Ombre et Lumière

Il y a peu, elle était encore à Cocorico à veiller sur les uns et les autres -le jeune couple, les sheikahs encore intimidés de se trouver en plein jour, les gardes faisant leur travail- dans son rôle protecteur. Il y a peu, elle était encore au sein des Chevaliers du Phénix, pensant aider son prochain et surtout sa petite princesse. Il y a peu, elle ne se posait pas plus de questions sur le bien-être du Royaume, du Héros, de sa Protégée. Mais la réalité avait repris ses droits.
Trop loin de l'armée du Phénix, elle n'avait pu intervenir pour empêcher sa sinistre métamorphose. Elle avait vu l'oiseau de feu revêtir ses écailles sombres sans avoir le temps d'esquisser un geste. Elle avait tenté tant bien que mal de protéger son village, mais durant son absence, le Gérudo avait fait irruption, terrorisant les villageois. La Nourrice avait passé beaucoup de temps dans le cimetière -son cimetière comme disaient certains-, se recherchant elle-même.
Mais le pire était à venir. Des bruits de taverne inquiétants circulaient. Le Héros disparu, Ganondorf se remplumant, tout allait mal. Pourtant une nouvelle de comptoir de bar l'interpella plus : la nomination d'un nouveau général par la princesse. Les journaux n'avaient pas été tendre avec ce dernier récemment, et cela soulevait des tas de questions chez la Sheikah : était-il digne de confiance ? Abusait-il de la confiance de Zelda ? Ou bien les journaux cherchaient-ils à dresser un portrait peu flatteur de ce général pour ternir directement l'image de la souveraine ? Il n'y avait qu'un moyen d'avoir des réponses.

Le jour se levait à peine quand elle quitta Cocorico, emmitouflée dans une large cape bleu foncée. Elle profita de la brise pour rejoindre à pied le bourg, désireuse de se calmer. Elle n'avait pas vu sa petite Princesse depuis trop longtemps, et elle s'en voulait. Qu'elle pitoyable nourrice et amie faisait-elle. Elle se secoua la tête. Cela ne lui ressemblait pas de tant se laisser aller. Elle hâta le pas, le froid se faisant un peu plus mordant.
Elle rejoignit bientôt le pont-levis qui permettait d'accéder au bourg. Elle le traversa sans encombre, esquissant un signe aux gardes postés. Les rues semblaient tourner au ralenti, comme prises dans leur étau de glace. L'hiver était dorénavant bien installé.
Elle arriva devant le château. Elle gardait tant de souvenirs de cet endroit. En temps normal, peut-être aurait-elle tentée de s'infiltrer juste pour s'amuser. Mais le temps n'était pas à ces enfantillages et elle s'annonça à la grille. On lui ouvrit le chemin, la conduisant vers la salle d'audience. Mais quand on la laissa seule, elle se dirigea vers les jardins. Malgré la fraicheur, elle préférait profiter du grand air avec Zelda. Qui sait combien de temps la jeune blonde passait enfermée dans ces murs ?

Elle s'assit sur un banc, puis se releva. Elle marcha un peu, cherchant ses mots. Bientôt elle entendit des pas, et son sourire maternelle éclaira son visage marqué par le temps.


"Bonjour Princesse. Comment vas-tu en cette froide matinée ?"

Voir cette chevelure blonde lui réchauffa le coeur. Elle n'avait pas l'air si mal que ça, ou du moins pas au point d'altérer sa santé. Mais elle s'assit, invitant la jeune femme.

"Tu t'en sors avec le royaume ? J'ai entendu des bruits de couloir, des bruits de comptoir, et j'ai réalisé que cela faisait bien longtemps que je ne t'avais pas vue. Je m'excuse de mon absence, et aussi de ce retour un peu à l'improviste. J'ai eu besoin de te voir, de m'assurer que tout allait bien pour toi malgré... Malgré les épreuves que t'ont envoyée les déesses."

