'il n'avait, pour ainsi dire, jamais rencontrées. Le musicien était l'une des deux ; une silhouette gracieuse, et presque totalement couverte. La seule chose qui était visible était les yeux du jeune homme -car le mage crut le reconnaître en tant que tel-, mais il ne réussit pas à précisément le distinguer à cause de la distance les séparant.
La troisième personne était un jeune homme blond que le mage de l'Ombre s'étonna de ne pas reconnaître ; après tout, une personne pareille n'était pas du genre qu'on oublie... Peut-être n'était-il pas là depuis longtemps, tout bonnement ?

Calmement, le jeune sheikah se détacha de l'arbre mort pour s'avancer calmement vers le groupe, évitant de faire du bruit pour ne pas troubler le calme régnant. Étrangement, l'instrument donnait une ambiance assez agréable, faisant presque oublier le détail qu'il s'agissait de l'un des lieux les plus lugubres du pays.

La brise se faisait de plus en plus fraîche, quoique le léger manteau du blond suffît à l'en protéger. Par ailleurs, lorsqu'il arriva au niveau des trois autres personnes, il se fit très discret, saluant silencieusement l'assemblée. Sans rien dire, il se contenta d'écouter le sombre nocturne qui se créait par les doigts habiles du sheikah : sheikah à propos duquel le mage sentait quelque chose de spécial mais qu'il ne saurait s'expliquer pour autant.


Llanistar van Rusadir


Inventaire

(vide)

Altaranth était subjugué par le jeu de Sheik. Ce dernier possédait un talent rare et l'exerçait avec une finesse toute aussi peu commune. Sa main semblait guidée par une force supérieure tant elle se mouvait avec grâce et précision entre les cordes de l'instrument. Chose étrange, le garde sentit quelque chose de changé autour de lui mais ne vit rien. C'était comme si la nuit s'était tue pour écouter elle aussi. Comme si les ombres s'étaient figés, émues par la beauté de cette mélodie. Un Nocturne pour les Ombres. Alors il décida qu'il ne pouvait pas rester sans rien faire. Il appela son cheval d'un sifflement. Alors qu'Altaranth l'entendait arriver sans empressement, le jeune inconnu, sans interrompre son jeu, lui déclara d'une voix particulière mais dotée d'un charme certain:

"Je m'appelle Sheik."

"Sheik? C'est un nom étrange mais beau. J'y vois...des regrets, une volonté forte et une grande sagesse...Mais je m'égare. Ce ne sont que des suppositions basées sur ce que votre nom m'inspire. Je n'ai jamais vraiment cru à cette légende que les noms ont à voir avec les caractères.

Son cheval arriva alors à sa hauteur. Il flatta son encolure puis ouvrit une des sacoches accrochée à la selle. Il en sortit une étrange viole étrangement taillée dans un bois d'ébène. Elle avait des points communs avec les violes et les violons d'Hyrule mais se jouait appuyée sur le cou et le bras et possédait une dizaines de cordes. Altaranth l'accorda d'une main experte et fit sonner les cordes les unes après les autres. Enfin, il sortit un archet doté de crins blancs et l'appuya sur son instrument. Alors Sheik joua les premières notes de la mélodie, suivit par le garde. Ce dernier fut aussitôt subjugué. Cet air l'emportait, faisait danser son bras autour de sa viole, explorait les infinies possibilités de la musique, emplissait son esprit d'ivresse. Il sut qu'il n'oublierait pas cette musique, jamais. Ils jouèrent encore quelques minutes et lorsque cela fut finit, il regarda avec incrédulité son propre instrument. [spoiler]Manque plus que le "Vous avez apprit le Nocturne de l'Ombre" :P [/spoiler]

Il commençait à bien apprécier Sheik. Les musiciens de son talent se faisaient rares et on n'avait jamais la chance de les côtoyer très longtemps. Les esprits artistes sont également des esprits libres qui adorent le voyage et la découverte. Altaranth les comprenait et les enviait. Il avait lui même beaucoup voyagé et cela lui manquait souvent. Il soupira en pensant que tout cela ne l'avait pas aidé à prendre une décision concernant la princesse. Il aurait aimé continuer à jouer jusqu'au matin mais il savait cela impossible. Alors qu'il rangeait son instrument, Sheik prit la parole.


« Peut-être que je peux vous aider ? Qu’est-ce que vous fait penser que la jeune femme que vous cherchez est ici ? »

Décidément, il l'aimait bien. Il soupira et regarda la Lune, déjà haute dans le ciel. La nuit était belle. Trop belle pour la gâcher avec pareille inquiétude mais Altaranth était nerveux de nature, il n'y pouvait rien.

