Attaque du chateau 2[RP à conséquence]

[HRP: les armures et les statues sont aussi de PNJ est seront donc aussi joué par moi-même.]

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Accompagné par mes monstres, je me trouvais à présent dans le hall intérieur. Quelque garde qui devaient être resté pour protéger la princesse m'attaquèrent. Je para le coup d'épée du premier avec un écran magique et lui envoya une boule d'énergie dans le ventre, le tuant sur le coup. J'esquivai ensuite l'attaque du second et lui enfonçât mon épée droit dans le cœur. Les deux derniers gardes croulèrent sous l'assaut de mes quatre monstres qui mirent ainsi fin à ce pitoyable combat.
Il me fallait à présent sécuriser les lieux, je lanças une malédiction sur le château. Quiconque tenterait d'entrée en ayant des ambitions contradictoire aux miennes devrait affronter toutes les statues et armure du château.



Je m'enfonçai plus profondément dans le palais, me fiant au fragment de la triforce pour localiser le fragment de la sagesse et par là même, la princesse. Cette fois-ci, j'allais récupérer le second fragment et ainsi écraser le héros du temps.
Je commença donc à gravir la plus haute tour au sommet de laquelle semblait s'être réfugié la princesse, cependant, je ne tarda pas à découvrir que quelque gardes s'étaient aussi réfugié ici afin de protéger la princesse.



Cependant, ce n'était pas les quelques gardes qui restaient qui allaient pouvoir m'arrêter: ils ne possédaient pas le pouvoir nécessaire.

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Dun Loireag Dragmire


Inventaire

(vide)

Tout était dit, et chacun avait donné son assentiment à s’engager dans cette bataille qui s’annonçait d’ors et déjà difficile. Dans un long silence macabre, le simili de Groupe sans Nom s’engouffra dans les méandres de la nuit, afin de se diriger vers le château. Nul ne parlait, et les cris se firent plus distinct, l’odeur du sang plus forte, à mesure qu’ils avançaient. Cela ne fit qu’attiser les flammes de l’excitation, et lorsque enfin ils atteignirent les murs de la forteresse, ce fut Dun qui ouvrit la marche. En effet, lors de ses excursions clandestines aux côtés de sa femme et les recherches entreprises lors de ses longues soirées à la bibliothèque, le jeune Prince avait pu en apprendre beaucoup sur le château. Ses premiers bâtisseurs n’étaient sans doute pas fort enclins à l’architecture, mais les différentes royautés qui s’étaient succédées avaient contribué à l’ajout d’ailes et de tours autour de la bâtisse principale. Ce faisant, nombre de passages secrets et même de couloirs fermés accessibles par des portes cachées avaient été construits dans le but d’espionner ce qui se disait dans le château. Car bien souvent les plus grands complots commençaient à l’état de rumeurs. Mais même si de nos jours l’emploi de ces galeries n’étaient plus usité dans ce but, elles restaient toutefois un excellent moyen de fuite, quoique trop négligemment entretenues.
C’est ainsi que le jeune Prince pu enfin ouvrir un passage dans un mur, tout près des douves, qui ouvrait sur les souterrains du château. Des torches allaient sans aucun doute être nécessaires à leur bonne exploration, et c’est en allumant l’une d’entre elles qu’il indiqua aux autres d’en faire autant : La bataille commençait dès maintenant. Véritable labyrinthe aux murs sans fenêtre, le jeune Prince eut toutefois du mal à se repérer, à plus forte raison que les plans qu’il avait découvert ne correspondaient pas tous parfaitement à la réalité. Sans doute le manque d’entretien ou la perte d’un document contribuaient à la disparition d’une galerie sur la carte, mais ce n’était rien par rapport à ce qu’il se passait en ce moment même : Les fondations du château tremblaient, emportés par l’ivresse de la bataille ardente qui se livrait au dessus. Il fut même un moment où les murs tremblèrent et que la maigre poutre se trouvant au dessus d’eux se brisa, laissant le plafond s’écouler sur eux-mêmes. Fort heureusement, Dun ne fut pas touché, mais il fut séparé du reste du Groupe sans Nom, tandis que la voix qui lui aurait permis de les rejoindre était maintenant condamnée. Se trouvant à l’endroit exact d’un carrefour de couloirs, le jeune Prince se dit au fond de lui-même qu’ils trouveraient sans doute une autre sortie et qu’ils pourraient se rejoindre.. Que faire d’autre, sinon d’espérer ? Serrant d’avantage la torche, l’ex-Chancelier continua d’avancer pendant d’interminables minutes jusqu’à enfin apercevoir une vague lueur de l’autre côté d’un passage recouvert de toiles d’araignées. Hâtant le pas, Dun observa qu’il se trouvait juste au niveau du Hall principal, pièce des plus somptueuses puisque destinée à impressionner les visiteurs.
Après avoir ouvert la solide porte de pierre et déchiré la toile ancienne qui la camouflait, le jeune homme s’engouffra alors dans la pièce, tout en butant contre un objet au sol :

Une femme gisait à terre, dans son propre sang.

Serrant des lèvres et réprimant un cri de surprise, le jeune Prince se baissa et chercha à prendre son pouls : Mais ses doigts ne rencontrèrent que du sang alors qu’ils tâtaient la peau –maintenant froide- de la servante. Il la connaissait, sans doute était-ce cela le pire… Savoir qu’un inconnu est mort aux bords des frontières était une chose, voir une femme que l’on côtoyait tous les jours s’éteindre aussi brutalement en était une autre. Les yeux ouverts, son visage exprimait la surprise, et la seule consolation qu’eut Dun fut de savoir qu’elle n’avait sans doute pas souffert. Si l’on avait tué de sang froid, cela avait été rapide et risquait de lui arriver à lui aussi. Il chercha à fermer les yeux de la domestique, mais c’était peine perdue, morte depuis trop longtemps, il aurait été inutile d’insister… C’est pourquoi le jeune homme se décida de reprendre sa route, tout en durcissant son cœur afin de ne pas se laisser s’émouvoir par ce genre de spectacle.
Scrutant l’obscurité naissante de la salle, le jeune Prince fut soudain surpris par un cri d’horreur, qui fut finalement celui de son salut : « Attention, derrière vous ! ». Un jeune homme lui indiquait une ombre qui se mouvait juste derrière lui, près à abattre sur son crâne une énorme hache d’acier… Ainsi, c’était donc lui qui avait mis fin à la fin de la jeune femme ! Saisissant ses deux dagues et les croisant afin de bloquer le coup, le jeune Sorcier fut tout de même secoué par l’impact, et failli tomber au sol. Mais se laisser aller maintenant signifiait signer son arrêt de mort, et c’est dans une ultime lueur de conscience qu’il poussa sur ses deux jambes afin d’éviter le deuxième coup. Comment une armure pouvait-elle bouger toute seule ?! Amèrement, Dun reconnut là le pouvoir d’une magie puissante, différente de la Sorcellerie que lui-même utilisait. Sans doute un homme puissant en était-il l’instigateur, était-ce là le pouvoir que l’on accordait aux Triforces ? S’éloignant à pas vifs de la créature tandis que celle-ci s’échinait à retirer sa hache plantée dans le sol, le jeune homme vit des Gardes s’activer derrière le serviteur. Sans doute des monstres arrivaient-ils de l’autre côté ? Criant avec la voix d’un commandant, le jeune Prince donna des ordres qui permirent à ces derniers de s’organiser plus efficacement, tandis qu’ils plantèrent leurs lances dans les deux Moblins les menaçant de leurs épées. Toutefois, l’armure avait finit par extirper sa hache de la roche froide, et Dun avait de plus en plus de mal à l’éviter, cherchant à viser les jointures composant sa structure. Par deux fois il avait touché son bras droit, et ce dernier avait finit par céder ainsi que sa hache dans un fracas métallique, mais le tribu à payer était lourd : le jeune homme avait reçu un mauvais coup à la poitrine qui le laissa sans souffle quelques secondes… Assez pour que l’armure le projette violemment contre le mur. Sans doute sa tête aurait-elle subit le même sort que la pauvre femme si les Gardes –maintenant libres d’action- n’étaient intervenu en plantant leurs lames dans le torse de l’armure. Cela ne fit que l’immobiliser un court instant, mais assez toutefois pour permettre à Dun de la pousser de toutes ses forces et sa rage possible au travers de la fenêtre ! La chute qui s’ensuivit ne laissant aucune chance à la créature enchantée, qui s’écrasa lamentablement quelques mètres plus bas. S’appuyant contre le rebord de la fenêtre, le jeune Prince reprit son souffle tout en regardant les personnes qui l’observaient maintenant avec une lueur d’espoir. Leur Prince était présent, sans doute allait-il les sauver tous ?
Mais ils n’étaient au final que des poids morts pour Dun, hélas, qu’il ne saurait aider au cœur d’un affrontement. C’est pourquoi il désigna d’un revers de la tête le passage par lequel il était venu, et ordonna aux Gardes de rassembler afin d’évacuer tous les serviteurs du château. Son champ d’action n’en serait que plus libre après tout !


