Un dîner aux chandelles

[Privé ; Negai & Laurent]

début du printemps - Ce jour-là... (voir la timeline)

Laurent


Inventaire

0,00


(vide)

Le gars s'intéressait-il vraiment à ses loisirs ? Ou bien était-ce juste le genre de questions que l'on posait quand la conversation était plate voire inexistante dans un rendez-vous en tête-à-tête ?

"- Eh bien... J'aime beaucoup la lecture. Mais parfois, je fais d'autres choses... Par exemple, je sais coudre, et j'aime aussi énormément les animaux et les enfants..."

Mais son métier ne lui permettait pas souvent d'être au contact de l'un ou de l'autre, et encore moins de coudre le moindre petit vêtement. Cependant, il se rendit compte de ce qu'il venait de dire, un peu trop tard. Ses occupations semblaient un peu... Etrange pour un garde royal, non ? Délicates, peut-être. Pourtant, c'était tout le coté qu'il n'essayait PAS d'avoir !

"- Mais en général, je ne fais pas grand-chose, et je suis souvent seul." rajouta-t-il, dans l'espoir que cela suffise à rendre un peu plus "viriles" ses hobbies.

Mais c'était sans doute en vain...!

"- Et vous alors ? Vous ne cessez de me poser des questions, mais vous ne me parlez pas de vous."


Negaï


Inventaire

0,00


(vide)

La lecture et la couture ? Sérieusement ? Lui qui pensait avoir attrapé un homme, un vrai, dans ses filets en se frottant à un Garde Royal, voilà qu'il se retrouvait finalement dans un nouveau tête à tête avec la parfaite petite femme au foyer esseulée...

"Mais en général, je ne fais pas grand-chose, et je suis souvent seul."

...Voilà. Une femme au foyer esseulée. Mais Negaï n'était pas certain que cette qualification sonne comme une flatterie aux oreilles du rouquin. Ne laissant rien paraître, il déposa ses couverts sur son assiette, attendant que la serveuse fasse son travail. Vu son air inquisiteur, elle n'allait pas tarder. Maintenant, c'était certain, le binoclard avait quelques soucis avec sa virilité, en plus de ceux avec son amour propre.

"Être seul implique de savoir faire face à ses pensées. Tout le monde n'a pas cette force. Je vous admire, Monsieur Walder."

Par les Déesses, il en faisait des tonnes ! Il se recula pour laisser l'autre gourde faire son travail. Et heureusement, car malgré cette distance qu'il avait instauré, elle avait trouvé le moyen de renverser la carafe d'eau sur lui.

"Oh mes Déesses, je suis tellement sotte parfois ! Laissez-moi essuyer ça !..."

D'accord. Il avait compris deux choses : cette maladresse avait été délibérée, et elle avait décidé de lui pourrir son rendez-vous pour prendre la place du rouquin. Lui écartant la main d'un geste délicat, il planta les deux icebergs qui avaient remplacé ses iris sur elle.


"Oh, il faisait chaud, et d'une certaine manière, votre geste m'a bien refroidi. Je m'en occupe, ne vous en faites pas pour moi."

Il la regarda s'éloigner en redoutant son prochain voyage dans leur direction. Puis il prit sa serviette pour essuyer son visage et le haut de son torse. Il était trempé.

"Bref, où en étions-nous, mon cher ?"


Laurent


Inventaire

0,00


(vide)

"Être seul implique de savoir faire face à ses pensées. Tout le monde n'a pas cette force. Je vous admire, Monsieur Walder."

Cette fois c'était sûr : le violet jouait la comédie. Cela tira un léger soupire au rouquin. Il y avait là une sorte d'habitude lasse sur son visage. Rares étaient les fois où on le complimentait honnêtement, aussi, il avait tendance à être totalement imperméable à ces odieuses flatteries. Cela le surprenait même qu'il eut un jour, une seule seconde, espéré que Negai soit sincère avec lui. Tellement étrange de sa part, lui qui ne s'attachait que peu, ou lentement.

La serveuse blonde revint reprendre leurs assiettes et bols vides, dévorant pratiquement son rendez-vous des yeux. Terrifiant, pensait le roux. Même si le violacé était agréable à observer, de là à presque le déshabiller du regard... Impensable pour lui qui était déjà gêné rien que de le savoir à une longueur de bras en face de lui.

"- Oh mes Déesses, je suis tellement sotte parfois ! Laissez-moi essuyer ça !...
- Oh, il faisait chaud, et d'une certaine manière, votre geste m'a bien refroidi. Je m'en occupe, ne vous en faites pas pour moi."