La Nourrice avait décidé de ne pas tourner autour du pot. Elle s'inquiétait réellement et avait besoin de réponse. Elle posa son regard doux dans les perles de sa protégée. Depuis combien de temps n'avait-elle pas fait ce geste simple ? Depuis combien de temps n'avait-elle pas été à l'écoute ce celle pour qui elle donnerait sa vie ? Elle fit taire ses pensées.

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

La princesse hâta le pas alors qu’elle traversait les longs couloirs du château. La journée n’en était encore qu’à son début, mais pour une fois elle avait démarré calmement et avec l’ajout à ça d’une bonne nouvelle, Zelda avait tout pour être de bon humeur. Il y avait à peine quelques minutes que les gardes étaient venus lui annoncer la venue de sa nourrice. Elle ne l’avait plus vue depuis un bon moment, la dernière fois remontant aux Nuits d’Or où elle n’avait guère pu lui parler et où ni l’une ni l’autre ne devait avoir vraiment l’esprit à la fête.

Arrivant à la salle d’audience, elle s’étonna de trouver cette dernière vide. Il lui suffit toutefois d’interroger les gardes et elle eut tôt fait d’apprendre que la Sheikah semblait s’être plutôt dirigée vers les jardins. Elle se demanda un instant pourquoi elle avait fait ce choix, d’autant plus que si l’hiver allait sur sa fin, il n’en était pas moins encore bien présent, et le temps aussi frais qu’on pouvait s’y attendre. Il était néanmoins indéniable que des souvenirs d’une toute autre époque remontaient à son esprit, et elle ne fut pas mécontente de l’endroit choisi. Elle prit le temps d’aller enfiler une épaisse cape pour se tenir chaud avant de reprendre son chemin pour aller accueillir son invitée.

Il ne lui fallut pas chercher longtemps dans les jardins pour la trouver, et un large sourire étira ses lèvres en apercevant la Sheikah qui faisait les cents pas.

« Impa ! »

Cette simple clameur contenait la joie de la princesse, et elle n’eut pas besoin de se faire prier pour s’asseoir à côté de sa nourrice. Encore aujourd’hui, elle la considérait comme une mère, comme celle qu’elle avait perdue alors qu’elle était encore toute petite. Elle n’avait que peu de souvenirs de sa vraie mère, sans doute à cause de son jeune âge quand elle pouvait encore la côtoyer. C’était toutefois des souvenirs heureux, d’une mère chaleureuse et aimante mais tellement souvent absente. Elle n’avait jamais compris, enfant, pourquoi sa mère ne venait pas jouer plus souvent avec elle, et pourquoi elle ne pouvait passer que si peu de temps à ses côtés. Il lui avait fallu le recul des années, et attendre d’avoir elle-même autant de responsabilités et un emploi du temps bien rempli pour comprendre. Sur le moment, elle s’était réfugiée auprès d’Impa, toujours disponible pour elle, et sans qui elle se serait sentie bien seule, et depuis lors la nourrice avait toujours fait office de figure maternelle, apaisante et rassurante.

Laissant de côté les vieux souvenirs, elle en revint au présent pour répondre aux questions qui venaient de lui être posées.

« Ce n’est rien, l’important c’est que tu sois venue ! Je me porte bien, aussi bien que possible en tout cas. Je ne peux pas dire que tout va bien… Tu as vu le Royaume et la population bien mieux que je ne les vois d’ici, mais je sais combien la situation est grave, et je n’ai de cesse de trouver une solution pour que les gens soient en sécurité. Enfin… Au moins je suis bien entourée pour ça, tu connais déjà Cerscastel, et tu as dû ententer parler du Général van Rusadir. »

Elle se savait en sécurité, entourée, et dans un confortable château, là où d’autres avaient plus de mal à survivre chaque jour. Et elle savait aussi que la situation n’était pas forcément à leur avantage, et la guerre loin de s’arrêter tant qu’elle n’aurait pas trouvé un moyen de contrer Ganondorf. Alors même si son moral était remonté, elle était loin de pouvoir prétendre que tout allait bien. Elle souhaita toutefois faire part de la nouvelle qui l’avait si soudainement réjouie et lui avait rendu la force de faire face aux événements.