« Tâchez aussi de protéger la réserve de poudre, nous aurons besoin dans le pire des cas de faire s’écrouler le château afin d’emporter ces envahisseurs dans notre tombe… Utilisez aussi les bombes contre ces armures, tâchez de les faire exploser de l’intérieur ! »

Aboyant des ordres à la petite troupe de 5 soldats, le jeune homme en laissa finalement l’exécution au lieutenant, alors qu’il se détournait de l’abri qu’ils avaient pu organiser lors de l’attaque. Car repousser l’envahisseur n’était hélas pas son but. Non… Il lui fallait retrouver sa femme dans un premier temps, et surtout, rencontrer ce Seigneur du Malin. Allumant une bombe, et la jetant de toutes ses forces au dehors, celle-ci explosa dans un bruit énorme tout en faisant s’éclater les vitres qui composaient la tour d’où il se trouvait. Si jamais la Princesse –ou quiconque d’autre- se trouvait dans cette aile, ils se seraient avancés et l’entendraient sûrement.


« Princesse ! Vous tous ! Ne désespérez pas, essayez de rejoindre des Gardes, ils vous aideront à vous échapper ! Mais ces armures entravent leurs mouvements plus que cette armée enragée, aidez les à les neutraliser, quelque que soit cet enchantement ! Les renforts arrivent ! »

L’appel était lancé. Sans doute était-ce de la manipulation, mais cela était parfois nécessaire en temps de guerre. Savoir que des alliés arrivent pour vous aider vous redonne de l’énergie au combat, même lorsque cela n’est en réalité qu’un mensonge destiné à vous rassurer. Un demi mensonge à vrai dire, compte tenu de l’oiseau messager qu’il avait envoyé en direction du Mont du Péril. Si ‘ils’ se disaient protecteurs de la Princesse, cela était le moment ou jamais de le prouver. Et si la majorité des personnes ne pourraient qu’immobiliser une ou deux armures au grand maximum, la détentrice d’une Triforce aurait sans aucun doute le pouvoir nécessaire à la neutralisation de cet enchantement au château tout entier.
Mais alors qu’il s’apprêtait à descendre afin de gagner l’aile Est, un cri d’horreur retentit dans l’un des escaliers menant aux tours principales : Un garde, homme d’âge assez mûr, venait de dégringoler des escaliers. Un bruit sinistre d’os brisé en disait long sur son état, mais il parvint tout de même à articuler à l’intention du Prince, alors que ce dernier courait vers lui, la phrase qu’il attendait tant.


« Prince… Princesse… Tour… Seign… Compagnons… Combattent… Aid… »

Mais il était déjà trop tard. Le dernier souffle s’extirpant de ses poumons, le regard empreint de fierté quant à son devoir accompli, l’homme légua à Dun l’information qu’il détenait. Ce dernier n’eut pas besoin d’autre forme de cérémonie, et déjà il montait les escaliers quatre à quatre, l’heure n’était désormais plus à la discrétion, puisqu’il hurla de toutes ses forces.

« Maudits ! Ce château ne vous appartient pas, il est nôtre ! Et il en sera de même de votre vie! »

Et dans son fort intérieur, peut-être espérait-il que l’un de ses compagnons avaient-ils débouché dans la pièce dans laquelle elle se trouvait.

[Trop fatigué pour poster avec Dark Link, je le ferai demain XD]


Angelus


Inventaire

(vide)

Daidara entra avec facilité dans le château , et c'était assez normal , passer par la voix des airs était mieux que de forcer le passage contre les gardes devant la porte . Il fut facile pour Daidara de trouver une fenètre ouverte pour entrer . Par sécurité , Daidara dit à son oiseau d'argile de rester voler autour du château au cas ou si il y avait un problème ... Vétu de son manteau noir orné de nuages rouges , et d'un chapeau de paille avec des petites bandelettes qui pendaient autour du chapeau , on ne pouvait rien voir du visage de Daidara , sauf ses yeux , son oeil gauche était un sharingan et l'oeil droit était normal ...Daidara regarda la spectacle macabre devant ses yeux , il y avait des cadavres partout , d'homme et de femme , de garde et de servante ...Quel tragédie ...Daidara saisit sa faux à trois rangées de lame , et parcourut le couloir ou il se trouvait . Il était sûre que Ganondorf était deja entrer , il fallait juste suivre les cadavres pour le retrouver ...Continuant à parcourir le château , Daidara remarqua qu'un pouvoir maléfique venait d'être lancé contre le château , surement un sort de Ganondorf ! Mais bon , pour le moment se n'était pas important . Daidara continua sa marche !

*Cid ... Nero ... Moi qui voit tous avec mon sharingan , je ne sais pas si cette nuit est la dernière pour le peuple d'hyrule ...Je suis désolé ...*

Avec haine , Daidara pensa à la vengeance qu'il devait accomplir contre la noblesse . Il était sûre que ces vieux fou c'était barricadé quelque part , mais ou ? la était la question ! En continuant sa marche , il repéra enfin le seigneur du malin , qui semblait vouloir gravir la plus haute tour du château .Mais pourquoi ? il était vrai que Ganondorf cherchait les fragments de tri-force , peut être avait t'il localiser la princesse . Mais au moment ou Daidara allait lui aussi gravir la tour , une voix pleine de rage et de courage se fit entendre !

« Maudits ! Ce château ne vous appartient pas, il est nôtre ! Et il en sera de même de votre vie! »

Daidara ne connaissait pas cette voix , mais par prudence , il incanta un sort .

"Invocation des ombres !"

Une dizaine d'ombre , monstre de Hibi furent invoqués , au moins si quelqu'un cherchait à monter ici , il aurait ces monstres à combattre . Daidara se mit à gravir les marches de la tour , et quand il vut Ganondorf , il lui adressa la parole , tout en jettant le chapeau qui cachait son visage .

"Et bien Ganondorf , il semblerait que tu soit tout proche de ton but ! Hibi à répondu à ton appel , j'espère que tu te souviendra de se que nous aurons fait pour toi !"


"Et bien Ganondorf , il semblerait que tu soit tout proche de ton but ! Hibi à répondu à ton appel , j'espère que tu te souviendra de se que nous aurons fait pour toi !"

J'ignorai le membre d'hibi... Leur soutien envers ma personne serait récompensé au moment voulu. J'avais enfin localisé la princesse mais cette dernière s'était servis des pouvoirs de sa triforce pour verrouiller la porte. J'avais besoin de temps et malheureusement, le temps était un luxe que je n'avais pas: la preuve en était l'homme qui avait atteins le pieds de la tour...
J'envoyai donc deux de mes monstres lui barrer la route et localisai trois armures et quatre statues suffisamment proche pour arriver avant la fin du combat.



Il était claire que cette assaut simultané ne serait pas aussi efficace que si mes créatures attaquaient toutes en même temps mais cela me permettrait certainement de pouvoir briser l'enchantement de la princesse.
Et dans le pire des cas, j'avais encore deux monstres et le membre d'hibi pour gagner du temps.


"La princesse est dans cette pièce, mais je doute qu'elle se laisse capturé facilement: soit près à te battre!"

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



[HRP: Je joue ici les différent PNJ qui attaquent ce pauvre Dun...]

Les deux monstres ayant reçut les ordres de leur maitre descendirent les escalier afin d'aller à la rencontre de leur adversaire, ils le découvrirent aux prise avec une disaine d'ombre dont elles ignoraient tout.
Cependant, ces ombres n'ayant aucun rapport avec leur mission et ne semblant avoir aucune intention agressive à leur encontre, les deux monstres les ignorèrent totalement et se jetèrent dans la mélée.
Le premier, semblable à un humain mais d'une taille de 3 mètre avec une peau semblable à de l'acier et des yeux reptiliens, cracha un jet d'acide sur sa cible tandis que le second, un rat humanoïde avec des dent tranchante, une hache et un bouclier, fendit l'aire de sa hache pour trancher la tête de l'humain.

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Lliude


Inventaire

(vide)

Quand la poutre cèda, déversant un flot de gravats et de poussière, Lliude se jeta en arrière. Pendant quelque secondes, la poussière envahi le couloir et l'hylien ne pu discerner que les silhouette des membres du groupe sans nom. Quand la visibilité devint correcte, il s'assura que personne ne fut blessé, et jura. Même si Dun était pour lui un combattant d'exeption, le fait qu'il soit seul pourrait le transformer en électron libre s'il arrivait quelque chose à la princesse. Il avait connu ça et par expérience, même si ça lui avait permis de se dépasser, cela n'apportait rien de bon au mental et au physique par la suite.
Après s'être "dépoussieré" il rajusta sa tunique noire, enfila sa capuche et déclara:


"Je repars en arrière à la recherche d'une autre voie. Je vous conseille de faire de même, sauf si vous vous sentez capable de déblayer le chemin..."