Pourtant, les billes vertes du jeune garçon détaillaient à présent lentement mais sûrement. Et voilà qu'il prenait presque le même jeu que l'employée, et se surprenait à bien vouloir se porter volontaire pour l'aider à s'essuyer... Arg non ! Surtout, surtout pas ! C'était le meilleur moyen de devenir tout l'inverse de l'homme respectable qu'il voulait être !

"Bref, où en étions-nous, mon cher ?"

Revenant subitement à lui, il agita presque la tête pour se remettre les idées en place, ignorant son rougissement qui trahissait définitivement sa pensée... Et son ressenti, un peu. Un petit bond dans sa poitrine parfaitement désagréable.

"- Je disais que vous ne me parliez pas énormément de vous. Pourtant, vous semblez être un homme... Intéressant..."

Il empêcha ses jolis yeux de jade de glisser à nouveau sur le corps - ou toutefois les parties du corps qu'il voyait - de Negai. Et surtout son joli poing d'arriver en pleine tronche de la serveuse, qui les observait de loin, boudeuse. Jalouse. Et ça l'énervait autant que ça le flattait. Pour une fois, il pourrait se vanter d'être avec une belle bête. Mais ça n'était pas son genre !


Negaï


Inventaire

0,00


(vide)

*Oh pour sûr que je suis intéressant ! Mes parents sont des criminels qui ont été exilés par vos collègues. Ils m'ont élevé comme une fille, si bien que j'ai développé une identité sexuelle très particulière en grandissant. Mais ne vous en faites pas pour moi ! Tout va bien car je baise comme un Dieu. Forcément, quand on se prostitue depuis l'adolescence... Vous voulez un tarif préférentiel ?*

...Non, il ne pouvait décemment pas lui dire ça. D'une part parce que son petit cœur ne tiendrait pas le choc, et parce que, s'il survivait, il l'arrêterait sur le champ. Pfff, quelle idée aussi d'aller faire du gringue à un type si droit dans ses bottes. Il se passa la main dans les cheveux, les dénouant au passage. Ils sècheraient plus vite ainsi.

Sa crinière dévalant ses épaules, combinée avec sa chemise qui collait dorénavant à son torse, lui donnaient des airs d'ange. Seule la malice dans ses yeux trahissait son côté "dangereux". Il se décida, un peu timide.


"C'est que... Enfin il n'y a pas grand chose à dire. Une enfance que je cherche à oublier, pas beaucoup d'amis... Je passe le plus clair de mon temps avec mon renard apprivoisé, et à trainer dans les rues à la recherche de personnes avec qui..."
*Exercer mes dons d'Incube. Vous devriez essayer, je suis sûr que vous n'avez jamais crié aussi fort !"
"...Parler. J'aime apprendre des gens. Les divergences de points de vue sont quelque chose que j'affectionne particulièrement."


Il avait tortillé une fine mèche autour de ses doigts tout en parlant. Distraitement, mais artistiquement. S'il tombait fréquemment, il était plutôt agile de ses mains... Au travail comme dans d'autres circonstances plus... artistiques ?


Laurent


Inventaire

0,00


(vide)



"- Oh... Je... Je vois...!"

Laurent était partagé. Entre sa raison qui lui hurlait à pleins poumons de ne pas faire confiance à ce garçon, et son coeur qui venait de faire un bond. Negai était tellement touchant dans son récit... Et en plus, vu son petit air d'Ange avec ses longs cheveux et sa tenue- ça partait mal ! Très mal ! Il fallait qu'il se calme ! Déjà, il était garde, et donc, il n'aurait pas forcément le temps d'avoir une vie sociale, mais en plus, pas avec un homme suspect, enfin !

Et pourtant... Pourtant...!

"- ... Si vous voulez, je veux bien parler avec vous."

Son air tout calme et sensible le rendait adorable. Enfin, encore plus que maintenant. Même s'il devait garder une certaine distance professionnelle...! Il n'était pas en service, pour l'instant. Et il était plutôt tard. A part quelques bons vivants habitués aux lieux et les éternels piliers de bar, ainsi qu'un ou deux autres couples - ou trio voire plus pour les plus téméraires -, il ne restait pas grand-monde. Plus assez attentifs pour s'en servir comme témoins, en tout cas.

"- Toute la nuit même, si vous voulez..."