« Link est rentré. Je me sens si soulagée, si tu savais… Oh il n’a fait que passer au château, comme tu t’en doutes il n’a pas voulu rester plus longtemps pour prendre du repos, mais il est en vie ! En revanche… »

Elle s’arrêta en pleine phrase, hésitante. Si heureuse qu’elle soit du retour de Link, il y avait une ombre au tableau dont elle devait sans doute parler à Impa mais qu’elle craignait d’énoncer à haute voix, elle-même assez peu sûre de tout ce que ça impliquait…


Apprendre toutes ces nouvelles de la bouche de la blonde lui arracha un soupir apaisé, et son visage se radoucit encore. Certes elle avait entendu parler du général, et c'est ce qu'il l'avait inquiété. Mais ne voir aucune lueur inquiète ou suspecte dans les yeux de Zelda lui firent taire ses peurs. Et enfin, lorsqu'elle lui annonça le retour du jeune héros, la Sheikah fut tout aussi surprise que ravie.

"C'est une excellente nouvelle ! J'imagine parfaitement que tout cela t'as réjouie et rassurée... Pour ce qui est des mesures, je ne doute pas un instant que tu fasses tout ce qui est en ton pouvoir. Je pourrais moi-même mettre la main à la pâte si tu en as besoin."

Mais la princesse n'avait pas fini. Les quelques mots qui restèrent en suspend la firent se questionner. Mais elle décida de prendre les devants.

"Je ne sais pas de quoi tu veux parler, mais j'ai mon lot de nouvelles à t'apporter aussi Zelda... Ceux qui ont été longtemps les serviteurs de la couronne sont corrompu. Les Chevalier du Phoenix ont mis un manteau sombre et agissent dans l'extrême. Je ne sais pas si leurs actes sont encore venus aux oreilles de tous, mais il va falloir te préparer."

Elle n'était pas ravie de lui apprendre cela, encore plus de la couper dans sa déclaration, mais les mots lui brûlaient les lèvres. Elle avait trop vite remarqué la nouvelle allure des Chevaliers, et elle ne voulait pas que sa Protégée soit mêlée à ça. Il fallait qu'elle s'en détache au plus vite.

"Je... je suis désolée de t'avoir interrompu, mais il fallait que je t'en informe. Je me fais du soucis pour toi, et quand j'ai appris le revirement de ceux qui ont longtemps été une partie de l'armée d'Hyrule, je me suis sentie le devoir de t'avertir avant qu'il ne soit trop tard."

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

Elle n’était apparemment pas la seule à apporter de mauvaises nouvelles, et avant qu’elle n’ait pu donner la sienne, Impa lui fit part de ce qu’elle savait au sujet des Chevaliers du Phoenix. La princesse était évidemment renseignée régulièrement au sujet des faits et gestes qui pouvaient se produire dans le royaume, mais ses informateurs ne pouvaient pas tout savoir, et elle avait eu du mal elle-même à croire ce qu’on lui rapportait.

« J’ai bien eu vent d’agissements étranges de leur part, mais je n’arrivais pas à croire que… Qu’est-il arrivé ? Se sont-ils vraiment laissé corrompre, tous … ? »

Elle avait déjà eu des contacts avec les Chevaliers, et elle avait souvent vu à l’œuvre leur loyauté à l’égard du Royaume et de sa famille, nul hasard si sa propre Nourrice avait rejoint leurs rangs. Comment était-il possible qu’ils aient choisi de tourner le dos à ce qu’ils avaient toujours protégé ? Elle n’arrivait pas à comprendre ce qui avait pu se passer pour les détourner à ce point de leur objectif. Pourtant elle en avait maintenant confirmation, et elle devrait informer son Général qu’ils ne pouvaient plus compter sur eux, et devaient même s’en méfier.