Sur ce, il se retourna, ralluma sa torche qui s'était éteinte et s'enfonça dans le pénombre du couloir. Arrivé à un tournant, il jeta un coup d'oeil derrière lui. De loin, on pouvait voir des lueurs rougeoyantes dues aux torches, immobiles. Apparement, ils ne s'étaient pas encore décidé sur ce qu'ils allaient faire...
Après quelques minutes de marche, un léger tremblement se fit sentir. Comme si quelque chose s'était effondré juste à côté de lui. Mais le jeune homme n'y fit pas attention, et après avoir pris un couloir plutot étroit, il arriva devant une toile grise. Il sortit alors un couteau et l'éventra.
La toile était en réalité un tableau paint remarquablement bien, symbolisant les trois déesse d'Hyrule. Il regrettait presque de l'avoir déchiré. Soudain, une voix s'éleva dans le chateau.


« Maudits ! Ce château ne vous appartient pas, il est nôtre ! Et il en sera de même de votre vie! »
*Dun...* Songea Lliude.

Quelques secondes après, les armures qui décoraient le couloirs s'animèrent, et enfoncèrent une porte qui menait à une des ailes du chateau.

*Passer par les couloirs ne doit pas être ce qu'il y a de plus sûr... Peut-être que...*

Il se retourna, et vit un grand vitrage qui donnait une vue splendide sur le bourg. Malheureusement, il n'avait pas le temps de l'admirer. Il prit un pot de fleur qui gisait par terre et le lança en direction du vitrage qui vola en éclat. Le jeune homme se pencha alors en direction du vide, puis posa son pied gauche sur le rebord qui longeait l'épais mur en pierre. Ces rebords était généralement purement décoratifs et parfois accompagné de moulure, mais également praticable avec un peu d'agilité et beaucoup de sang froid.
Prenant son courage a deux mains, il entreprit la traversée du chateau par l'extérieur et se plaqua contre la pierre froide. Le vent était frais et fouettait son visage, faisant voler ses long cheveux brins. Soudain un cri déchirant s'éleva dans les airs. En tournant légèrement la tête, il apperçut un oiseau géant fait d'argile qui lui fonçait dessus.


"C'est bien ma veine aujourd'hui..." déclara t-il rageusement pour lui-même.

Lliude regarda autours de lui et vit une meurtrière à sa portée. Il se mit alors sur la pointe des pied et l'attrapa. Il se hissa et passa son bras à l'intérieur de la meutrière pour pouvoir mettre son pied contre le mur et se mettre face à son ennemi. il sorti un couteau de sa ceinture et en lança un en direction du monstre qui l'esquiva. Le but était de gagner du temps dans son ascention, car l'oiseau dû revoir sa trajectoire et se mit cette fois à longer la muraille pour attraper sa cible de côté.
L'animal fait d'argile arriva finalement à attraper le guerrier avec ses serres et comptait à présent le lacher dans le vide, mais ledit guerrier sorti un couteau à temps de sa ceinture et le planta dans le flanc de l'animal. Celui-ci poussa un cri, ce qui déssera l'étreinte dont Lliude était la victime. Celui-ci grimpa jusqu'a la nuque de la bête. Le monstre quant à lui entama des trajectoires de vol alambiqués pour faire tomber son hôte qui sorti un autre couteau afin de lui crever les yeux. L'oiseau qui avait perdu la vue suite aux coups de couteau perdit le controle de sa trajectoire et commença à planer légèrement, puis à piquer vers le chateau. En levant la tête, le métamorphe vit un autre vitrage, plus grand que celui qu'il avait brisé auparavant. Et il fonçait droit dedans...
L'oiseau géant et son passager brisèrent le vitrage et s'écrasèrent lamentablement sur le sol. Lliude quand à lui fut éjecté et glissa sur le carrelage. Quand il se releva, il toucha son crâne pour voir s'il n'avait rien. Il ne distinguait pas très bien ce qui se passait devant lui... Il vit une silhouette, et après quelques secondes où sa vue s'améliora il reconnu Dun. Puis deux autres silhouettes apparurent. L'une était un monstre ressemblant à un rat disposant d'une hache et d'un bouclier, et l'autre à un géant aux yeux de serpent et à la peau d'acier.
Quand les deux monstres attaquèrent son compagnon, l'hylien pris une jarre qui se trouvait à sa droite et la lança en direction du rat guerrier. Même s'il était encore un peu sonné, cet exercice ne demandait pas trop de précision et il arriva à éjecter sa cible de façon à ce que Dun n'ai plus qu'a esquiver qu'une seule attaque.
Il lança a tout hasard un couteau en direction du second adversaire en espérant qu'il arriverait à le toucher car ses capacités pour viser étaient encore altérées par sa chute.


Kisame


Inventaire

(vide)

Et bien , il aurait fallut du temps , mais Kisame avait enfin réussit à pénétrer dans le château . Il devait l'avouer , passer par la grande porte n'avait pas été la solution la plus simple ! Mais en tout cas , il avait pu tuer des gardes et sa c'était marrant . Il parcourut le château qui pour lui était un vrai labyrinthe , il ne connaissait pas du tout cette endroit ! Pour le moment , il n'avait pas rencontrer d'autre membre de Hibi , peut être était t'il dejà entré dans le château avant lui et par un autre chemin . Continuant toujours à courir à travers le château , Kisame entendit soudain une voix , qu'il connaissait bien , celle du prince Dun !

« Maudits ! Ce château ne vous appartient pas, il est nôtre ! Et il en sera de même de votre vie! »

"Mais on dirait bien que Dun est pas très loin ! Parfait , c'est le moment de lui faire payer ce qu'il m'a dit lors de notre rencontre dans le temple de l'ombre muahahahahaha Et puis je lui avait fait une promesse , Dun je vais dévorer ton coeur muahahahaha"

Grâce au cri de rage de Dun , Kisame put se repérer , et après quelques minutes , il repéra enfin le prince en train de combattre des créatures pas très belles . Mais soudain , une vitre se brisa laissant tomber un gamin et un oiseau d'argile , c'était un oiseau de daidara ça ! Par contre Kisame ne savait pas qui était l'homme qui semblait avoir tuer l'oiseau . Mais Kisame se fichait de ce gars , l'épée en main il chargea le prince .

"muahahahaha il est temps de mourir Dun !"


Nasimka


Inventaire

(vide)

Après l'effondrement partiel de la salle dans laquelle ils se trouvaient et qui avait eu pour conséquence de séparer Dun du reste du groupe, Nasimka tenta de déblayer le passage mais en vain, les blocs étaient trop volumineux.
Pestant contre cette perte de temps, le guerrier squelette dut tout comme ses compagnons rebrousser chemin et choisir un autre itinéraire. Suivant dans un premier temps Lliude, il prit néanmoins un autre chemin que le guerrier au moment ou celui-ci éventra un tableau pour passer au travers.
En effet, Nasimka décida de reprendre les allées centrales plutôt que les bifurcations. Il allait de ce fait surement s'exposer à l'ennemi mais il n'en avait cure. Un peu d'action ne lui ferait pas de mal, bien au contraire, ses os craquaient un peu trop à son goût.

Ainsi, débouchant enfin dans un large couloir bien éclairé, Nasimka se dirigea vers les échos provenant de la bataille. Au loin, le Stalfos distingua un escalier. Dun s'y trouvait, c'était donc là qu'il devait aller. Avant cela, il faudrait se frayer un chemin à travers la masse de combattants qui s'agglutinaient sur le passage.
Saisissant sa longue dague, Nasimka se mit lentement en route...
Il ne fit alors aucune distinction. Une servante fuyait et croisait son chemin, il l'empoignait et l'égorgeait. Un soldat de Ganondorf s'interposait, il déjouait l'attaque et l'éventrait. Un autre Stalfos hurla son mépris face au traître et brandit sa hache, il eut le crane fendu en deux.
Car tous n'étaient que des pions sans intérêt, des marionnettes, peu importe le camp dans lequel ils se trouvaient. Nasimka n'avait que Ganondorf en tête... Certes, avant de l'atteindre, il lui faudrait certainement combattre des créatures plus puissantes que les vermisseaux qui lui barraient le passage, mais si tel était le prix à payer, le stalfos y ferait face.


"muahahahaha il est temps de mourir Dun !"