Sa main osa timidement se rapprocher de Negai, comme pour l'appeler. Pour être plus proches. Il connaissait ce sentiment de solitude presque entièrement habituel. Mais on n'était jamais habitué à être seul.

"- Je suis sûr que vous avez énormément de talents." tenta le roux pour rassurer le violet.

[Comment ça, je force trop sur le sous-entendu ? XD]


Negaï


Inventaire

0,00


(vide)

"Vous parlez sérieusement ?"

Il n'avait pas pu se retenir un raclement de gorge surpris. Il oscillait entre deux possibilités. Soit ce type était plus vicieux qu'il en avait l'air et tentait de l'émoustiller par des sous-entendus aussi douteux que les siens, soit il était encore plus naïf qu'il ne l'avait soupçonné et ne se rendait pas compte de ce qu'il disait. Puis revint le souvenir de leur première rencontre. Il n'avait pas compris son allusion, qui n'en était même plus une tant elle était claire.

"J'apprécie, en tout cas, sachez-le. Mais je ne voulais pas attirer votre pitié. Je me porte très bien avec le peu que j'ai. Et encore une fois, je préfèrerais apprécier votre compagnie parce que vous le désirez."

Il osa un clin d’œil. Le "peu qu'il avait" ne comblait pas toujours que lui-même, au cas où la première possibilité qu'il avait envisagée aurait été correcte. Sa main vint doucement à la rencontre de celle du mage, glissant sur la nappe en une douce caresse. Il l'arrêté juste à côté de la sienne. Assez pour sentir leur différence de température, mais juste assez loin pour ne pas le toucher. Un millimètre devait séparer leurs peaux.


"De plus, vos horaires doivent être moins souples que les miens. J'aurais mauvaise conscience à vous fatiguer alors que vous travaillez pour notre sécurité, Monsieur Walder."

Tu parles ! Il voulait se faire supplier, rien de plus ! Tentative risquée, d'ailleurs, étant donné le manque d'investissement du rouquin. Toujours un pas en avant pour deux pas en arrière. Cette danse finissait par être étourdissante pour le violet.


Laurent


Inventaire

0,00


(vide)

"- Vous parlez sérieusement ?"

Eh bien oui. Il ne voyait pas le problème ! Qu'y avait-il de surprenant à vouloir tenir compagnie à quelqu'un de seul et triste ? Enfin... Oui, il n'y avait rien d'étrange à cela. Pas de son point de vue, en tout cas.

"- J'apprécie, en tout cas, sachez-le. Mais je ne voulais pas attirer votre pitié. Je me porte très bien avec le peu que j'ai. Et encore une fois, je préfèrerais apprécier votre compagnie parce que vous le désirez. De plus, vos horaires doivent être moins souples que les miens. J'aurais mauvaise conscience à vous fatiguer alors que vous travaillez pour notre sécurité, Monsieur Walder."

Etait-ce une façon polie de lui dire "Tu es bien gentil, mais je ne veux pas de toi maintenant, juste quand je n'aurai d'autre à faire" ? Ou se faisait-il des idées ? A force de voir le mal partout, il n'arrivait plus à discerner le vrai du faux hors de ses obligations professionnelles. La main du violet proche de la sienne lui donna une bouffée de chaleur assez intense. La proximité, toujours pas son truc...

"- Eh bien, n'hésitez surtout pas à venir me chercher... Hors de mon métier, je suis aussi un homme normal, et j'apprécierais..."

Il se stoppa un petit moment, ses idées se bousculant dans sa tête. Allait-il vraiment dire cela à un gars pareil ? Quand même pas... Et pourtant.

"- Que nous nous revoyions plus régulièrement."

Que les Déesses le foudroient aussitôt ! ... Ah. Apparemment non. Bon. C'était que le rouquin ne devait pas faire une si grosse erreur que cela, n'est-ce pas ?

... N'est-ce pas...?


Negaï


Inventaire

0,00


(vide)

L'air impassible qu'il affichait depuis plusieurs minutes demeura non sans mal sur son visage. Mais dans sa tête, une représentation de lui-même dansait sans s'arrêter sur un rythme endiablé digne d'un spectacle de musique Gerudo. Le poisson commençait à tourner autour de l'hameçon, et il adorait ça. Encore un petit effort, et il mordrait définitivement.

"Je vous arrête tout de suite, Monsieur Walder."

Soudain il se fit moins grave, allant jusqu'à lui sourire. Tout avait été planifié pour laisser douter l'autre jusqu'à la fin. Il rapprocha sa main pour établir un réel contact, un peu surpris par la température de celle de l'autre, tout de même.