"Si vous pouviez m'aider, je ne refuserais pas mais je ne sais point ce que vous pourriez faire. Celle que je chercher est une jeune femme...importante. Elle a beaucoup de responsabilités et de devoirs et il arrive parfois qu'elle ressente le besoin de s'en décharger quelques heures. Je la comprend et mon but n'est pas de la retrouver pour la ramener de force au château. Je veux juste m'assurer qu'elle aille bien. Elle fait le bonheur de beaucoup de gens et si il lui arrive malheur, tous en souffriront. Cette situation est fort complexe et j'essaye de faire au mieux mais ce n'est pas évident, loin de là. Pour tout vous dire, j'ai suivit mon intuition en venant ici. Elle a été très touché par les horreurs de ces derniers temps et je pensais la trouver ici, rendant hommage à ces morts. Il faut croire que je me suis trompé. Et je ne sais plus où chercher.

Altaranth s'assit sur le chemin de terre. Il était abattu et en même temps, ne parvenait pas à comprendre pourquoi il se confiait autant à son camarade de musique. Il lui trouvait quelque chose de rassurant, en lequel avoir confiance, comme une sagesse étonnante et une bienveillance masquée derrière son apparence réservée. Une vois à l'intérieur du garde royal lui soufflait que Sheik possédait quelque chose de spécial, de rare mais il n'y prêta pas beaucoup d'attention. Il se sentait à l'aise, apaisé comme rarement...Mais soudain, un léger bruit retint son attention, derrière lui.

"Bonsoir."

Altaranth se retourna brusquement et vit un jeune homme blond prés de lui. Ce dernier semblait avoir courut il n'y a pas longtemps. Un amant en fuite? Un voleur? Un adolescent joueur? Le garde ne le savait pas mais il était certain d'avoir déjà vu ce visage quelque part...Et ça n'était pas chez les enfants de chœur du temple du temps. Il glissa une main vers sa ceinture. Une dague et des menottes. Si ce jeunot était animé de mauvaises attention, il aurait des ennuis.


Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

Plus Sheik écoutait le garde et plus le sentiment de culpabilité augmentait. Par les Déesses, comment pouvait-on laisser quelqu’un de si attentionné envers vous, ou une part de vous, se morfondre sans rien faire ? Ce dernier disait ne pas vouloir forcer la Princesse à rentrer au Château… Si le retour se faisait sans heurts, et si qui plus est il pouvait profiter encore un peu de la liberté…

En même temps… Il se demandait s’il n’était pas un peu tard pour retourner sa veste. Que penserait le Garde en apprenant la vérité ? Comprendrait-il ? Une confiance si vite acquise et si vite perdue… Mais que valait une confiance si elle était basée sur des mensonges ? Garder ce secret devenait un caprice puéril. Il était heureux d’être toujours en train de jouer, au moins avait-il plus de facilité à cacher ses émotions, quoi qu’il se demandait si elles n’étaient pas tout simplement retranscrites dans sa musique.

« À vrai dire je … »

Mais alors qu’il s’apprêtait à révéler – et advienne que pourrait – qu’il pouvait lui certifier que la Princesse allait bien, il se stoppa en entendant une autre voix et en voyant le garde réagir au quart de tour face au nouvel arrivant. Il avait été tellement absorbé dans sa musique et pris par son conflit intérieur qu’il n’avait absolument pas entendu le… non, les nouveaux arrivants arriver. Ainsi, être un Sheikah ne faisait pas tout, on pouvait tout de même se faire surprendre en manquant d’attention, et ces dernières minutes Sheik s’était complètement coupé de ce qui se passait autour de lui. Il avait de la chance que les nouveaux arrivants n’aient apparemment pas d’intentions belliqueuses, du moins c’est ce qu’il en déduisait, sinon ils auraient profité de son inattention au lieu de s’annoncer, même si l’un restait plus discret que l’autre.

La donne avait néanmoins changé, car s’il révélait ce qu’il savait, Altaranth voudrait sûrement des preuves, sans quoi il serait suspect. Et il ne tenait pas à donner de preuve de son identité maintenant qu’ils n’étaient plus seuls. Il observa leurs deux invités. Malgré la pénombre, celui qui se tenait un peu plus en retrait et que le garde à ses côtés ne semblait pas avoir remarqué lui était familier. Il finit par identifier un Garde Royal et se demanda s’il était lui aussi à la recherche de la souveraine, espérant que non, cela compliquerait les choses et surtout le retour... L’autre par contre il ne le connaissait pas. Cependant, si la présence du garde – et même de deux gardes royaux semblait-il à présent – à ses côtés avait de quoi le tranquilliser, il ne comprenait pas la réaction d’Altaranth envers le jeune homme. Le connaissait-il ? Était-ce un criminel ? Il salua les nouveaux arrivants d’un signe de tête, ses mains étant occupées, avant d’ajouter à l’attention de son compagnon, la voix toutefois assez haute pour se faire entendre de tous :

« Du calme mon ami, nos hôtes vont sans doute nous expliquer la raison de leur présence ici. »

Ses doigts cessèrent un moment leur course, mais la pause fut de courte durée. Une note, une autre… La mélodie avait changé, il entamait à présent sa mélodie de prédilection, il l’avait composée seul, aurait-il été prétentieux de l’appeler « le thème de Sheik » ?