Atteignant enfin l'escalier, Nasimka posa le pied sur la première marche au moment ou Kisame chargea Dun. Vif comme un serpent, le guerrier squelette saisit un poignard qu'il lança en direction de l'assaillant. La lame vint se ficher dans le bas du manteau de Kisame et se planta dans le sol, stoppant net la course du membre de Hibi.

"Dun a encore un peu de temps à vivre mais ce ne sera peut-être pas ton cas. Conduit moi à Ganondorf et je te laisserais assouvir ta vengeance contre le prince."


Zelda Nohansen Hyrule

Princesse de la Destinée. ∫ Édile de Nayru.

Inventaire

(vide)

Ce fut le bruit d'une explosion à l'extérieur qui tira la Princesse de sa concentration. Dès qu'elle avait eu terminé de lancer son message à l'aide, sentant que le pouvoir d'un autre fragment de Triforce avait pénétré à l'intérieur du château, elle s'était mise à l'ouvrage pour créer un bouclier sur la porte. Elle savait que les pouvoirs de Ganondorf étaient grands, mais les siens aussi, et le temps qu'il traverse l'entièreté du château pour monter jusqu'à la plus haute des tours où elle se trouvait, le bouclier serait assez puissant et chargé en énergie magique pour tenir au moins autant de temps. Reprenant ses esprits et se concentrant à nouveau, elle se déplaça tout de même jusqu'à la fenêtre, curieuse de savoir ce qui venait de se passer. Elle ne pouvait pas entendre distinctement d'où elle était, les sons étaient étouffés, mais elle fit un effort pour saisir les mots les plus importants du message...

« Princesse ... Gardes ... échapper ... armures ... neutraliser ... enchantement ... renforts ... »

Son mari! C'était la voix de son mari! Il était donc là, un peu plus bas dans le château. Sans doute n'était-ce pas vraiment un sentiment rationnel, mais cette voix était suffisante et elle n'eut pas besoin d'entendre parler de renforts pour se sentir rassurée. Elle se reprit cependant bien vite parce qu'au dela de ce sentiment de sécurité qu'il lui avait toujours procuré, le Prince n'était pas immortel. Il avait parlé de s'échapper avec les gardes. Elle ne le pouvait pas, elle ne comptait pas passer cette porte qu'elle venait de verrouiller pour un bon moment, et elle ne voulait pas fuir et abandonner le château comme ç'avait été le cas lors de la dernière attaque de Ganondorf. Il avait aussi parlé d'un enchantement... Laissant de côté la porte qui était maintenant bien protégée, et relâchant sa concentration, elle put à nouveau sentir ce qui se passait dans le château. Elle frissonna comme tout à l'heure. Elle ressentait Ganondorf tout proche, mais également des choses qui n'avaient rien d'humain, il y avait bel et bien des sortilèges qui avaient été lancés dans le château...

*Ganondorf, toi et ton armée avez oublié quelque chose d'important ... Ce château n'est pas encore vôtre, vous êtes toujours en territoire ennemi en pénétrant ici...*

Le Temps avait certes effacé beaucoup d'événements, mais ses souvenirs à elle étaient intacts. Elle se souvenait du château par lequel Ganondorf avait remplacé celui de la Famille Royale. Elle se souvenait aussi de tous les sortilèges qu'il avait eu le loisir d'y placer pour protéger ce dernier de l'arrivée de Link. Si Link ne pouvait s'y téléporter, si les portes étaient bloquées par magie, si Navi n'avait pu s'approcher lors du combat,... c'était bien parce qu'il avait l'avantage d'avoir préparé le terrain. Cette fois par contre, le château n'était pas imprégné de magie noire et de sortilèges maléfiques, c'était tout le contraire. Le mal était un intrus à l'intérieur d'un château dont les énergies étaient pures. Il n'était pas dédié au Malin mais bien sous la protection des Déesses bienveillantes.

Alors que Zelda fermait les yeux, les mains jointes, une lumière jaillit dans tout le château. Une Lumière si forte qu'elle perçait les Ténèbres les plus profondes. Les Ombres furent dévorées, les armures possédées tombèrent en morceaux dans un fracas assourdissant, les guerriers venus dans ces lieux en profanes ne pouvaient qu'être aveuglés par une lumière si pure tandis qu'elle redonnait de l'espoir et des forces aux guerriers dont le coeur était pur lui aussi. Du moins l'éblouissement dura pendant une seconde, suffisamment pour enrayer la vague de magie noire qui n'avait pas sa place dans ce château. Ensuite, la lumière diminua mais ne disparu pas totalement. Les murs blancs du château continuaient à scintiller de toutes parts, et illuminer le château comme si la nuit avait cédé sa place au jour, un spectacle plutôt magnifique si les combattants présents avaient eu le loisir de l'admirer, mais ce dont ils n'avaient sans doute pas le temps.

Zelda tomba à genoux, le symbole de la Triforce sur sa main s'était remis à briller intensément. D'où elle était c'était l'aide qu'elle pouvait offrir aux défenseurs du château. Elle pouvait continuer de bloquer ces sortilèges de magie noire. Les invocations étaient terminées, les guerriers et monstres de l'armée de Ganondorf qui avaient déjà pénétré dans le château ne pourraient plus compter que sur eux-même pour ce combat, ces choses inhumaines créées de toutes parts ne prendraient plus part au combat. Et le Château ne se rangerait pas aux côtés de ses assaillants.


Luka


Inventaire

(vide)

Lully sursauta brusquement et recula instinctivement, manquant de tomber en arrière - au risque de se fracasser le crâne bien avant le combat - lorsque le plafond tout entier s'écroula devant ses compagnons et lui. Son air abasourdi disparut bien rapidement, la poussière lui piquait les yeux et le faisait tousser. Bientôt pourtant, elle se dissipa et il déposa son regard sur le Groupe Sans Nom... Ou ce qu'il en restait, tout du moins.
L'amnésique ne se rendit pas immédiatement compte de l'absence de Dun jusqu'à ce que Lliude ne se mit à jurer. Un peu étonné sur le coup, le jeune homme l'observa un court instant avant de se rendre compte qu'il y avait effectivement une tête en moins. Affolé, il jeta un regard inquiet autour de lui et son regard glissa jusqu'à Nasimka, tentant vainement de déblayer le passage. Le Prince devait être de l'autre côté... Indemne, il en va de soi. Lully n'était pas du genre à douter de ce genre de chose, trop candide pour cela, certainement.
Ses yeux se posèrent sur Dark Link, et il réfléchit un court instant. Mieux valait pour lui de ne pas se séparer de l'un de ses compagnons. Il paniquerait trop, tout seul... Et nul ne savait ce dont était capable l'amnésique dans une once d'affolement, s'il ne mourrait pas avant même d'avoir pu dégainer son arme. Il n'était certes pas le compagnon de combat idéal, mais il restait tout de même un allié - alors que déjà leur nombre s'était réduit considérablement par l'absence obligée de certains membres du groupe...


« Je viens avec vous, Dark Link. »

Le murmure qui franchit les lèvres de Lully était discret mais clair. Il appréhendait grandement de se retrouver seul face à... à... à quoi, exactement ? Il n'en savait rien, mais il était parfaitement conscient du fait que ce n'était certainement pas des choses agréables à voir qui l'attendaient. Quelqu'un, ou quelque chose dans son esprit lui disait qu'il ne devait pas y aller, que ce serait dangereux, qu'il ne saurait se défendre, qu'il ne serait qu'un poids, une entrave pour son compagnon sombre, mais il rejeta toutes ces pensées et fronça légèrement les sourcils. De toute façon, il n'avait pas le choix.
Chaque membre du Groupe Sans Nom commençait à faire demi-tour, personne ne comptait s'éterniser ici. Un peu raide, le jeune amnésique les suivit, alors même qu'il avait assuré à Dark Link qu'il le suivrait, lui... Peut-être était-ce la tension accumulée dans son âme qui se manifestait à travers son corps, quoiqu'il en soit Lully reprit le chemin inverse plus rapidement qu'il ne le souhaitait, menaçant de déraper et de faire une mauvaise chute à chaque pas. Il ne lança même pas un regard en arrière pour voir si son compagnon sombre le suivait, il était trop extatique pour ne pas avancer et trop tendu pour penser à regarder derrière lui. Il espérait juste que celui-ci le suivait bien, sans quoi il risquait de se retrouver un peu perdu au beau milieu du champ de bataille... Même s'il ne savait pas exactement ce à quoi ce terme faisait référence.