"Si vous étiez un homme normal, je n'aurais pas autant envie de vous répondre oui sur le même ton qu'une jeune fille devant un portrait du Héros du Temps..."

Il était radieux. Et amusé. C'était rare de faire les choses en bonne et due forme, comme sur les bancs de l'école. Son pied aussi se fraya un chemin sous la table, plus sûr de lui, cette fois, pour venir caresser doucement celui du rouquin. Son sourire s'agrandit.

"Arrêtez-moi si vous me trouvez trop envahissant... Simplement, j'ai attendu que vous me proposiez ça toute la soirée."


Laurent


Inventaire

0,00


(vide)

[Comme Vashyron à 1 là ? XD > Clique ! <]

Il cria. Bon, intérieurement, mais il criait quand même. Par l'esprit, dirons-nous. Son visage d'habitude neutre et dépourvu de toute expression venait de prendre une teinte rouge vif, alors que ses yeux si clairs et purs s'écarquillaient, lui donnant un air totalement innocent.

"- V...Vous... Vraiment...?"

Impossible. Ce devait être une ruse, plus aucun doute. Une horrible ruse de séducteur, histoire d'avoir tous les jours de nouvelles proies dans son lit. Mais en tant que garde, il ne pouvait pas se permettre ce genre d'écarts. C'était impardonnable, il devait montrer l'exemple, par les Déesses ! Pourtant, il ne pouvait s'empêcher d'observer le violet, avec un petit espoir rayonnant dans ses prunelles vertes. Mais... Le rouquin baissa finalement les yeux.

"- Je ne vous crois pas."

C'était tombé, aussi tranchant que la lame d'une guillotine. Personne ne lui avait jamais dit de telles choses, et ce n'était pas maintenant qu'il allait croire Negai. Ce gars-là était un véritable dragueur, alors imaginer des compliments pour faire plaisir aux autres, ça ne devait pas être chose ardue pour lui. Loin de là, même. Le Mage recula ses jambes sous sa chaise, mais garda malgré tout sa main dans celle de son rendez-vous du soir, la serrant même un peu plus, délicatement. Il voulait le croire. Vraiment. Mais il ne pouvait pas.

"- Je suis désolé."

Il en rougit d'autant plus, tant pour le contact de leurs doigts que pour ses excuses injustifiées. A moins d'avoir des preuves sincères, il n'y croirait qu'à peine... Et c'était déjà assez énervant comme ça, zut !


Negaï


Inventaire

0,00


(vide)

Negaï eut beaucoup de mal à réprimer un soupir d'agacement. Leur petite danse s'éternisait un peu trop à son goût. A peine faisait-il un pas en avant que l'autre en reculait de deux. Mais il avait de la suite dans les idées, aussi il ne se laissa pas démonter. Ce qu'il y avait sous ce bel habit blanc lui mettait l'eau à la bouche tout autant que le dessert qui se rapprochait de plus en plus. Si ça continuait, il allait lui filer entre les doigts...

"C'est navrant, Monsieur Walder."

En effet, oui ! Pour une fois qu'il y avait un fond de vérité dans ses compliments ! D'accord, ce Laurent était embêtant à toujours le rejeter, mais il avait une architecture faciale fort intéressante. Et ça, ça n'était que quand on ne s'attardait pas sur ce que sa tunique laissait deviner. Une petite œuvre d'art trop précieuse pour se laisser admirer... Bordel !

"N'y a-t-il rien que je puisse faire pour vous convaincre ?"

Il se resservit un peu d'alcool avant que le rouquin ne la finisse. Il travailla un court instant sur son expression pour avoir l'air le plus désolé possible, avec une pointe de déception dans le regard, plus marquée dans la voix.

"...A moins que vous ne soyez trop poli pour me dire que je ne vous plais pas ? Je saurais comprendre..."

Impossible. Il se refusait à croire qu'il n'avait aucun effet sur ce garçon. Il finit néanmoins son verre. Il détestait douter de lui de cette façon.


Laurent


Inventaire

0,00


(vide)

Une certaine panique s'empara de lui, alors que son expression ne changeait pas d'un millimètre. Ah non, il n'avait jamais voulu dire ça ! Mais comment l'expliquer sans être honnête et passer pour un idiot ? Eh bien... Ca n'était pas vraiment possible, dans l'immédiat. Sinon, il aurait encore plus l'air de rejeter le violet, et il ne voulait pas cela du tout.