[flash(240,20)]http://hyrulesjourney.com/flash/dewplayer-multi.swf?son=http://senhime.hyrulesjourney.com/musique/sheik.mp3&autoplay=0[/flash]


Aegis


Inventaire

(vide)

Le mystérieux individu avait cessé de jouer, adressant des paroles à l'autre garde royal qu'Aegis, étant arrivé trop tard, ne put réellement comprendre. Pourtant, la raison de la présence d'Altaranth en ces lieux n'étaient pas difficiles à comprendre, ou du moins à deviner. Mais beaucoup de choses restaient malgré tout inexplicables pour le sheikah, le cimetière étant habituellement désert, particulièrement pendant les derniers jours où il n'aperçut personne.

Quoi qu'il en ait été, le musicien prit la parole d'une douce voix aiguë. Pas assez pour être féminine, mais elle avait pourtant une sonorité particulière, ne faisant qu'accroître l'impression énigmatique qu'il pouvait donner. Cependant, il interrompit très vite ses paroles, notant finalement la présence des deux arrivants qu'il salua d'un signe de tête.
Comme, très probablement, suite à la discussion qu'il avait préalablement eue avec Altaranth, il déclara, tout faisant comprendre aux deux autres personnes qu'il ne les ignorait pas :


« Du calme mon ami, nos hôtes vont sans doute nous expliquer la raison de leur présence ici. »

Sa voix était clairement perceptible dans le silence pesant du cimetière, quoique le jeune garde ait également eu l'impression d'entendre le cri d'un des nombreux esprit égaré du cimetière, ce qui le fit se crisper un petit moment. L'artiste n'attendit pourtant pas bien longtemps pour refaire jouer ses doigts fins sur les cordes pincées de l'instrument, produisant une mélodie mélancolique, mais bien moins sombre que la précédente. En somme, elle était parfaitement représentative du personnage la jouant, douce, mais pleine de sens.

Calmement, Aegis attendit que le silence s'installe à nouveau pour répondre, d'un air se voulant assuré.


«- Pour être honnête, ce n'est que le hasard qui m'a apporté en ces lieux. A aucun moment je ne me suis douté d'y trouver qui que ce soit. »

Il ne put réprimer un léger sourire qui s'imprima sur ses lèvres à cette réponse. Le hasard était une excuse qu'il avait peut-être suffisamment sortie ? Il l'avait pourtant dit naturellement, sans réellement y réfléchir ; peut-être qu'à prendre machinalement et régulièrement le chemin du cimetière, il ne put donner une réelle raison à sa présence ?
Probablement. Il n'avait même pas senti le trajet jusqu'à cet endroit, faisant presque partie d'un rituel.


«- Veuillez excuser mon intrusion. »


Dalan


Inventaire

(vide)

« Du calme mon ami, nos hôtes vont sans doute nous expliquer la raison de leur présence ici. »

Un instant, la musique s'était arrêtée pour reprendre directement après. Il se sentit mal à l'aise car les deux autres personnes le regardant avec une certaine méfiance. Des personnes importantes apparemment. Pour dissiper cet ambiance, il décida de s'expliquer sur la raison de sa venue au cimetière.

-Bah euh ... Je passais par là et j'ai entendu une musique alors je suis venu voir.

Il crut un instant que son mensonge n'était pas passé mais les autres détournèrent la tête. Il avait l'impression de les avoir déjà croisé pourtant. Peut-être dans une auberge ou dans la rue. En tout cas, il valait mieux pas révéler la raison pour laquelle il est venue au cimetière. Il décida de ne pas poser de question car cela pourrait paraître suspect. Il referma donc la bouche pour ne pas dire la question qu'il brûlait de demander à l'inconnu qui jouait de la lyre. Il avait un côté bizarre comme même mais il n'y prêta aucune attention.

Il se leva et partit s'asseoir sur une tombe juste à côté du joueur de lyre. Il ne savait plus quoi faire, rester ou partir ? Il entendit un cri au loin :

-Alors, vous l'avez trouver ?

Il se retourna brusquement, trop brusquement. Il était grillé à tout les coups par un des deux inconnus aux allures de soldats. Il espérait qu'aucun n'avait entendu le cri ce qui serait miraculeux.


Llanistar van Rusadir


Inventaire

(vide)

Altaranth sentit la tension qui l'habitait le quitter grâce aux notes douces et apaisantes de la mélodie que jouait Sheik. Il ne se sentait toujours pas en confiance pour autant. La phrase du jeune musicien l'avait frappé. Tout d'abord parce que ce dernier l'avait appelé "mon ami" et que pour un homme du Nord, ces hommes portaient un grand sens lorsqu'ils étaient dit avec franchise comme c'était le cas présentement. Ensuite parce que Sheik avait évoqué 2 hôtes et que le Garde n'en avait entendu qu'un. Ce lieu était sensé être désert. On racontait même au village que des esprits rodaient prés des tombes. Et voilà qu'un jeune homme au visage étrangement familier et un autre garde se trouvaient là...Sois disant comme par hasard.