Il aperçut un petit couloir sombre au beau milieu de la pénombre alentour - il n'avait pas de torche - et ses jambes le portèrent automatiquement à travers l'étroit passage. La lumière filtrait à travers une fissure et, lorsque l'hylien se rapprocha un peu de ce qu'il considérait comme la "sortie", il s'aperçut que le matériau aillant été déchiré était une toile... Il ne pouvait pas savoir que, quelques instants plus tôt, Lliude était déjà passé par là. Avec prudence, il enjamba ce qu'il restait du magnifique tableau mais encore une fois, il n'arriva pas à se retourner pour pouvoir contempler l'oeuvre déchirée. Ce n'était pourtant pas à cause de l'exaltation, cette fois-ci.

De tous les côtés, le chaos s'étendait.

Les pupilles si pures de l'amnésique s'étaient dilatées sous le choc. Ici, il voyait une servante étendue à terre, blessée mais encore en vie, la main tendue en sa direction, l'air suppliant. Par là, un soldat - de quel "camp" il ne le savait pas et s'en fichait bien sur le coup - qui se débattait pour sa vie, en une danse macabre, jusqu'à ce qu'il se prenne un coup fatal dans la poitrine, un peu comme un papillon se faisant embrocher vivant... Les cadavres jonchaient le sol, répandant parfois une mince flaque de sang autour d'eux, comme des poupées laissées à l'abandon dans une position burlesque. Il sentit un haut-le-cœur le secouer et la nausée le fit trembler, l'odeur du sang lui devenant soudainement insupportable. C'était la première fois qu'il faisait face à une telle situation... N'est-ce pas ? Plus encore que son traumatisme présent, il sentit quelque chose remonter doucement le long de sa conscience, un souvenir peut-être, quelque chose d'intangible qui avait eu lui aussi pareille odeur, pareille aigreur... Qu'est-ce que c'était ?
Quelque part, il ne voulait pas que cela remonte à la surface. Pas maintenant. Jamais.

Il tituba quelques instants, reculant contre son gré, et buta finalement contre Dark Link. Sa respiration était haletante, ses yeux toujours écarquillés d'horreur, mais au moins l'envie de vomir lui était passée. La tête lui tournait pourtant alors qu'il luttait intérieurement, repoussant de toute son âme la réminiscence qui grimpait sournoisement dans son esprit. Ne pas y penser... Ne pas y penser... La litanie qu'il s'imposait le rendait aveugle aux évènements extérieurs et il ne vit pas l'armure maudite foncer vers lui, prête à le trancher sur place.
Pourtant, elle n'avait pas encore réussi à le toucher que brusquement, une étrange mais chaleureuse lumière surgit de nulle part et emplit tous les recoins du château. C'était rassurant, chaud, protecteur et quelque part cela redonnait du courage à Lully - ainsi qu'à tous les autres combattants du groupe, il l'espérait - mais ce n'était pas ce à quoi il songea en premier, contrairement à ce que l'on pouvait penser.


« Dark... Ah... Dark Link ! »

Sans même réfléchir davantage à ce qu'il devait faire, à ce qu'il pouvait faire, repoussant avec véhémence ses craintes, son trouble et ses souvenirs, il se retourna rapidement et plaqua ses mains sur les yeux de l'Ombre tout en essayant vainement de le recouvrir afin de le protéger du mieux possible de cette soudaine lumière. Il ne savait pas si son compagnon était vraiment affecté par la lueur chaleureuse qui les enveloppait à présent - repoussant au même moment tout ce qui était création Ténèbres - mais il ne voulait pas, il ne devait pas prendre ce risque. Il avait plaqué un peu brusquement le visage de Dark Link contre son épaule, ses bras entourant sa tête, l'entraînant dans une accolade qui aurait pu passer pour comique si la situation n'était pas aussi tendue... Mais c'était désormais le dernier des soucis de Lully, à présent.
Il ne se préoccupa même pas du fait qu'il étouffait peut-être son compagnon en effectuant une telle pression sur lui.


*Je ne laisserai pas l'Ombre s'effacer !*

La pensée lui parvint avec une fougue qui ne lui était pas propre et, quelque part, quelque chose s'anima en lui. Il ne savait pas quoi, d'accord, mais cela n'était pas important... Cette chose hurlait dans son âme et, plus que la lumière qui était brusquement apparue de nulle part, elle enveloppa son coeur dans une puissante volonté de pouvoir faire quelque chose pour une autre personne que soi. Peut-être que son acte avait été stupide, inutile, et aussi risible que possible, mais il avait eu au moins l'audace d'essayer. La main tremblante, il sortit son arme et le glace froid contre sa paume le rassura un peu... Sans vraiment le vouloir - mais sans vraiment s'en empêcher non plus - il poussa un soupir de soulagement.
La réminiscence avait entièrement disparu.


Kisame


Inventaire

(vide)

Continuant sa charge vers le prince , Kisame fut stoppé par un couteau lancé sur sa tunique de Hibi . Kisame regarda son aggresseur , un Stalfos . Et bien , c'était qui lui ?

"Dun a encore un peu de temps à vivre mais ce ne sera peut-être pas ton cas. Conduit moi à Ganondorf et je te laisserais assouvir ta vengeance contre le prince."

"Mais dit donc , c'est que ta confiance en toi mon gars muahahahaha"

Kisame posa sa lame sur son épaule , puis après quelques secondes de réfléxion il dit :

"Ouais je te remet maintenant , je me rappelle avoir vu quelque chose sur toi dans les rapports de notre organisation . Nero ta deja remit en place par le passé !"

Kisame eut un sourire sadique et décida enfin de répondre à la question du Stalfos

"Pour tout t'avouer mon pote , je sais pas où se trouve Ganondorf . Ce chère Ganondorf à demander l'aide de Hibi , et nous de notre coté , on a notre propre objectif , qui sais , il y a peut être des récèptacles ici ! Mais par contre , comprenez bien que je ne vais pas vous laissez aller plus loin , car l'oiseau que votre pote à tuer , bah c'est un oiseau d'un autre membre de Hibi , et je suis sûre qu'il est monter dans cette tour . Donc vous comprenez bien que je vais pas vous laissez déranger mon pote là haut ...Donc , pour conclure , votre destin est scéllé , et c'est la mort qui vous attend muahahahaha ."

Kisame frappa sur le sol avec son poing , qui se fissura de toute part , et provoqua une terrible secousse , il pointa son épée en direction de ces adversaires .

"Vous allez avoir du mal à m'abattre les gars , et il semblerait que le temps joue contre vous muahahahaha"


Dun Loireag Dragmire


Inventaire

(vide)

[Une soirée où je ne réponds pas et y a plus de 10 posts XD]

Dun montait les marches quatre à quatre, marchant, souillant ses chaussures de par le sang des soldats qui s'écoulait tout doucement le long des marches et témoignant du nombre de vies qui s'étaient terminées ce soir. Mais cela n'éveillait chez le jeune homme que la sombre pensée de devoir présenter ses condoléances à de trop nombreuses familles. Serrant fermement la torche qu'il avait en main, le jeune homme pressa le pas... Que de marches pour atteindre le haut d'une tour... Toutefois après avoir gravi l'escalier pendant de longues minutes, des ombres surgirent soudainement au détour d'un chemin! S'arrêtant brusquement dans son ascension, le jeune homme était déjà aux prises de l'une d'entre elles : celle-ci l'avait plaqué contre le mur en serrant ses serres inexistantes autour du cou de l’ex-Chancelier. Se débattant, ce dernier chercha à saisir ses armes sans succès tandis que l'étourdissement le gagnait déjà. Ses pieds ne touchèrent plus le sol, et c'est dans un sursaut de lucidité qu'il approcha au plus près sa torche du visage de la créature. Si son objectif premier avait été de la brûler au visage, il eut été loin de se douter que cela aurait autant d'effet. Car dès que la lumière s'approcha d'elle, l'ombre recula comme mue par une force invisible. Bien sûr, cela avait un revers... Car si toute ombre sur cette terre ne pouvait s'approcher de la lumière sans en être affectée, c'était cette même lueur qui les renforçait et les grandissait. Reculant de quelques pas, chancelantes, la créature était maintenant plus grande que ses semblables de deux têtes. Ainsi donc, il lui faudrait combattre le feu par le feu? Reprenant son souffle tout en fendant l'air à l'aide de sa torche afin de s'établir un périmètre de sécurité, le jeune Sorcier tenta de compter le nombre d'ennemis qu'il affronterait : 1... 2... 4... 8... 10?! Tombant de haut, Dun s’adossa au mur, seul véritable soutien lui permettant de se concentrer sur son champ de vision. L'éclat de la torche ne durerait pas, et ses adversaires gagnaient du terrain, maintenant grandies de deux fois leurs tailles. Ce n'était sûrement pas ses ridicules dagues qui pourraient l'aider à combattre! C’est ainsi qu’en se fendant la main, son regard s'assombrit car il n'avait pas utilisé son art depuis quelques temps déjà. Ce n'était pas qu'il l'avait désiré, mais son corps n'avait pu en supporter d'avantage au risque d'en attenter à sa vie, cette même vie qui était aujourd'hui en danger. Son fluide vital se mélangeant à celui des soldats lâchement tués par Ganondorf, leurs pensées en firent de même en s'écoulant dans son esprit. Sur le moment, le jeune homme s'en rendit compte mais n'offrit aucune résistance. Loin d'être désagréable, une certaine jouissance l'habitait tandis qu'il recueillait involontairement les dernières pensées des soldats morts au combat.
L'un n'était habité que la peur, tandis que la lame du Seigneur du malin tranchait sa gorge, sentant le contact froid du métal et du sang chaud de son être. Un autre modérait son effroi en prenant exemple sur son supérieur, et toute sa vie de soldat était en admiration devant ce vétéran qui aurait tout donné pour sa souveraine. Un lieutenant plus jeunôt que tout autre avait quant à lui décidé de quitter l'armée, devant prochainement se marier avec l'amour de sa vie, une certaine Marie Snowella. Pauvre petit! Plus jeune encore que le Prince, il aurait goûté au bonheur d'une vie paisible si cette attaque avait eu lieu une semaine plus tard! Petit à petit, les sentiments divergents de ses compatriotes se déversaient en lui. Bonheur, Espoir, Vengeance, Désillusion, Crainte, Admiration, Vengeance, Désespoir, Vengeance, Lâcheté, Courage, Ressentiment, Vengeance, Amour, Vengeance, Amitié, Vengeance, Tristesse, Vengeance, Regret, Vengeance, Vengeance, Vengeance, Vengeance.
Vengeance.