"- N...Non, bien sûr que non, ne vous en faites pas, vous êtes fort séduisant...!" commença-t-il.

Non, franchement, c'était un mauvais départ, là. De quoi soulever des doutes, même. Et ça, ce serait encore pire pour le rouquin. Encore plus gênant. Déjà qu'il venait clairement de sortir en rougissant comme une demoiselle face à son sauveur qu'il trouvait Negai attirant... Quelle honte.

"- Cependant, on ne m'a jamais... Trouvé aussi attrayant que vous ne semblez le faire, alors, comprenez ma retenue à ce sujet. Malgré tout, si vous êtes aussi sincère que vous le prétendez..."

Eh bien cela le fit rougir d'autant plus. Son coeur semblait vouloir s'échapper de sa poitrine pour sauter sur la table et prendre sa liberté, emportant avec lui son estomac, et peut-être même sa vessie, au vu de la façon dont il serrait les jambes - assez impressionnante pour que l'on puisse douter qu'il soit un homme -.

"- E...Eh bien, merci !" conclut-il, sa voix montant dans un petit aigu tout à fait adorable.

Sa main était toujours là, à serrer celle du violacé, sans même s'en rendre vraiment compte tant cela lui semblait naturel. Comme s'il ne parvenait pas à le lâcher. Comme s'il lui demandait sans le dire de rester. Comme s'il voulait que Negai s'intéresse réellement à lui.

Peut-être que Laurent n'allait pas fuir cette soirée, finalement.


Negaï


Inventaire

0,00


(vide)

C'est qu'il avait de la poigne, malgré sa silhouette, ce garçon ! Il le serrait qu'il commençait à avoir des fourmis au bout des doigts. Il releva doucement le pouce pour caresser le dos de la main du rouquin, à la fois pour le détendre - car il était visiblement au bord du malaise vagal - et pour lui rappeler que ses os n'étaient pas si solides qu'on pouvait le croire. Et sa main lui servait beaucoup trop pour risquer de se la faire briser.

"Ce que vous dîtes me révolte. C'est désolant de voir une personne si désirable que vous avoir une si mauvaise opinion d'elle-même simplement parce qu'elle prend la stupidité de ses pairs pour une négligence délibérée."

Il se pencha un peu vers lui pour baisser la voix afin de se débarrasser des quelques oreilles indiscrètes qui trainaient encore dans la salle. Il essaya de se faire le plus doux possible pour regonfler un peu l'amour propre de ce brave petit soldat.

"Si vous étiez si peu attrayant, je n'aurais pas autant pris mon temps pour mâcher chaque bouchée de ce repas. Le dessert approche et je suis tout bonnement terrifié à l'idée de vous voir rentrer, sans savoir quand je vous reverrai."

Bon, là il fallait qu'il arrête de boire, sinon il allait devenir beaucoup trop romantique, même pour le jeune inexpérimenté qu'il avait sous les yeux. Mais bizarrement, ce soir-là, jouer les professeurs ne le rebutait pas vraiment. Il était même plutôt flatté d'avoir une chance d'être le premier à pouvoir mettre le grappin sur la petite beauté qu'il avait dégotée.

A nouveau, il émit un petit rire presque gêné - même s'il ne l'était pas le moins du monde ! - en passant la main dans ses cheveux. Geste délibéré pour écarter un peu le col de sa chemise encore humide et dévoiler la peau parfaite de son torse.


"Encore une fois, n'hésitez pas à me reprendre si vous me juger trop envahissant. J'ai l'habitude d'être quelqu'un de passionné, et je ne voudrais pas que cela vous importune."


Negaï, vingt-quatre ans de vie, plus une année de mort, prostitué et comédien à ses heures, et surtout menteur professionnel.


Laurent


Inventaire

0,00


(vide)

"Ce que vous dîtes me révolte. C'est désolant de voir une personne si désirable que vous avoir une si mauvaise opinion d'elle-même simplement parce qu'elle prend la stupidité de ses pairs pour une négligence délibérée. Si vous étiez si peu attrayant, je n'aurais pas autant pris mon temps pour mâcher chaque bouchée de ce repas. Le dessert approche et je suis tout bonnement terrifié à l'idée de vous voir rentrer, sans savoir quand je vous reverrai. Encore une fois, n'hésitez pas à me reprendre si vous me juger trop envahissant. J'ai l'habitude d'être quelqu'un de passionné, et je ne voudrais pas que cela vous importune."

