Apaisement à l'ombre des feuillages [RP privé]

Dun Loireag Dragmire


Inventaire

(vide)

Rien, rien, rien, rien, rien et toujours rien! Dun cherchait depuis des jours et n'aboutissait à rien! Pourtant, il devait bien rester une trace écrite de ces tempes! Ou alors, le sort jouait-il contre lui? Même s'il était sceptique, il avait déjà entendu parler des déesses de cette contrée, et après tout, peut-être ne voulaient-elles pas qu'un vagabond comme lui arrive à son but? Non, pourquoi s'intéresseraient-elles à lui?
C'est en ayant cette pensée que le jeune homme se rendit compte qu'il commençait à divaguer, seul dans sa chambre, avec les documents qu'il avait recueilli. Décidemment, mieux valait pour lui de se changer les idées. C'est pourquoi Dun se leva enfin de sa chaise et ouvrit la porte pour être agréablement surprit par une brise passagère.


*Décidemment, le vent est le seul à être avec moi en ce moment.*


Toutefois, son mal de crâne ne diminuait pas et il préféra descendre au rez-de-chaussée. Et, ne se sentant pas d'humeur à sortir du château pour affronter le chahut de la foule, Dun chercha un coin tranquille pour se reposer. C'est alors que son regard se posa sur un des nombreux arbres de la Cour Royale, et admira son feuillage... Décidemment, c'était comme si les bras d'une femme l’appelaient pour qu'il aille s'allonger dans son ombre.
...Ce qu'il fit. Le vent n'avait cessé de continuer à souffler et Dun laissait ses pensées vagabonder, oubliant sur le coup toute influence extérieure, le jeune homme n'avait à cet instant plus aucun soucis dans sa vie. Et doucement, tout doucement, ses paupières se refermèrent. Le pauvre était resté des jours durant enfermés dans sa chambre à chercher et toujours chercher, de telle façon que des cernes soient apparues sous ses yeux.


*Cette ombre est agréable... Finalement, cet endroit n'est pas si mal...*


Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

Depuis plusieurs jours déjà, Zelda avait appris que l'un des combattants qu'elle avait envoyés au temple de l'Ombre était revenu. Malheureusement, elle n'avait pas pu se libérer de ses obligations et c'était seulement aujourd'hui qu'elle avait le temps de rencontrer le jeune homme.
Un garde qu'elle interrogea lui indiqua que le guerrier, nommé Dun, était sorti se promener dans les jardins. Suivant la direction qu'on lui avait montrée, arpentant les pelouses entretenues avec soin, elle finit par apercevoir celui qu'elle cherchait. Il semblait s'être endormi sous un arbre.
Elle s'approcha silencieusement... Ce n'était pas bien de le réveiller, elle le savait, mais elle avait enfin l'occasion de lui parler, et elle ne savait pas quand cette occasion se reproduirait. Elle s'agenouilla devant lui, se sentant d'autant plus coupable qu'il avait l'air bien fatigué, et posa sa main sur son épaule pour le secouer doucement.


"Euh... S'il vous plait... Dun, c'est ça..? J'aurais voulu vous parler..."


Dun Loireag Dragmire


Inventaire

(vide)

Le visage de Dun avait changé depuis qu’il s’était endormi. En effet, si au début le jeune homme semblait apaisé, il ne lui fallu pas longtemps pour commencer à faire un cauchemar. Et apparemment, ce dernier était loin d’être anodin pour lui, car il bougeait légèrement, comme pour se libérer –ou se réveiller- de son étreinte du royaume des rêves. Murmurant quelques ‘Non…’ ou ‘Ce n’était…’, ce fut justement à ce moment là que la Princesse posa sa main sur son épaule, en essayant de le réveiller. Etant encore dans son rêve, le jeune homme agrippa la main de la Noble pour l’attirer à lui, et l’enlacer…

« Désolé, Lycian… »

Ouvrant légèrement les yeux, Dun se demandait pourquoi elle était devenue aussi grande tout d’un coup, et, voyant le château, il se rendit compte qu’il ne rêvait plus… Mais alors, qui était-ce ? La réaction ne se fit pas attendre, car dès qu’il comprit à qui il avait à faire, il repoussa assez violemment Zelda, en manquant lui-même de tomber.
Le cauchemar était toujours imprégné en lui, et de la sueur coulait sur sa joue... Pire encore, le souffle haletant, il foudroya la jeune femme du regard. C’était la première fois qu’il enlaçait une fille et ça devait être elle… L’air blasé, cette petite scène avait néanmoins presque réussi à faire retomber la pression de son rêve, et c’est pourquoi il lui en était tout de même un peu reconnaissant.