Tel était le sentiment qui revenait le plus souvent, qui le submergeait tandis qu'il devenait le réceptacle de leur soif de revanche. S'accrochant à son identité propre, tout ce sang chargé d'émotions s'accumula et se cristallisèrent en une lance que le Prince tenait d’une main, les yeux chargés de violence sans haine. Se jeter au coeur de la bataille sous l'effet de la colère -même pour sa femme- ne lui servirait à rien, et c'est en lançant sa torche qu'il prit position face à ses adversaires. Se protéger? Cela ne servirait guère à des morts. Et lors de sa première attaque, Dun se rendit compte que ses gestes n'étaient pas guidés par lui seul, mais aussi par la volonté des soldats décédés en ces lieux. Délivrés de la peur qui les avait lié à cette chose qui leur était désormais inutile, la vie, ces derniers chargèrent comme jamais ils ne l'avaient fait de leur vivant. Bien sûr, la force du jeune Prince n'en fut pas augmentée d'un pouce et à peine avait-il le temps de transpercer une ombre de sa lance qu'une autre lui laminait déjà le bras. De leurs serres tranchantes, elles lui ouvraient des petites plaies sur le corps en versant de son propre sang sur le sol. Mais si la force de Dun ainsi que sa vitalité s'amenuisaient, les souvenirs et l'expérience de ces soldats guidait son propre combat. Ainsi lorsqu'une ombre tentait de l'attaquer par derrière, son bras se tordait et pointait de lui-même la lance vers ce dernier, au risque de briser l'articulation. L'ex-Chancelier se surprit même à entendre sortir de sa bouche :


"POUR HYRULE!"

Ce n'était pas ses propres mots, et il ne désirait les prononcer. Sauver ce pays corrompus?! Le laisser à Ganondorf ou aux nobles conspirateurs était impensable, mais la foi qui l'habitait ne doutait pas de la juste cause qu'ils clamaient. Imposant leurs pensées à leur propre Prince, ce dernier failli devenir fou tandis qu'il combattait toujours. Un... deux... trois... Trois créatures étaient déjà vaincues, mais Dun doutait qu'il puisse supporter ce rythme beaucoup plus longtemps. Et alors que les sept ombres restantes avaient pu l'immobiliser en l'étreignant de leurs bras ténébreux, un brusque choc les fit se renverser tous. Un gigantesque oiseau venait de pénétrer dans la tour en fracassant un vitrail au passage et pour finir par s'écraser sur le sol. Du chaos qui s'ensuivit, Dun n'en saisissait que quelques bribes dénuées de sens durant lesquelles les ombres le lâchèrent, visiblement aussi surprises que lui. Toutefois, c'est l'objet qui lui frôla la tête avant de se briser sur le crâne d'une créature proche de lui qui le ramena à la réalité, accompagné par le cri douloureux de cette dernière. Le faisant se retourner, le jeune Sorcier aperçu un homme de grande taille qui s'avançait l'arme à la main.
Par les Déesses, étaient-ils dans un hall d'entrée?! Respectant profondément les architectes du château qui avaient créé des escaliers pouvant laisser passer une douzaine de monstres, un oiseau géant, et un cadavre dégringolant; le jeune Prince ne pouvait que rester à distance de l'homme d'acier et des ombres.
L’allié qui était apparu sur l’oiseau semblait encore sonné, il ne pourrait donc pas compter sur lui. Mais lorsqu’à nouveau il s’apprêtait à plonger au combat, une autre personne apparu, armée d’une épée plus que disproportionnée par rapport à sa taille. Celle-ci semblait décidée à le trancher en deux, mais Dun ne broncha pas. S’il bougeait pour esquiver son attaque, c’eut été les monstres –en très grand surnombre- qui se seraient occupés de lui. Pourtant alors qu’il réfléchissait, il sentit une présence familière apparaître derrière lui ; et sans même se retourner, il s’élança contre les créatures. Nul besoin de s’occuper de cet homme requin, le Second –comme indiqué par le nombre présent au dessus de sa tête était intervenu.

__________

D’interminables secondes s’écoulèrent tandis que le combat faisait rage entre les opposants, combat dans lequel Dun égalait tout juste en terme d’esquive et de contre. Mais alors qu’une seule ombre était sur le point de tomber, une gigantesque lueur émana soudainement des murs du château. Vive certes, mais éphémère. Et alors qu’il voulu se couvrir les yeux en hurlant de douleurs tout comme les hommes en lui, elle cessa brusquement pour finir par se radoucir. Ouvrant difficilement les yeux, le jeune Prince constata qu’il n’avait pas été le seul à être aveuglé, mais plus difficile à croire encore, les ombres avaient disparu ! Il ne comprenait pas ce miracle, si cela en avait été un, mais la chaleur qui émanait de la lance lui en disait long sur l’effet de cette magie. La vengeance avait quitté l’esprit des soldats, et seule restait maintenant l’immense fidélité qu’ils éprouvaient à l’encontre de leur Princesse… Etait-elle la responsable de ce sort ? A l’image d’un cœur qui se réchauffe à la réminiscence de bons souvenirs, des gouttelettes de sang dégoulinèrent sur la main du jeune Prince en fondant. Toutefois quelque chose restait en contact avec sa paume, et tandis qu’il jetait un regard éperdu sur ce qui restait de son arme, celle-ci n’était maintenant plus déformée par la colère ou la tristesse. Les visages criants et pleurants avaient laissé place à des expressions durs, mais déterminées ; l’équipement en lui-même était considérablement réduit, puisqu’il n’était maintenant plus que de la taille d’une épée. Pourtant, sa mesure était compensée avantageusement par sa constitution, puisqu’il s’agissait maintenant de fer. Une Volonté d’Acier, que demander de plus ?
Le jeune homme n’entendit pas les grands bruits d’armures dégringolant dans l’écho qui se faisait entendre dans l’escalier ; pas plus que les cris de joie des soldats qui commençaient à se réorganiser afin de se défendre plus efficacement de la prochaine vague. Non, seul comptait le combat maintenant, puisqu’on les avait aidé.


« Tu sens toujours autant, homme poisson. »

Était-ce le courage des soldats qui l’influençait ? Toujours est-il qu’il avait sorti cette plaisanterie alors qu’il poussait violemment le géant vers Kisame. S’il était d’acier, cela lui serait sûrement douloureux de recevoir son allié au visage, mais il était possible que le monstre ait plus de muscles que prévus pour pouvoir se rééquilibrer. C’est en se mettant alors en position de combat que Kisame frappa la terre de son poing, pensant les déstabiliser sans doute. Mais peu importe le temps qu’il leur restait, s’ils ne pouvaient le vaincre ils mourraient de toute façon ! Combattre aux côtés de Nasimka était comme se battre aux côtés de la mort elle-même, il n'aimait pas forcément cela tout comme le squelette préfèrerait se battre seul. Espérant que la personne à laquelle il pensait comprendrait la manœuvre, le jeune Prince s’élança vers Kisame dans l’intention de percuter son arme : Une épée bandée, voilà une cible intéressante à attaquer !