Cet homme était une véritable tentation. Peut-être un peu trop pour que Laurent ne puisse rester indifférent plus longtemps. Pourtant, il aurait voulu. Avait-il le droit de se laisser aller de la sorte avec un quasi inconnu alors qu'il avait autant de responsabilités que ne l'exige le travail de garde ? Enfin... Remarque, il n'avait pas tant de responsabilités que cela... C'était encore un bleu, aux yeux de ses pairs. Et ces derniers prenaient souvent un malin plaisir à le lui faire remarquer, le plus souvent possible d'ailleurs.

"- Eh bien..." commença-t-il, peu confiant.

Le rouquin retira doucement sa main de celle de Negai, la reposant sur la table alors qu'enfin, le reste de leur commande arrivait. Son regard se perdit sur la part de tarte aux pommes se présentant à lui, tout aussi tentante que le violet ne l'était, puis releva la tête vers ce dernier, attendant que la serveuse blonde ne s'en aille. Pas question de s'afficher devant elle. Surtout que ce soir, c'était encore plus gênant que les autres soirs. Ses lèvres s'ouvrirent et tremblèrent un moment. Bon sang, par les Déesses, il allait bien réussir, oui ?!

"- ... D'accord. C'est d'accord...! Je pense... Que je peux vous croire... Merci. C'est très flatteur d'être ainsi... Désiré."

Enfin ! Il acceptait tout simplement de passer un peu plus de temps - ahem - avec Negai... Son estomac se noua, et les billes vertes délicatement cachées derrière ses lunettes cherchèrent à fuir les prunelles bleues du violacé, en se concentrant sur son dessert, duquel il se goinfra presque aussitôt. Les pommes étaient la seule chose qui pouvaient le rendre enjoué en une fraction de seconde. Aussi, le sourire qui étirait à présent ses lèvres était tout bonnement craquant.


Negaï


Inventaire

0,00


(vide)

"Eh bien... D'accord. C'est d'accord...! Je pense..."

Par les Déesses, enfin il avait réussi ! Le rouquin avait fini par céder. Un large sourire étirait le visage de Negaï, empreint de fierté. Pas tous les jours qu'il devait faire des efforts pour réussir à attraper une perle pareille. Qu'allait-il donc proposer ? Une nouvelle date, ou bien se débriderait-il un peu ?

"Que je peux vous croire... Merci. C'est très flatteur d'être ainsi... Désiré."

...Ah. Il acceptait juste d'être trouvé séduisant. Une vraie princesse au service d'une autre princesse, en somme ? Le large sourire de Negaï trembla un peu. Heureusement que l'autre se concentrait plus sur son dessert que sur lui. Ça n'était pas très professionnel de montrer sa déception, comme ça.

Ses doigts remuèrent un peu, libérés de la pression de ceux du roux, mais il ne savait plus vraiment quoi en faire. Il secoua un peu ses cheveux, plus par habitude que pour autre chose. Il était dépité. Tous ces efforts pour rentrer la queue entre les jambes ? Il prit à contre-cœur quelques cuillers de sa crème.


"Vous m'avez l'air d'apprécier la tarte aux pommes. J'en serais presque jaloux."

Et pas qu'un peu ! C'était insupportable de sentir que la tension émanant du rouquin était plus le résultat de son excessive timidité que d'une quelconque attirance. Et il y avait deux choses que Negaï détestait par dessus-tout : les gens amoureux, et passer au second plan. S'avouer vaincu devant ce type, qui visiblement n'avait pas l'embarras du choix, était humiliant.

Mais tant qu'un espoir subsistait, il se devait d'être respectueux et agréable. Tout le contraire de ce qu'il était, oui. Aaaah, que ne ferait-il pas pour relever de nouveaux défis ?


Laurent


Inventaire

0,00


(vide)

"- Ne le soyez pas." répliqua-t-il, pratiquement à la seconde.

Une pomme et ça repart. Il reprenait déjà doucement confiance en lui, malgré que cela n'amène en plus ses habitudes de soldat stratège. A savoir, son ton légèrement dur, son regard tentant de lire dans son vis-à-vis comme dans un livre ouvert, et son attention captivée par son interlocuteur.

"- Honnêtement, vous êtes beaucoup plus attirant qu'une tarte aux pommes, et je crois bien que je vais me laisser tenter par votre personne."