« Si ça avait été moi qui m’étais approché de vous durant votre sommeil, je me serais fait traiter de pervers, et les Gardes m’auraient même exécuté… »

Le jeune homme avait dit cela en se relevant, ramassant les parchemins et rouleaux divers qu’il avait fait tomber lors de sa perte d’équilibre. Et c’est après avoir vérifié qu’il ne lui manquait rien que Dun s’adossa de nouveau à l’arbre, en regardant les nuages d’un air fatigué. Tout cela commençait à le lasser sérieusement… Il avait faim, mais n’avait même plus l’envie de manger, étrange sensation… Mais pour l’heure, il y avait plus important :

« Et ? Que me l’honneur de votre visite ? Ce n’est pas tous les jours qu’une Princesse vient me réveiller… Ou est-ce encore une mission suicide.. »

Le ton de cette phrase avait été amer, et pour cause, ils s’étaient renseignés : Voilà un an qu’ils étaient parti, et pendant cette année, rien ! Pas une seule aide de la famille Royale… Les avait-on cru morts ? Sans doute… Mais ce n’était plus ce qui importait actuellement de toute façon, et c’est pourquoi il attendait patiemment la réponse de Zelda en fixant toujours les nuages dans l’azur, sans se préoccuper pour le moment de l’éthique de la cour royale.


Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

La princesse fut particulièrement surprise d'être enlacée par cet homme qu'elle voyait seulement pour la deuxième fois, mais elle fut encore plus étonnée lorsqu'il la repoussa si violemment qu'elle tomba à terre. Cependant elle ne put s'empêcher de laisser échapper un petit rire suite à la remarque du jeune homme.

"À vrai dire, même si un garde s'était trouvé ici il se serait aussi posé des questions. Je m'attendais plus à du mécontentement qu'une étreinte en vous réveillant."

Pour sa part elle ne se souciait pas de ce genre d'incidents, au contraire, l'espace d'un moment elle s'était sentie "normale". Ca semblait ridicule comme ça, mais elle se sentait vraiment distante des gens. Elle se releva et épousseta machinalement sa robe tout en n'arrivant pas à se séparer de son petit rire amusé. Ce fut Dun qui lui fit reprendre un air grave avec la phrase qu'il prononça.

"Non, ce n'est pas ça..."

Elle avait détourné la tête d'un air quelque peu vexé, mais ce n'était pas vraiment ce qu'elle ressentait. Au fond elle se sentait coupable, elle n'avait pas réalisé le danger auquel elle les exposait en les envoyant là... Quelle bêtise d'avoir cru que les voir en rêve signifiait qu'ils seraient aptes à accomplir la mission sans la moindre difficulté. Maintenant qu'elle s'en rendait compte il était un peu tard... Des combattants qui étaient partis pour le temple de l'Ombre, c'était le seul qui était revenu se présenter au château... Elle se remit à parler mais d'une voix monotone comme si elle récitait un texte appris par coeur, elle avait perdu son entrain.

"J'ai appris il y a quelques jours que vous étiez rentré au château mais je n'ai pas pu vous voir plus tôt. Aussi suis-je désolée de vous avoir réveillé, mais je ne savais pas si j'aurais souvent un moment libre comme celui-ci, et je souhaitais obtenir le rapport de votre mission, et m'assurer que vous serez bien récompensé comme promis."