Mes armures et statues maudite avaient était éliminer par le fragment du courage de la princesse... Il était claire qu'elle avait énormément appris depuis notre dernière rencontre. Il était claire aussi qu'à présent, la capturer serait plus dure...



La porte venait de céder sous mes assauts magique. Deux gardes se jetèrent alors sur moi, ultime rempart entre ma personne et la princesse, je laissa mes monstres se charger d'eux, tentants en vain de rétablir armure et statues.



Je vis mon dernier monstres encore en vie éliminer le dernier des deux gardes, cependant, il se trouvait à présent en piteux état: si les inconnu plus bas dans la tour éliminer les monstres, il n'y aurait plus que daidara et mon monstre affaibli pour s'opposer à eux.


Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Lliude


Inventaire

(vide)

Lliude tentait tant bien que mal de reprendre ses esprits. Soudain, il vit une forme massive se déplacer en direction de Dun, et une autre s'interposer entre son compagnon d'arme et ladite forme. Après quelques secondes, il distingua Nasimka ainsi que sa cible, un homme-requin qui détenait une épée immense et... bandée?!

*Elle doit servir plus à applatir et à briser qu'à trancher...*

"Dun a encore un peu de temps à vivre mais ce ne sera peut-être pas ton cas. Conduit moi à Ganondorf et je te laisserais assouvir ta vengeance contre le prince." déclara le stalfos.

L'hylien souria. Cela ressemblait bien à Nasimka. Tout les moyens étaient bons pour arriver à ses fins. Mais ce fut innutile car son interlocuteur ne connaissait pas la position du Seigneur du Malin. Kisame répondit alors:

"Pour tout t'avouer mon pote , je sais pas où se trouve Ganondorf . Ce chère Ganondorf à demander l'aide de Hibi , et nous de notre coté , on a notre propre objectif , qui sais , il y a peut être des récèptacles ici ! Mais par contre , comprenez bien que je ne vais pas vous laissez aller plus loin , car l'oiseau que votre pote à tuer , bah c'est un oiseau d'un autre membre de Hibi , et je suis sûre qu'il est monter dans cette tour . Donc vous comprenez bien que je vais pas vous laissez déranger mon pote là haut ...Donc , pour conclure , votre destin est scéllé , et c'est la mort qui vous attend muahahahaha ."

L'oiseau qu'il avait tué appartenait à un membre de Hibi? Intéressant se dit Lliude, car ce serait sûrement son prochain adversaire. Soudain, un flash lumineux l'aveugla pendant quelques secondes, son coeur n'étant pas assez pûr pour pouvoir voir dans cet amas lumineux. Mais est-ce qu'un coeur totalement pur existait vraiment? Après avoir repris l'usage de ses yeux, il vit que Dun avait chargé son adversaire et... se battait avec Nasimka?! Dun n'aimait guère se battre en équipe, tout comme son équipier fait d'os, car cela l'entravait dans ses mouvements. Mais en restant à se battre avec Kisame, Lliude pouvait quant à lui gravir les marches de la tour sans se faire remarquer.
Alors qu'il grimpait silencieusement les marches de la tour afin de ne pas se faire remarquer par le membre de l'Hibi inconnu et de Ganondorf, un bruit d'explosion retentit, puis des sons de batailles. Le jeune homme accéléra la cadence puis arriva sur les lieux du drame. Il vit Ganondorf, sa lame en sang, des corps lacérés à ses pieds, ainsi qu'un monstre en piteux état et ce qui devait être le membre de l'Hibi. Tous s'approchaient de la princesse.


"Duo Secare" Mumurmura le guerrier.

Soudain la faux qui était accrochée à son dos se transforma en double lame. Il était prêt à se battre, mais une étrange sensation lui parcourait l'échine. Il tremblait. De peur. D'exitation. D'exaltation même. Même s'il avait de grande chances de perdre, il fallait qu'il se batte au moins pour gagner du temps. Et l'idée du combat dantesque qu'il allait mener le faisait sourire.
Sur ce il fondit sur le premier monstre qui en se retournant tenta une contre attaque. Lliude n'abatti pas sa lame et esquiva, passant alors derrière sa cible. Il lui plaça un coup de pied dans le dos qui l'envoya dans les escaliers. Le métamorphe sorti également deux couteaux qu'il envoya respectivement a Ganondorf et à Daidara.


"On ne touche pas aux femmes dans ce chateau..."

Il afficha son plus beau sourire carnassier et rajouta en pointant son arme vers Daidara:

"Ne t'interpose pas, je demande juste un duel avec le Seigneur du Malin... Je n'en aurais plus l'occasion s'il prend le pouvoir et je veux au moins une fois défier le plus grand combattant de tout les temps..."

Il espérait ainsi flatter l'égo du sorcier... Qui ne tente rien n'a rien après tout... Puis il pointa son arme sur Ganondorf et dit:

"J'espère que vous me laisserez cet honneur... Et il y aura une récompense à la clé... Mon âme."

Lliude partait du principe que de toute façon, s'il perdait, il perdrait la vie tout simplement et son âme se libérerait de son enveloppe charnelle.
Et a vrai dire, il ne se faisait pas trop d'illusion sur la réponse de son adversaire, car après tout, sa manoeuvre consistait surtout à occuper assez de temps le Seigneur du Malin pour retarder son entreprise.


J'esquivai facilement le couteau... Le défis de l'inconnu me fis rire silencieusement: me croyait-il assez stupide pour perdre mon temps à affronter la vermine? J'avais commis cette erreur une fois et cela m'avais coûté l'objet que je convoitais: il était hors de question que je recommence.
Mon monstre, bien trop affaiblit par ses précédent combat n'avait pas survécu à sa chute dans l'escalier et aucun autre monstre ne semblait suffisamment proche pour rejoindre la tour où nous nous trouvions à temps.
Je n'aimais pas ça, mais j'allais devoir compter sur le membre d'hibi...
D'un geste de la main, je créa une barrière énergétique dans la pièce: personne ne pourrait y entrer.


"Il semble que ce soit un deux contre deux, lançais-je ironiquement, daidara, charge toi de ce vantard, moi, je m'occupe de la princesse."


Je concentra tout mes pouvoirs pour bloquer ceux de la princesse et sortis mon épée:

"A nous deux, votre altesse."

Ce compte est un compte narrateur : les personnages joués par le narrateur ne peuvent pas être utilisés par les joueurs ou joueuses dans leur post (sauf autorisation d'un admin) et les jets de dé du narrateur sont contraignants.



Angelus


Inventaire

(vide)

Et bien tout se passa très vite , tout d'abord , un lumière éclatante parcourut le château , ce qui eut pour effet de tuer pas mal de monstre ! puis enfin , Ganondorf réussit à ouvrir cette fichu porte . Enfin , ils avaient put atteindre la princesse ! Mais avant même qu'une discusion eut put commencer entre Ganondorf , la princesse et Daidara , un autre gars arriva . Un garçon au cheveux noir , portant une faux comme arme . D'ailleur , le gars leur lança un couteau chacun , Daidara l'esquiva avec facilité .

"Ne t'interpose pas, je demande juste un duel avec le Seigneur du Malin... Je n'en aurais plus l'occasion s'il prend le pouvoir et je veux au moins une fois défier le plus grand combattant de tout les temps..."

Et bien il avait confiance en ces moyens le jeune ! Mais Ganondorf n'avait pas de temps à perdre .

"Il semble que ce soit un deux contre deux, lançais-je ironiquement, daidara, charge toi de ce vantard, moi, je m'occupe de la princesse."

"Dis sa ressemble à un ordre ça ... Oublie pas un truc Ganondorf , tu n'es pas mon supérieur , et je combat si j'en ai envie .

Il soupira

"De toute façon je vais être obliger de le combattre je pense ... Par contre Ganondorf sache que si je suis venu ici c'est parce que j'ai aussi un objectif . Demande lui ou se sont réfugié les nobles , j'ai une vengeance à accomplir ! Tu devrais pouvoir lui faire cracher le morceau j'espère !

Daidara se tourna vers son adversaire maintenant , l'observant avec son sharingan .

"Sa m'enchante pas vraiment , mais je vais être ton adversaire mon gars !

Sur ces mots , Daidara avec sa faux à trois rangées de lames chargea son adversaire pour lui asséner de puissants coups .


Nasimka


Inventaire

(vide)

Selon toute vraisemblance, Kisame ne connaissait pas où se trouvait Ganondorf ou ne souhaitait pas y conduire Nasimka. Néanmoins, il ne fallait pas être devin pour imaginer que le seigneur du malin se trouvait au sommet de la tour, la plus haute du château. Zelda ne l'avait pas choisi au hasard.
Pratiquement sûr de son intuition et ne considérant finalement pas comme indispensable l'aide de Kisame, le Stalfos s'apprêta à continuer sa route et à laisser le membre de Hibi en tête à tête avec Dun lorsqu'une phrase prononcée l'arrêta net.