Ah, par contre, la bêtise honnête n'était pas dans le lot, normalement ! Ca, ça devait être l'effet Negai. Une atteinte à la pudeur pure et dure, qui le faisait lentement mais sûrement tomber dans ses bras... Et galère.

"- J...Je veux dire... Enfin, c'était sincère, mais...!"

Ses joues lui brûlèrent aussitôt. Comment sortir de là, maintenant...? Eh bien... Autant ne pas en sortir, finalement.

"- Non, je suis juste sincère. Si vous l'acceptez vous-même, en tout cas..."

Il demandait l'autorisation de mieux se connaître et plus si affinité à quelqu'un qui venait lui-même de la lui demander...! Incroyable.


Negaï


Inventaire

0,00


(vide)

Se faire dévisager ainsi après tout un dîner de regards fuyants et de bégaiements étaient assez surprenant. Negaï fut presque tenté de détourner ses yeux. Mais comme d'habitude, sa fierté était bien plus forte que le reste. D'autant que celle-ci venait d'être regonflée par le fait d'être trouvé plus attirant qu'une tarte aux pommes. Pour vous dire à quel point la situation commençait à désespérer le violet.

Mais la formulation avait déclenché un petit rire nerveux chez lui. "...me laisser tenter par votre personne." Quelle idée ! D'habitude, c'était plutôt son corps qu'on voulait, pas sa personne. Il ne voyait vraiment pas pourquoi ce type serait une exception. Il se rendit compte qu'il avait l'air d'un fou à rire tout seul alors que la phrase n'avait rien de drôle. Il s'imaginait déjà Laurent, avec ses allures de professeur, lui sortir une phrase du genre "Eh bien, j'aimerais rire, moi aussi."

Aussi, il prit les devants. Il but un verre, d'eau cette fois, pour s'éclaircir la gorge et se calmer. Puis il expliqua calmement.

"Veuillez excuser ma grossièreté. Mais les gens que je fréquente ont souvent des propos bien plus superficiels que les vôtres. La surprise m'a déstabilisé...
...Mais je serais ravi de me laisser tenter par la vôtre également."


Ses mains vinrent jouer avec ses cheveux une nouvelle fois pour éviter de partir explorer le rouquin. Il n'était pas des plus tactiles, et vu comme les choses étaient bien parties, il n'avait pas envie de le faire fuir. Ç’aurait vraiment été trop dommage. Et pourtant ces courbes artistiquement cachées par le tissu blanc étaient des plus attirantes pour les longs doigts froids de l'incube.


Laurent


Inventaire

0,00


(vide)

"- Ah bon ?"

Ca, c'était tout autant surprenant. Oui, malgré le discours long comme le bras du violet, il parvenait encore à douter. Incroyable. Mais c'était tellement rare qu'on veuille le séduire... Surtout une belle bête pareille, enfin !

"- Enfin, je vous crois. Mais un homme aussi beau et charmant que vous..." Il prit un bout de tarte, continuant de parler, la bouche légèrement pleine. "- ... Chassent en général des proies qui leur ressemblent. En tout cas, pas comme moi !"

Oui, les petits binoclards intelligents, c'était pas vraiment un modèle qu'on s'arrachait dans les rues Hyliennes. Ses petites joues roses mâchant toujours lui donnaient un air de jeune garçon presque touchant. Il avala finalement, puis pencha légèrement la tête.

"- Alors... Ne vous en faites plus, nous ne nous séparerons pas à la fin du repas."

Quoique le rouquin commençait à douter de ses propres capacités, à l'instant présent. C'était peut-être mettre la barre trop haut que de s'autoriser ce genre de - ahem - plaisirs.


Negaï


Inventaire

0,00


(vide)

Negaï finit doucement son dessert avant de plonger ses deux glaçons bleus dans les yeux verts du mage. Il posa les coudes sur la table et posa la tête sur ses mains, se penchant en avant pour mieux le regarder et lui parler. Ses manches retombèrent légèrement, dévoilant ses avants-bras secs et bien dessinés. Quelques veines venaient jouer avec les effets de lumière par leur relief, mais toute sa peau était blanche et unie. Une de ses collègues l'appelait la poupée en raison de ce détail.

"C'est là toute la subtilité de la chose. Les Déesses m'ont gâté sur le plan physique. Et ceux qui... Me courent après, comme vous dites, ne cherchent guère que la beauté comme qualité. Je vous laisse imaginer les problèmes de compatibilité."