Si Altaranth s'était attendu à trouver autant de monde, il aurait au moins mit son uniforme. Les manquements au protocole étaient assez sévèrement punis, bien qu'il fut lui même un des plus gradés de la garde. Mais si ce jeune homme était lui aussi à la recherche de la princesse, il n'aurait pas répondu ainsi à un frère d'arme. Il devait ignorer la situation, ce qui était une bonne chose. Moins il en saurait, plus le Nordique serait tranquille dans ses recherches.

Mais soudain des voix retentirent venant du village. Comme si quelqu'un était recherché...Ces gardes cherchaient ils la princesse? Si c'était le cas Altaranth se devait de quitter les lieux afin de diriger les recherches. Pourtant son instinct lui hurlait de ne pas partir de là. De rester et d'attendre car c'était ici que sa place était. Et puis il regretterait la compagnie de Sheik si il s'en allait si vite et brusquement. Il se tourna alors vers le jeune musicien.


"Puisque le hasard nous a tous réunit ici, autant ne pas nous en faire. Il me reste un peu de temps avant de devoir repartir pour accomplir ma tache. Peut être pourrions nous jouer encore un peu, mon ami?

Altaranth ressortit sa viole et la positionna sur son bras. L'archet frotta une première fois légèrement les cordes puis le bras le tenant commença à jouer.


Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

Sheik écouta les réponses des deux jeunes gens. Le hasard ? Eh bien lui qui avait eu peur que les morts manquent de compagnie, il pouvait être rassuré, les visites semblaient fréquentes. Il nota que le second garde Royal – il chercha dans sa mémoire… Aegis ? – n’était pas à la recherche de la Princesse. Ou il ne voulait pas le révéler aux personnes présentes, mais c’était peu probable. Au contraire d’Altaranth qui avait été inquiet et réticent à se détendre, celui-là semblait calme et serein. Sans doute n’était-il pas au courant de sa disparition et réellement là par hasard, tant mieux.

« Intrusion ? Au contraire, vous êtes tous deux les bienvenus. Je suis sûr que les résidents n’ont pas souvent droit à autant d’animation. »

Mais alors qu’il venait à peine de terminer sa phrase, il entendit un cri qui devait provenir du Village Cocorico non loin de l’enceinte du cimetière.

« Alors, vous l'avez trouvé ? »

Il eut un instant d’inquiétude, si sa disparition avait été découverte et rendue publique aux gardes, et qu’une équipe était à sa recherche, la Princesse aurait quelques ennuis à son retour. Il avait espéré que si son absence devait être découverte, peu de gens seraient au courant et que l’affaire resterait secrète et gérée dans la discrétion ! L’inquiétude fit cependant rapidement place à la surprise quand il sentit un frémissement à côté de lui. Le jeune homme dont il ne connaissait pas le nom venait de se retourner anxieusement vers le bruit de voix. Une telle réaction, si elle ne prouvait rien, n’était pas pour autant signe d’une conscience tranquille, il était curieux d’en connaître la raison exacte.

« Puisque le hasard nous a tous réunis ici, autant ne pas nous en faire. Il me reste un peu de temps avant de devoir repartir pour accomplir ma tache. Peut être pourrions nous jouer encore un peu, mon ami? »

Il reporta son attention vers le Garde et lui sourit. Il était soulagé que ce dernier ne reparte pas, puisqu’il aurait eu du mal à le retenir sans révéler son identité, et ravi de voir qu’il avait réussi à l’apaiser. La musique était sans doute le meilleur des remèdes.

« Volontiers, voilà une très bonne idée. Je propose même un accompagnement vocal. »

Il fit un signe de tête en direction de Dalan.

« Je propose que le jeune homme ici présent nous raconte une histoire. Une histoire passionnante et pleine de mésaventures, mais aussi d’interdits et de manquements à la loi. Celle qui explique qu’une jeune personne réagisse avec angoisse en entendant crier des gardes. »

Loin de lui l’idée de lancer les deux Gardes Royaux contre le jeune homme, d’où la formulation délicate. Il ne lui avait pas paru réellement dangereux, et quelqu’un qui savait apprécier la musique ne pouvait être totalement mauvais à ses yeux. Cependant, il préférait savoir ce que ce dernier se reprochait – si du moins il se prêtait au jeu et racontait la vérité, mais dans le cas contraire, une discussion ne pouvait qu’aider à mieux le connaître et le cerner – plutôt que de fermer complètement les yeux sur la situation. Il espérait que les Gardes laisseraient effectivement le jeune homme s’exprimer avant toute conclusion hâtive, mais dans le pire des cas il avait les pouvoirs d’intervenir.


Aegis


Inventaire

(vide)

Au fond, l'autre jeune homme n'avait pas plus d'imagination que lui, et Aegis se sentit moins seul à aimer se promener sans raison près du cimetière au beau milieu de la nuit -quoique ceci sonnât presque sans ironie en ce moment précis-. Le jeune garde royal ne s'en préoccupa pas, au contraire, il se contenta d'acquiescer, l'air peu concerné.