« Je suppose que l’essentiel n’est pas le pourquoi, mais de prendre garde à présent… À ce propos, il y a… Il y a moi aussi une information dont je dois te faire part… »

Et elle n’avait pourtant aucune envie de l’aborder. Elle n’en avait pas reparlé depuis la venue de Link, gardant la donnée dans un coin de sa tête, réfléchissant seule au problème qui lui paraissait sans issue. Elle était toutefois persuadée qu’Impa pourrait être de bon conseil, et elle espérait toujours que cette dernière détienne les pistes qu’elle cherchait. Elle allait bientôt être fixée.

« Link est en vie… Mais il ne porte plus le Fragment du Courage… »

C’était à la fois si simple et compliqué. Elle ignorait comment s’y était pris le Seigneur du Malin pour voler le trésor des Déesses à son ami, elle savait simplement combien la balance était déséquilibrée suite à ce vol. Pas au point de perdre espoir, mais au moins au point de s’attarder sur la question et chercher à y remédier. Il était aussi plus important que jamais que son Fragment à elle ne la quitte pas, et elle se sentait démunie face à un phénomène qu’elle ne connaissait pas, et se trouvait incapable de reproduire.

« Il ne se souvient plus de ce qui lui est arrivé, il avait perdu la mémoire quand il a refait son apparition au château et même si elle lui est revenue depuis, les événements du désert lui sont restés obscurs … J’ignore comment cela a pu se passer, mais nous devons trouver un moyen de récupérer ce Fragment. Je trouve inquiétant que Ganondorf en sache plus que nous à ce sujet, et s’il parvenait à mettre la main sur la Sagesse… Je… Il vaut mieux ne pas s’alarmer, la situation n’en est pas pour autant désespérée, mais j’ai cherché longtemps sans rien trouver dans la bibliothèque du château… Père n’a-t-il jamais rien laissé filtrer à ce sujet ? »


L'incompréhension leur était commune. Impa ne pouvait pas s'empêcher de se sentir légèrement coupable quand au revirement des Chevaliers, par son absence trop importante. Toutefois elle n'était pas venue soumettre ses humeurs à sa protégée, mais l'informer avant tout. Elle resserra sa cape sur ses épaules.

« J’ai bien eu vent d’agissements étranges de leur part, mais je n’arrivais pas à croire que… Qu’est-il arrivé ? Se sont-ils vraiment laissé corrompre, tous … ? »

Malgré elle, la Sheikah eut un petit sourire en coin. Non, il es restait un qui était fidèle à lui-même quoi qu'il arrive, quoi que les Déesses lui fasse subir. Il fallait d'ailleurs qu'elle se renseigne quand au sort qu'on lui avait imposé et qui, malgré tout, restait le point de départ de la déchéance des Chevaliers.

"Heureusement non, celui qu'on connait sous le nom de Conan n'a jamais failli à l'esprit premier de cette guilde. Qui sait, peut-être agira-t-il dans son coin face à son ancienne troupe, mais il avait l'air tout aussi abattu que moi. Cela semble être un coup d'état extérieur à notre ancienne armée."

Elle laissa ensuite parler la blonde. Celle-ci avait tant d'allure, de prestance sous sa frêle constitution. Elle pensait comme une Reine, avisait comme une Reine et réagissait comme une Reine. Sa nourrice hocha la tête lorsqu'elle lui dit qu'il fallait se tenir prêt -c'est tout ce qu'elle avait espéré-, mais la nouvelle que lui apprit Zelda la laissa stupéfaite. Link, sans son fragment...? Le jeune homme avait tant donné pour le Royaume que même les Déesses avaient marqué sa destinée, et aujourd'hui, il se retrouvait totalement nu... Elle se ressaisit, bienveillante.

"Si Link va bien c'est l'essentiel, ce garçon nous a maintes fois prouvé ses compétences et sa ruse. Tant qu'il sera en vie, tout ira bien... Pour tout le monde" elle visait particulièrement Zelda dans cette dernière précision. Comment la jeune femme pourrait-elle gérer le décès de son plus proche ami...? Elle reprit. "Hélas, ton père était toujours étrangement silencieux à ce sujet, comme inquiet par avance qu'il ne puisse t'arriver malheur. L'éventualité que tu perdes ton fragment et que tu puisses y perdre la vie l'effrayait surement tellement qu'il n'a jamais osé l'évoquer à haute voix. Cependant..."