Il souffla sur une mèche qui était tombée devant ses yeux, tout en veillant de ne pas souffler sur le rouquin non plus.  La serveuse qui passait derrière lui manqua de renverser son plateau en se penchant exagérément au-dessus de son dossier pour regarder le bas de son dos et ce qu'il y avait plus bas. Elle s'éventa avec la serviette qu'elle tenait dans l'autre main et partit en gloussant.

Le violet lui lança un regard en coin plutôt intrigué avant de se recentrer sur son rendez-vous. Il lui sourit discrètement, comme absorbé dans une contemplation toute étudiée.


"Je serais curieux de savoir ce que vous avez comme projets pour après de dîner, dans ce cas."

Il avait du se concentrer pour avoir l'air le plus sympathique, sans que ses idées saugrenues ne viennent perturber son masque agréable et dévoiler ses réelles intentions. Il n'était clairement pas tombé sur un pervers, cette fois. C'est pour cela que la partie de chasse était aussi exaltante.

*Parce que les miens sont tous trouvés...*


Laurent


Inventaire

0,00


(vide)

Ses jambes se serrèrent légèrement, tandis que ses mains se posèrent sur elles, ses doigts se crispant sur son pantalon. Ce type était un gros pervers... Il n'osait même pas imaginer à quoi il pensait ! Sans doute des tas d'idées dégoûtantes le mettant en scène dans... ARG !

"- Eh bien, pourquoi ne pas me faire part des vôtres ? Je suis sûr qu'ils seront passionnants et passionnés..."

Et là, il devint rouge. Mais vraiment rouge. Et brûlant. Partout. Ce n'était pas du tout ce qu'il avait voulu dire ! Mais alors, pas du tout ! Et pourtant, ses lèvres maintenant tremblantes venaient de dire ces mots avec presque assurance, alors que le rouquin était sur le point d'avoir une totale surchauffe. Pourquoi ? Pourquoi son corps parlait-il plus vite que son cerveau ? Pourquoi n'arrivait-il pas à mouvoir sa cervelle avant sa bouche comme d'habitude ? Pourquoi Negai lui faisait cet effet ?! Merde à la fin !

"- Vous... Vous avez fini ?"

La serveuse qui revenait semblait tout autant sous le charme, d'ailleurs. Comme quoi, ce type faisait de l'effet à tout le monde. Un peu comme ces animaux en période de reproduction... Arg, non, mauvaise pensée !

"- Oui." répondit le Mage aussitôt après. "Je vais payer."

Sur l'instant, son empressement à sortir la somme de rubis indiquée sur la facture sonnait presque comme un "Dépêchons-nous, beau mâle, je veux être seul avec vous". Mais pas du tout.


Negaï


Inventaire

0,00


(vide)

Negaï haussa un sourcil intrigué en voyant l'autre se précipiter sur ses rubis. Il hésita entre plusieurs choix. En premier lieu, il pouvait être tout aussi agacé de l'air insipide de la serveuse que lui-même. Mais il avait l'air d'être un de ces types trop gentils pour montrer leur manque d'affection pour les gens. Un vrai pigeon, quoi. La seconde possibilité était sa petite victoire sur la réserve du rouquin. Qui sait, peut-être était-il pressé de se retrouver seul avec lui ? Mais au vu de son comportement tout au long de la soirée, si attirance il y avait, il se garderait bien de la dévoiler. Encore une sainte-nitouche qui ne faisait rien le premier soir. Navrant. Ce qui amenait à la troisième possibilité : l'attirance en question le mettait tellement mal à l'aise qu'il allait être aussi nerveux jusqu'à ce qu'ils se séparent.

Dans tous les cas, un véritable programme... Il rassembla les couverts pour faciliter le service, tout en souriant à Laurent pour lui expliquer ce qu'il avait en tête. Ou plutôt ce qu'il voulait qu'il croie qu'il avait en tête. (bonjour mal de tête !)


"Je n'ai pas vraiment de projet précis. Quelques germes d'idées."

Il renoua ses cheveux pour éviter d'avoir l'air d'une bête poilue en affrontant le vent qui les attendait à l'extérieur et se leva en même temps que son interlocuteur. Il avait un peu trop mangé et il se sentit lourd en se remettant sur ses jambes.

"Dîtes-moi donc ce que vous aimez, et je tâcherai de vous satisfaire, Monsieur Walder."

Il lui fit signe de passer devant-lui pour sortir de l'auberge. Un bon moyen de paraître courtois et de détailler la marchandise sous un nouvel angle. Nouvel angle fort attrayant d'ailleurs.


1  2  3