Son collègue en plus parut détendu ; l'effet était très certainement celui attendu par l'apaisante musique de l'énigmatique sheikah, mais ne pouvait-il pas y avoir autre chose ? saurait-il la princesse en lieu sûr ? Ou alors n'était-il pas là pour elle ? Cette dernière perspective intrigua quelque peu le blond qui ne chercha pas à en savoir plus par pure discrétion. Le mage ne connaissait que peu Altaranth, mais ne serait pas étonné de savoir qu'il n'avait rien contre fréquenter des endroits peu rassurants par des heures aussi tardives. Seulement, il sentait qu'il serait le premier alarmé s'il venait à arriver quoi que ce soit à la jeune dame, mais... Il se retourna discrètement pour regarder les alentours ; oui, décidément, ils étaient bien les quatre seules personnes présentes en ces lieux. A ce constat, il s'abandonna simplement aux douces notes de la mélodie, essayant tant bien que mal d'oublier les hurlements des esprits tourmentés qui n'auraient quitté leurs corps qu'il y a peu. Les autres ne les entendaient-ils pas ? Ce ne serait pourtant pas surprenant que l'un d'eux apparaisse soudainement face à eux, agressif, car il s'agissait là d'une des choses pour lesquelles le cimetière était si mal réputé. La musique devait réellement les toucher, si le nécromancien secret en croyait l'intonation de leurs plaintes sans continuité.

-Alors, vous l'avez trouvé ?

Une voix assez banale avait articulé cette phrase, celle d'un soldat banal qui traque un criminel -ou bien moins que ça- banal. C'était sans doute la raison qui fit que le mage noir ne réagit pas en l'entendant, certainement trop habitué à ce genre de cris qui fusaient d'une ruelle sombre et déserte. Toutefois, on ne pouvait pas en dire autant du jeune inconnu qui eut une réaction presque excessive. Enfin, elle aurait été considérée comme telle s'il n'était pas concerné par les cris des gardes, mais peut-être l'était-il ?

Quoi qu'il en soit, Altaranth sortit un instrument de musique, le positionnant sur son bras. Il fit d'ailleurs jouer l'archet sur les cordes pour les faire vibrer, après avoir demandé à l'autre musicien de continuer. Ce dernier acquiesça, demandant avec une doigté étonnante à Dalan d'expliquer sa réaction.
La finesse avec laquelle il l'avait dit était d'ailleurs telle que tout ce que le jeune garde put faire était d'attendre sagement qu'une quelconque réponse leur vient, dans une ambiance totalement détendue par le morceau musical.


Dalan


Inventaire

(vide)

« Je propose que le jeune homme ici présent nous raconte une histoire. Une histoire passionnante et pleine de mésaventures, mais aussi d’interdits et de manquements à la loi. Celle qui explique qu’une jeune personne réagisse avec angoisse en entendant crier des gardes. »

Bon, il manquait plus que ça. Si il voulait avoir une chance de se retirer sain et sauf, il fallait qu'il regarde qu'elle action il pourrait effectuer à ce moment précis. La fuite immédiate était à exclure car elle voulait dire clairement qu'il était responsable des cris et que il était recherché. La seule chose à faire était de faire ce qui était demandé. Il entreprit de commencer un récit inventer et ne relatant que des choses entièrement fausses et qui n'éveillerait aucun soupçon. Il n'avait qu'à jouer la victime. Il regarda l'homme à la lyre et commença:

-Mon père est alcoolique et il a eu un accès de violence il y a deux jours. Ma mère est morte à l'accouchement et j'ai du voler cette bague et la vendre pour nourrir ma petite sœur et moi après nous avoir éloigné de ce père dangereux. J'ai revoler la bague à celui à qui je l'avait vendu pour avoir une source d'argent continue. J'ai alors commencer à voler des choses de plus grande valeur pour pouvoir vivre de plus en plus confortablement. Un jour, l'homme à qui j'avais repris la bague à décider de se venger et pour se faire, a entreprit de me prendre mes biens. Je n'était pas là et ma sœur a essayer de faire de son mieux pour protéger ce que l'on avait. Mais un mauvais coup et elle est tomber par la fenêtre. J'ai retrouver l'homme et je l'ai tué. Maintenant je continue ce que j'ai toujours fait mais l'on me poursuit pour des fautes que j'ai commise pour des raisons de survient, ce que tout autre personne aurait fait à ma place.

Un mensonge comme il était habitué à en sortir treize à la douzaine. Normalement, il était passé à moins que ces personnes soit vraiment paranoïaque. Il se leva et se dirigea vers l'entrée, bien décider à ne pas rester avec des gens qui allaient peut-être le capturer. Cependant, il marchait lentement de sorte à ce que cela n'attire pas de soupçons. Quel sera leur réaction. De la pitié ? Ou bien de la haine envers un banal voleur ? Ou bien peut-être qu'ils se contenteront de l'ignorer ?

Néanmoins, ils pouvaient être des gardes et ils se contenteraient alors de faire leurs travaillent. Il s'arrêta et regarda l'homme habillé en noir d'un regard perçant, rempli de dégout. Il n'avait pas l'air normal, et il c'est celui qui avait l'aire de se méfier de lui le plus. Il s'était mit à jouer lui aussi et il jouai assez bien il fallait l'avouer.