Si la bibliothèque du château ne contenait rien, cela ne voulait pas dire qu'il n'y avait aucun livre à ce sujet, au contraire. Et Ganondorf leur avait bien prouvé. Il fallait se rendre à l'évidence : pour prévenir les prochaines attaques de Ganon sur le fragment et éventuellement rétablir l'équilibre, il n'y avait qu'une solution.

"Si le livre qui contient les informations que nous recherchons existe toujours, il doit encore se trouver dans les mains du Gérudo. Malheureusement, je ne suis jamais retournée à la citadelle après l'assaut que nous y avons mené. S'il existe une infime chance que Ganon soit parti en délaissant sa bibliothèque, il faut aller vérifier."

Elle fit une courte pause. Elle envisageait déjà de s'y rendre seule -à vrai dire, elle avait combattu dans la bibliothèque et pourrait surement en retrouver le chemin dans les ruines- mais elle devait aussi penser à autre chose.

"Tu m'as parlé du Général Rusadir. Avant d'envisager quoi que ce soit, autant pour ce recueil que pour les Chevaliers, j'aimerais le rencontrer. Et tu me connais, j’accepterais d'arrêter de m'inquiéter quand je l'aurais vu de mes propres yeux."

Elle adressa un sourire doux à sa protégée. Oui, elle ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour sa Princesse, et cela depuis qu'on lui avait confiée toute jeune. C'était sa fille, son joyau de la couronne.

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

Impa avait raison, et la Princesse était avant tout soulagée que son ami soit en vie. Avec le recul, elle se rendait compte que la période où elle avait cru l’avoir perdu avait été terriblement difficile à vivre. Toutefois, s’il était revenu d’entre les morts, ça n’empêchait pas sa peur d’avoir légèrement subsisté. Il avait été éprouvé, beaucoup, et elle avait gardé la crainte qu’un jour il ne lui revienne pas, même si elle n’avait jamais tout à fait perdu espoir elle savait qu’il s’agissait d’une possibilité. Elle était néanmoins apaisée par la boucle qui pendait à son oreille, et qui lui permettait de s’assurer qu’il allait bien, même quand il devait de nouveau s’éloigner d’elle. Elle avait besoin de ce lien pour avoir l’esprit tranquille, elle avait été tellement habituée à le partager via son Fragment qu’elle paniquait à l’idée de rester à nouveau sans la moindre nouvelle sur son état comme ça avait été le cas.

Elle connaissait toutefois les risques de la fuite du Fragment en question, et fut déçue d’apprendre qu’Impa n’en savait pas plus qu’elle. Elle avait fondé pas mal d’espoirs sur le fait que ses parents aient transmis, justement en prévision d’un problème, ce genre d’informations. Sans doute son Père n’avait-il pas imaginé cette possibilité. Peut-être aussi que lui-même n’était pas au courant, après tout, c’était peut-être des informations qui s’étaient perdues au fil du temps. Tout comme les connaissances martiales qui s’étaient évanouies au fil des générations vivant dans la paix, peut-être les légendes transmises oralement concernant la Triforce s’étaient-elles appauvries.

L’idée lancée par sa Nourrice lui redonna cependant de l’espoir. Elle n’avait pas vu de ses yeux la citadelle de Ganondorf, mais si ce dernier avait obtenu des informations, elles avaient peut-être été rangées là. Elle ne voyait pas par quel autre moyen, il aurait pu en apprendre tant. Elle avait toujours été persuadée que sa famille était la mieux informée sur le Royaume et le Trésor des Déesses, mais cela s’avérait finalement faux.