Dun Loireag Dragmire


Inventaire

(vide)

« Du mécontentement ? »

Sa voix était rêveuse, comme s’il pensait à de lointains souvenir… En revanche, celle de la Princesse l’avait définitivement tiré du royaume des songes, et tout en restant à terre, il roula un peu sur le côté pour pouvoir fixer la jeune femme d’un air curieux. Lui aussi était surpris, car contrairement à ce qu’il croyait sur la royauté, la jeune femme avait ri. Néanmoins, il continua sa phrase l’air légèrement vexé lui aussi. Sans doute devait-elle faire allusion à leur première rencontre, parmi les autres mercenaires, où il avait parlé froidement…
De toute façon, une étreinte ne signifiait rien, et il avait déjà oublié la sensation ressentie lorsque la Princesse fût en contact avec lui. Mais au fond de lui-même, ne sachant pas vraiment pourquoi, cet instant n’avait pas déplu à Dun… Non ! Autant laisser cela de côté après tout. C’est pourquoi le mercenaire se concentra de nouveau sur les paroles de la Princesse.


« Le seul de retour hein… »

C’était vrai, la mission confiée par la Princesse avait été un véritable fiasco, et ce, dans tout les sens du terme. Après tout, un homme revenant et disant « J’ai mené à bien mon objectif mais pas un de mes compagnons n’est revenu » était la preuve de l’échec. Du reste, le jeune homme devait effectivement donner son rapport après tout ces évènements.

« Mon rapport… se limite à ceci. »

Lentement, Dun retroussa les manches de sa tunique pour dévoiler à la Noble ce qu’il avait hérité au Temple de l’Ombre : Les marques noires, entourant son poignet, héritières de la malédiction infligée par le monstre parasitant le temple. Ce sont ces mêmes marques qui le brûlaient et l’empêchaient de dormir la nuit, c’est d’ailleurs à cause de cela qu’il s’était activé au déchiffrement des parchemins qu’il avait : lorsque l’on ne dort pas, les heures passent le plus lentement possible.

« Nous avons battu le monstre, qui était devenu le maître des lieux. C’était une sorte d’amas de chairs humaines, qui absorbait les hommes vraisemblablement. Je crois avoir reconnu des soldats portant le blason de l’ancienne Hyrule.. »

En réalité, le jeune homme avait peur que ce mécanisme d’absorption ne se reproduise chez lui à travers cette malédiction, mais il ne pouvait rien changer de toute façon… Les marques ne se limitaient pas à son bras, et continuaient leur progression sur son corps, mais que se serait-il passé dans ce cas, s’il ne s’était pas délivré du Temple de l’Ombre assez tôt ? Mieux valait ne pas y penser...

Cependant, la seconde partie du discours de Zelda eut pour effet de le captiver totalement, et c’était pourquoi Dun s’était redressé, un sourire malicieux aux lèvres. Doucement, il se rapprocha de la jeune femme et commença à dévoiler la nature de sa récompense tant attendue.


« Vous vous souvenez de cette promesse, après un an ? Celle d’accéder à l’une des parties du château qui me plairait... Et bien, je voudrais avoir libre accès à votre… chambre à coucher, Princesse. »

Reculant de quelques pas pour parer à toute réaction violente, le jeune homme passa les mains derrière sa tête pour éviter de croiser le regard d’une Princesse que l’on vient de provoquer. En fait, il voulait se venger pour son réveil prématuré, et il l’avait fait de façon détournée. Toutefois, il parla cette fois avec sérieux, et dévoila son réel objectif.

« Bien sûr, je plaisantais… En réalité, je désire accéder à la Bibliothèque Royale, et plus spécialement à la section portant sur les Magies accumulées par la royauté. »

Oui… C’était ce qui l’avait intéressé dès le début, la raison pour laquelle le jeune homme s’était résolu à tenter le tout pour le tout dans ce temple perverti. Oh bien sûr, il ne devrait pas parler ainsi à une Princesse, mais même s'il éprouvait un léger mépris pour une personne riche et n'ayant jamais connu la misère, en retour, il ne voulait pas se sentir inférieur à elle.


Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

Sans l'interrompre, Zelda regarda Dun dévoiler les marques sur son bras puis l'écouta raconter ce qu'il avait vu au temple de l'Ombre. Elle hochait gravement la tête en l'écoutant et semblait perdue dans ses pensées, bien qu'attentive.
Quand il eut fini elle s'apprêtait à ajouter quelque chose, mais il continua à parler pour aborder cette fois le thème de la récompense qu'elle lui avait promise. S'il n'avait pas détourné la tête il aurait pu voir une princesse profondément déboussolée, à qui on avait jamais parlé de la sorte, et qui n'avait en conséquence aucune idée de ce qu'elle était supposée dire ou faire face à une demande de ce genre.
Mais elle put bien vite retrouver ses répères quand il lui avoua la vraie raison qui l'avait motivé à prendre part à la mission qu'elle lui confiait. Elle reprit son air sérieux et pensif avec toutefois un petit sourire en coin.


"Bien... Je veillerai à ce que vous ayez accès à la bibliothèque... Et aussi à ce que votre chambre au château, car vous pouvez rester loger jusqu'à avoir trouvé ce que vous cherchez, soit décorée comme la mienne puisque vous semblez apprécier ce genre de décoration. Mais avant..."

Elle se rapprocha de lui et sans lui demander son avis, retira ses manches bien haut et posa ses mains sur les bras du jeune homme, à l'endroit où il venait de lui montrer les marques. Elle ferma les yeux et une douce lumière sembla émaner de ses mains. Elle cessa au bout d'à peine quelques secondes et la princesse rouvrit les yeux et retira ses mains.

"La douleur n'a disparu que pour un court moment, c'est tout ce que je peux faire, mais c'est toujours mieux que rien il me semble..."

Elle sembla retourner vers le château mais se retourna après avoir fait quelques pas et lui parla à nouveau.

"Il me reste du temps... Avez-vous besoin d'un guide dans la bibliothèque?"


Dun Loireag Dragmire


Inventaire

(vide)

Dun croyait que parler ainsi à une Princesse lui aurait valu quelques ennuis, et que cela aurait pu tourner au scandale, mais il vit bien vite qu’il n’en était rien. Au contraire, quand il remarqua du coin de l’œil le sourire de la princesse, lui-même avait envie d’en faire un aussi. Mais il n’en eut pas vraiment le temps car la jeune femme finie par s’avancer vers lui et fit en sorte d’apaiser la douleur. Etrangement, Dun se laissa faire… Il ne pouvait pas, non, il ne voulait pas vraiment repousser la jeune femme qui le soignait, et lorsqu’elle retira ses mains… La malédiction avait reculé provisoirement, d’après les propos de la Noble.
Regardant ses bras d’un air quelque peu surpris, le jeune homme ferma et rouvrit son poing plusieurs fois de suite, comme s’il s’attendait à ce que la douleur revienne immédiatement.


« De la Magie Ancestrale.. ? »

Ayant murmuré ces quelques mots pour lui-même, c’était cette fois-ci le guerrier qui était déboussolé, et qui ne savait pas vraiment quelle attitude adopter. C’est pourquoi le jeune homme se contenta de murmurer doucement un ‘merci…’ rêveur alors que la Princesse s’en retournait vers son domaine, jusqu’à ce qu’elle s’arrête et lui pose sa propre question en tout cas. Réfléchissant quelques secondes, Dun n’aurait pas cru qu’on lui aurait accordé sa récompense si rapidement : La Bibliothèque Royale, celle où l’on condense tout les savoirs depuis des centaines d’années lui était ouverte ? Un sentiment d’excitation lui parcoura la nuque à cette idée.
Plus encore, alors qu’il s’apprêtait à s’attendre quelques jours, la jeune femme se proposa comme guide. Décidemment, le mercenaire passait de surprise en surprise avec elle. Sachant pertinemment que sans une personne pour le guider, le mercenaire allait avoir du mal à s’y retrouver, il accepta bien volontiers l’invitation. Mais alors que Zelda et Dun faisaient route vers la partie du château concerné, il fini par prendre la parole d’un air léger, comme si cela était évident pour lui.


« Depuis tout à l’heure, je ne cesse de vous parler comme à une personne rencontrée dans la rue, cela ne vous énerve pas n’est-ce pas ? »

Il n’avait en effet jamais eu à faire à la royauté, et ses sentiments étaient encore hostiles envers eux. Pourtant, cela commençait à changer… doucement.


1