Llanistar van Rusadir


Inventaire

(vide)

[spoiler]Voilà ce que Sheil et Alta jouent.
[/spoiler]

La musique emplissait le cimetière d'une mélancolie palpable presque physiquement. L'émotion envahit presque aussitôt Altaranth dés que Sheik lui fournit l'accompagnement. Le garde connaissait cet air depuis des temps anciens mais l'improvisation de son ami donnait une force nouvelle et une volupté superbe à la mélodie. C'est alors que Dalan partit dans un récit court mais brut contant des évènements très noirs pour un humain de cet âge. Une vie déchirée si jeune...Le garde royal apaisé par la musique fit quelque chose d'impensable et temps normal...Il fit comme si il n'avait rien entendu. Tous ses conflits s'apaisaient alors que le jeune homme en face de lui avouait un crime horrible répondant à un crime tout aussi abominable. Le monde lui semblait souillé. La moindre injustice était un poignard au coeur d'Altaranth qui fut le premier surprit de ressentir pareille émotion.

Soudain, il entendit les cris des esprits. Les hurlements déchirés des âmes en peine, incapables de trouver le repos par la faute de leurs regrets d'une vie malheureuse et tragique. Ils l'entouraient, cherchaient à lui parler mais de leurs lèvres brumeuses, rien ne sortait. Alors Altaranth commença à chanter.
La langue sacrée des Natherins sortit de ses lèvres sans qu'il s'en rendit compte. Sa voix envahit le cimetière, forte et grave. Il pensait que cela pourrait apaiser les esprits, au moins le temps d'une nuit. Mais alors que la plupart se massaient autant de lui, l'un d'eux le regarda étrangement. Il souriait d'une manière malsaine, même pour un esprit. A l'écart des autres, il semblait attendre un moment propice pour se manifester.

Et c'est alors qu'Altaranth changeait de main pour jouer une nouvelle partie de la mélodie que l'âme se jeta sur lui. Le garde esquiva en une roulade au sol et se retourna brusquement vers son nouvel ennemi, brusquement revenu dans le monde des vivants.


"Prenez garde Sheik! Ces âmes en peine peuvent être très dangereuses!

Il ne tira pas son épée, ca ne servait à rien. Son arme utilisait le pouvoir du monde des morts pour trancher dans le monde des vivants, pas l'inverse. Il se sentit soudain désarmé avec seulement son instrument dans sa main mais il fit face. Décidé à en comprendre plus sur ce nouvel et inconnu adversaire.


Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

Sheik écouta attentivement le récit du jeune homme. À vrai dire, il ne s’attendait pas à cela. Il n’imagina pas un instant qu’il puisse s’agir d’un mensonge, parce qu’il pensait, peut-être naïvement, qu’une personne qui aurait menti aurait plutôt pris soin d’atténuer les charges à son égard. Le Sheikah pour sa part n’aurait pas qualifié la mort d’un homme par vengeance de geste de survie, même s’il pouvait comprendre la démarche, l’approuver était tout autre.
Cependant, qui était-il pour juger, ayant toujours eu une vie confortable ? Son sens de la justice le disputait avec son inclinaison au pardon. Cette nuit, il ne portait pas le fardeau des décisions. Cette nuit, il n’était pas la Princesse, et il ne se trouvait pas dans un tribunal. La justice ferait son œuvre un autre jour, il n’avait pas le cœur à cela et le Garde à ses côtés semblait ne pas l’avoir non plus.


Il observa le jeune homme qui depuis son discours s’était un peu rapproché de la sortie du cimetière. C’eut été une bien mauvaise idée de fuir vers le Village où des soldats le cherchaient encore activement.
Cela dit, si Sheik ne comptait pas invoquer de punition pour l’heure, il tenait tout de même à éclaircir un point. Son histoire était certes triste à entendre, et il avait subit malchance sur malchance, mais tout de même…


« À t’entendre, on croirait que tout cela était naturel. Ne regrettes-tu donc pas, ne serait-ce que légèrement, tes actes ? »

Mais alors qu’il terminait sa phrase, il vit surgir du néant le spectre qui se jeta sur Altaranth, ce dernier esquivant heureusement assez rapidement. Sheik quant à lui, surpris qu’il était, n’avait pas eu le temps de faire un geste. La Princesse plus sensible à la magie aurait peut-être senti arriver le fantôme, lui n’avait guère prêté attention aux énergies à l’œuvre dans ce lieu. Heureusement qu’il n’avait pas été la première cible de l’esprit.

[img]https://2img.net/h/i13.photobucket.com/albums/a273/pocket_igloo/legend%20of%20zelda/poe.gif [/img]

"Prenez garde Sheik! Ces âmes en peine peuvent être très dangereuses!"