« C’est une possibilité… Je continuerai de chercher ici pour ma part, je n’ai pas la prétention d’avoir passé en revue toute la bibliothèque mais je commençais à perdre espoir à force de finir mes séances de lecture bredouille. Sois prudente si tu retournes dans le désert… »

Elle avait failli lui indiquer que les rapports indiquaient que la citadelle avait été détruite, mais Impa devait connaître mieux qu’elle l’état dans lequel les lieux avaient été laissés au départ des troupes royalistes. D’entre elles deux, c’était bien la Sheikah qui s’était trouvée réellement sur place. Elle n’avait donc rien à lui apprendre, et pouvait juste souhaiter que cette piste les mène à une réponse.

Cependant, Impa avait une requête à lui présenter avant. Elle eut un sourire en l’entendant. Sa nourrice s’était toujours montrée protectrice avec elle. À raison sans doute, et au point qu’elle ait été la seule qui l’ait jamais crue, avec Link, lorsqu’elle avait parlé de ses rêves et de la menace qu’elle sentait planer sur le château à l’arrivée de Ganondorf. Si ça pouvait la rassurer, elle lui devait bien ça.

« Je dois pouvoir organiser cela. Toutefois le Général est très occupé en ce moment, il travaille dur, et je doute qu’il puisse se libérer dans la seconde, mais je lui ferai parvenir la demande. Il n’a aucune raison de refuser cette rencontre. Reste donc au château quelques jours en attendant. »

Elle ne serait pas mécontente que sa nourrice loge un certain temps au château au lieu de repartir immédiatement. Elle affectionnait sa présence, quand bien même elle avait grandit et était à présent en âge de se débrouiller seule. Sans doute ne pouvait-elle s’empêcher de se sentir un peu seule, et elle appréciait la compagnie de la Sheikah qui parvenait aussi à la tranquilliser, en bonne présence maternelle rassurante.


La nourrice acquiesça. Passer un peu de temps dans ce château qu'elle connaissait si bien lui serait profitable. Ne serait-ce que pour passer voir Zelda, être au courant des affaires extérieurs, mais aussi...

"Avec plaisir. J'espère alors que notre blond viendra faire un tour, je serais ravie de le revoir après tout ce temps. J'ai des excuses à lui présenter, au moins pour la citadelle."

Car la Sheikah s'en voulait encore de n'avoir rien vu venir, et surtout, de ne pas avoir empêché l'enlèvement du jeune hylien. Alors, si elle avait l'occasion de le revoir, elle serait rassurer. Et elle avait aussi une requête à lui soumettre. A cette idée là, elle reprit d'ailleurs la parole.

"Zelda, Ganondorf a déjà réussi à s'introduire dans la château par le passé, et plusieurs fois. Je ne te cache pas que je ne suis pas rassurée de te voir déambuler seule, sans protection. Et si un assassin en profiter un jour pour venir t'ôter la vie ?" La Nourrice n'avait pas eu écho que cette tentative avait déjà eu lieu, même si elle avait échouée. "Réfléchis-y. Il serait peut-être bon de songer à ta propre protection. Ton peuple a besoin de toi, et s'il t'arrivait quelque chose..."

La gorge d'Impa se noua. Elle ne pouvait pas l'envisager. Si quelque chose arrivait à la jeune femme, elle ne se le pardonnerait jamais. Il fallait donc au plus vite envisager quelque chose, car la Sheikah ou le général ne pourraient pas toujours être là. Elle changea alors de conversation, tout en se levant et en rabattant sa cape sur ses épaules.

"Mais pour l'instant, je vais rester quelques jours. Si le général est disponible au plus tôt, cela m'arrangerait. Toutefois j'ai quelques affaires en ville, donc ne t'inquiète pas si tu ne me vois pas dans l'immédiat."

Elle commença à s'avancer vers la sortie, et sourit une dernière fois à la princesse.

"Je suis tellement soulagée de voir que tu vas bien..."

Elle sortit sans plus de cérémonie. Elle qui avait l'habitude d'utiliser des noix Mojo se contenta de passer par les couloirs avant de traverser la sortie.

[ Je m'arrête là, ça fait un moment qu'on le traine XD Merci beaucoup ! :3 ]

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



1