Plutôt mauvaise comme nouvelle. Il ne comprit d’ailleurs pas pourquoi le Garde ne tirait pas son épée de son fourreau. Il se demanda si ce dernier avait une autre idée en tête, mais il ne souhaitait pas prendre de risques et ne prit pas le temps d’attendre de constater la réponse par lui-même. Alors que le fantôme s’apprêtait à se relancer à la charge sur sa première cible, Sheik tira de sa manche plusieurs aiguilles longues et fines. Il lui fallu à peine une seconde pour viser l’âme et lancer ses projectiles, mais il sembla que c’était suffisant pour que l’esprit sente le regard du Sheikah sur lui. Avant que les aiguilles ne l’atteignent, il disparut et ces dernières se fichèrent un peu plus loin dans la terre. Seule la lanterne que transportait le spectre restait visible et permettait de connaître sa position.

Il recula d'un pas en voyant que l'esprit, sans doute en colère d'avoir été attaqué, s'était mis à avancer vers lui. Il se préparait à esquiver si le fantôme se jetait sur lui comme il l'avait fait sur Altaranth. Il aurait bien riposté mais il n'avait aucune idée de ce que ce dernier craignait. S'il ne pouvait pas le viser avec ses projectiles, il lui restait le combat à mains nues. Les spectres craignaient-ils les coups? Il ne savait pas s'il voulait tenter l'expérience avant d'en être sûr.

« Dangereux hein... Par le plus grand hasard, quelqu'un ici saurait-il comment maîtriser une âme en colère ? »


Aegis


Inventaire

(vide)

L'ambiance des lieux était passée d'un silence déchirant combiné aux craquements des branches mortes au moindre mouvement de vent, à une tristesse presque apaisante, composée par une musique douce et tellement émouvante qu'Aegis crut qu'elle allait le toucher à un moment. Lorsqu'il posa ses yeux sur un malicieux esprit, une lueur aussi étrange qu'éphémère avait traversé ses yeux pourtant toujours ternes d'hypocrisie. Les âmes avaient toutes revêtu le masque désespéré du fantôme hurlant, sauf celle au fond, dont le sourire ne présageait rien de bon.

Il ne savait pas réellement pourquoi ils étaient tous ainsi sortis ; généralement, ils ne manifestaient rien en sa présence, le considérant comme l'un des leurs. Le message transmis par ce morceau de musique serait sûrement arrivé à bon port.

L'autre jeune homme se mit finalement à conter sa présumée histoire, bercé par la mélodie. Cela parlait d'une personne maltraitée par la vie dont elle s'est largement vengée par la suite, et Aegis se demanda un instant si le franc-parler du jeune blond était dû à son manque de remords ou à autre chose. Quoi qu'il en soit, l'heure n'était visiblement pas à jouer les justiciers, pour peu que le mage en avait envie. D'ailleurs, l'énigmatique sheikah avait clairement signifié au recherché qu'il était loin d'approuver ses méthodes, mais sans plus. Quelque part, le nécromancien ressentit pour la première fois de la fascination envers un mortel, et se surprit à vouloir en savoir plus sur lui. Mais l'esprit coquin n'était réellement pas de cet avis, se jetant férocement sur Altaranth qui ne put qu'esquiver. Mais que pouvait-il faire pour neutraliser une âme déjà morte ? Lui-même pour être un magicien de l'Ombre ne voyait rien de tel. En fait, même s'il l'avait pu, il n'en aurait rien fait ; la raison est que si les mortels avaient si peu d'intérêt pour lui, ce n'était pas par opposition aux immortels mais bien aux morts.

Maintenant qu'il y pensait, vaincre un de ces esprits en combat permettrait sûrement de lui donner sa liberté, mais sa méthode à lui était toute autre. Le fait est qu'il ne voyait pas comment toucher un esprit qui disparaît avant même qu'une aiguille lancée à toute vitesse ne l'atteigne ?

Une aiguille ?

La lanterne, seul vestige du spectre démontrant sa position, s'avançait vers Sheik, faisant comprendre à Aegis qu'il était l'auteur de l'attaque. Trop absorbé par la contemplation du spectre, il entendit seulement le mystérieux musicien dire :


« Dangereux hein... Par le plus grand hasard, quelqu'un ici saurait-il comment maîtriser une âme en colère ? »

«-La violence est la dernière chose à essayer. » 

Presque sans qu'il ne s'en rende compte, il avait prononcé cette phrase en étant posté entre le blond aux yeux rouges et la lanterne. Toutefois, une forte hésitation s'empara de lui lorsqu'il réfléchit à agir, de peur de faire découvrir ses pratiques assez peu appréciées dans la région.
Mais en effet, il ne valait mieux pas lancer un combat ; ni le temps, ni le lieu n'y étaient appropriés, et cela ne ferait qu'augmenter la colère de l'âme. Par ailleurs, celle-ci demandait simplement à être convaincue de la futilité de ses actes, ne pouvant être vraiment qualifiée de mauvaise.
D'un pas calme, il s'avança vers l'esprit qui, lui sembla-t-il, avait ralenti. Il n'avait aucune raison de s'en prendre à lui en fait, sûrement trop habitué à sa présence, mais la raison de cet accès de folie subit laissait le mage perplexe. Tout en murmurant des paroles inaudibles, il se mit à une petite distance du fantôme qui sembla se calmer un minimum.

Le spectre réapparut finalement, s'immobilisant à quelques centimètres du blond qui fit discrètement signe aux autres hommes de ne pas attaquer. Il n'était pas apaisé pour autant, ni encore moins dissuadé de rentrer chez les morts, car ses yeux dégageaient toujours une grande tristesse, de la rancœur aussi, et un trouble énorme.

« Qu'y a-t-il ? »  avait-il murmuré très doucement, de façon à ce que lui-même ne s'entende pas assez clairement. Quelque peu peiné, il se demandait réellement ce qui pouvait l'apaiser et lui faire connaître le repos éternel. Sur cela, il devait avouer qu'il comptait sur le musicien talentueux qui saurait certainement la débarrasser de ce poids.


Dalan


Inventaire

(vide)

[Désolé pour le retard =/]

La musique s'était arrêté et il entendit une voix en détresse pile à l'endroit qu'il venait de quitter. Il se retourna pour observer la scène et vit qu'apparemment les spectres n'avaient pas trop appréciés leurs visite nocturne. Mais devant lui des gardes patrouillaient et c'était presque impossible de s'enfuir incognito. Peut-être qu'ils allaient l'aider à s'en aller si ils leurs venaient en aide. Ils semblaient ignorer que les physiques ou matérielles n'avaient presque aucun effet sur des monstres eux-même immatériels. Mais sa magie étant modérée, il ne pouvait pas faire de très gros dégâts sur des spectres d'autant plus qu'ils n'en avait jamais combattu auparavant. Il décida de retourner pour les aider et également se prendre une lanterne dans la jambe. Il trébucha mais ne tomba pas, les esprits sont vraiment sournois.

-Quelqu'un maîtrise une magie a peu près correcte ici ?

«-La violence est la dernière chose à essayer. »

- Une meilleure idée peut-être ?

Aux prises avec cette horreur, ils les voyaient tous un peu désemparés mise à part le blond qui semblait ne pas paniquer. Il attendit une idée vent de sa part ou un miracle, mais rien ne se produisit.

*Il attend le déluge ou quoi, s'il ne se bouge pas un peu on va être dans une très mauvaise posture, pire que celle actuelle*,pensa t-il.

L'esprit semblait d'ailleurs s'énerver et la seule chose que l'autre blond puisse trouver d'intelligent à faire, c'est de rester à proximité du fantôme et de lui murmurer des paroles incompréhensibles. On dirait qu'il avait pitié de lui. Comment avoir pitié d'une horreur pareille ? C'est une des choses qu'il ne comprend pas qu'elle puisse exister dans un monde où on se tient mieux sans elles. Elle l'écœurait profondément et il avait envie de vomir rien qu'à la voir et c'était compréhensible. Qui au monde pourrait avoir pitié d'une chose pareille. Mais les secondes passèrent et il réfléchissait à ce que son maître lui avait apprit des esprits. Il tenait quelque chose mais n'arrivait pas à s'en souvenir. Quelle tâche ! Il faudrait penser à pulvériser cette créature immonde. Le blond ne tremblait pas et avait un regard profond plein de pitié. Courageux, il ne pouvait pas le nier mais Dalan commençait à avoir de l'antipathie pour cette qui, comparée à lui était diamétralement opposés.

L'aube était encore lointaine mais le moment où sa fuite serait impossible se rapprochait. Une fois sa fuite réussi, si elle l'était, il devait absolument quitter ce village. Mais pour aller où ? Il ne pouvait pas retourner au environ du château puisque on y voulait sa tête. Il ne voulait pas non plus jouer les rôdeurs. Et aucune de ces personnes ne voudrait l'aider d'autant plus qu'il leur avait raconté comment il avait tué un homme. Il n'était pas trop tard pour répondre au musicien. Mais il cette fois il lui dirait la vérité.

-Pour ta question. Effectivement j'ai des remords, mais qui voudrait me pardonner mes actes. Le pardon, c'est une connerie.


Llanistar van Rusadir


Inventaire

(vide)

«-La violence est la dernière chose à essayer. »

La chose était peut être évidente pour cet homme mais pas pour Altaranth. Un esprit si violent ne saurait être raisonné facilement et il avait vu que la musique ne produisait que l'effet inverse. Il était désemparé par la situation. Comment lui qui tiraient son pouvoir du passé pourrait il en vaincre une manifestation. Les fantômes ne vivaient que par leurs souvenirs, que dans une vision d'une réalité déjà dépassée. On devait les forcer à accepter cette réalité...Du moins c'est ce qu'il en savait.

Mais au lieu de faire preuve de prudence, l'inconnu s'approcha dangereusement de l'âme en peine. Altaranth fut prés d'intervenir mais s'en retint juste à temps car il leur fit signe de rester immobile.


[hrp]Mon pire post depuis des années mais je suis absolument pas inspiré et je ne voulais pas retarder le rp[/hrp]


1  2