" [...] Je me rappelle avoir vu quelque chose sur toi dans les rapports de notre organisation . Nero t'a déjà remit en place par le passé !"

En effet, bien que le guerrier squelette n'avait pas un souvenir intact de sa supposée rencontre avec Nero, il se devait de laver cet affront si défaite il y avait eu de sa part. Aussi, il comptait bien faire payer Kisame pour son impertinence! Après tout, cet affrontement pourrait lui servir de mise en jambes avant Ganondorf... Car Nasimka ne pouvait douter de sa victoire! Telle était la mentalité d'un Stalfos, guerrier à l'âme damnée, arraché au repos éternel et ne connaissant pas la peur et nul autre sentiment d'ailleurs.
Dégainant son arme, Nasimka répondit à son adversaire férocement.


"Guerrier de Hibi, je possède un avantage sur toi... Je n'ai pas peur de mourir car je le suis déjà! Nyarknyark!
Perdre du temps à t'étriper et te vider comme l'homme poisson que tu es ne me gêne pas. Je crache sur Hyrule et sur son sort. Peu m'importe la mort de Zelda ce soir, seul Dun serait en peine. Ganondorf uniquement m'intéresse...
Je l'affronterais dans un monde de ténèbres ou de lumière mais je l'affronterais pour venger ma race!"


Pendant que Lliude avait profité du petit aparté pour continuer à monter les marches de l'imposant escalier, Dun paraissait prêt à combattre aux côtés de Nasimka. C'est du moins ce que celui-ci comprit lorsque le prince se précipita vers Kisame et heurta son épée bandée.
Profitant de l'occasion, le squelette bondit avec une vitesse ahurissante. En effet, quelle joie de ne plus sentir sur soi ces muscles, ces organes et cette chair inutile qui ralentissaient les mouvements du corps plus qu'autre chose! Nasimka se déplaçait avec légèreté et grâce. Lorsqu'il combattait, on aurait dit qu'il était au centre d'une représentation, l'acteur principale d'une danse... mortelle.

Ainsi, la diversion permit au squelette de brandir son épée et d'en appuyer la lame froide et poisseuse contre la gorge du membre de Hibi. Au moindre geste brusque de sa part, il risquait la mort.


"Tu es fait, je te conseille de lâcher ton épée au sol et de ne rien tenter!"


Lliude


Inventaire

(vide)

[HRP:Le gamin, le jeune... Lliude il a 22 ans, ce qui est plus vieux que 60% du forum au moins >< *sors xD*]

Ses deux adversaires esquivèrent facilement ses couteaux. A vrai dire, il ne comptait pas vraiment là dessus, ses projectiles servant à atirer leur attention dans ce cas précis. Comme toute réponse à son défi, Ganondorf répondit:

"Il semble que ce soit un deux contre deux, Daidara, charge toi de ce vantard, moi, je m'occupe de la princesse."

Cette remarque le fit sourire, car il était vrai qu'il n'y était pas allé très finement. Et deux contre deux, c'était vite dit. L'hylien ne doutait pas des pouvoirs magique de la princesse, mais dans le cas présent, il fallait plus que des pouvoirs magiques pour arrêter un Sorcier des Ténèbres disposant d'une lame aussi imposante que sa personne... Surtout après l'effort de Zelda pour se charger de défaire les monstres invoqués du château.
Le fait que le Seigneur du Malin fit apparraître un bouclier magique les laissant seul le faisait nettement moins rire. Car il espérait surtout que Dun et Nasimka eurent vite fait de vaincre Kisame pour qu'ils puissent le rejoindre.


"Dis ça ressemble à un ordre ça ... Oublie pas un truc Ganondorf , tu n'es pas mon supérieur , et je combat si j'en ai envie . De toute façon je vais être obligé de le combattre je pense ... Par contre Ganondorf sache que si je suis venu ici c'est parce que j'ai aussi un objectif . Demande lui ou se sont réfugié les nobles , j'ai une vengeance à accomplir ! Tu devrais pouvoir lui faire cracher le morceau j'espère ! "

Cette phrase laissa Lliude perplexe... Il pensait que l'Hibi avait des motivations qui se rapprochaient de celles de Ganondorf et il n'en était rien. L'un voulait les "réceptacles" présent au chateau, l'autre tuer la noblesse au sens propre du terme... Il était vrai que Ganondorf était un allié de choix dans cette quête, mais s'allier avec lui n'était pas s'allier à une mort certaine à long terme? Car quels garanties avaient-il sur leur sort? Si le Seigneur du Malin arrivait à mettre la main sur les trois fragment de Triforce, il deviendrait réellement le sorcier le plus puissant qui soit. Et rien ne l'empècherait de tuer ses propres alliés pour ne plus avoir de problèmes s'ils réclament trop de choses par la suite.

"Ca m'enchante pas vraiment , mais je vais être ton adversaire mon gars !"

"A vrai dire, j'aurais préféré qu'on se batte dans d'autres circonstances..."

Lliude n'aimait guère les nobles. Pas au point de vouloir leur mort, mais juste assez pour penser qu'ils n'étaient qu'un ramassis de vieillards séniles qui ne savaient pas gouverner. Mais dans le cas présent, il préférait les vieillards au sorcier.
Quand Daidara chargea, Lliude serra sa double lame et s'élança. Le premier échange se solda par une confrontation lame contre lame. Les deux adversaires exerçait leur force sur leurs armes respectives pour faire chanceler l'autre
.

"Il t'as donné quelles garanties pour que tu le suives comme un mouton?"

Le guerrier profita de cette échange pour pouvoir glisser quelques mots. Malgré tout, il gardait un oeil sur le combat entre la princesse et Ganondorf, afin d'intervenir au cas où. Au fond, cette situation était assez ironique. Il agissait pour le bien du royaume, alors qu'il voulait défaire les nobles au pouvoir. Mais il savait qu'au fond de lui, ce n'était pas qu'une simple guerre entre le Bien et le Mal. A vrai dire, cette conception machinéenne de cette bataille le répugnait et était bien trop décalée par rapport a la réalité. C'était une quête du pouvoir infini, de la puissance... Et de la terreur. Si Ganondorf gagnait, ce serait bien pire que la situation actuelle... Et un régime bien plus difficile a renverser.
Lliude se décala légèrement sur le côté et poussa sur son arme. Celle de son adversaire fendit l'air et ne rencontra que le sol, déviée par l'arme qu'elle avait rencontré auparavant. Mais au lieu de refrapper par la suite, l'hylien se recula afin de mettre de l'espace entre Daidara et lui. L'objectif n'étais pas de l'attaquer au contraire, mais de connaître ses motivations, et pourquoi pas de les retourner. Et puis l'attaquer l'aurait explosé a une contre attaque qui aurait pu le blesser. La faux était une arme lente mais propice aux attaques circulaires visant à couper les jambes dans le cas précis.


"S'il met la main sur la Triforce de la Princesse, il sera assez puissant pour prendre le contrôle du château, tuer les nobles et changer Hyrule... Et il n'aura plus besoin de vous. La dette n'existe pas pour une personne dénuée du sens de l'honneur! A long terme, s'allier à lui est du suicide..."

Après avoir fini sa phrase, il lança une deuxième charge afin de s'approcher de son adversaire. Quand il croisa de nouveau le fer, il s'écria:

"Nous partageons les mêmes objectifs contrairement à Ganondorf, même si nos méthodes diffèrent. Alors, quelles garanties?"


Kisame


Inventaire

(vide)

Une nouvelle fois , Dun le provoqua , ce qui eut le don d'irriter Kisame .

"Guerrier de Hibi, je possède un avantage sur toi... Je n'ai pas peur de mourir car je le suis déjà! Nyarknyark!
Perdre du temps à t'étriper et te vider comme l'homme poisson que tu es ne me gêne pas. Je crache sur Hyrule et sur son sort. Peu m'importe la mort de Zelda ce soir, seul Dun serait en peine. Ganondorf uniquement m'intéresse...
Je l'affronterais dans un monde de ténèbres ou de lumière mais je l'affronterais pour venger ma race!"


"Ah ouais ? bah alors si t'est deja mort , laisse moi te faire une fleur , une fois que je t'aurais réduit en charpie , je ferais construire une tombe pour toi , et t'ira là ou les morts doivents aller , au cimetière muahahahahaha ."

Dun le chargea , et frappa la lame de Kisame , se qui eut pour effet , de faire trembler légèrement sa lame , nan mais , si Dun comptait l'avoir avec sa force ridicule , il avait pas gagner ! Mais en faîte , ce coup n'était qu'une diversion pour que Nasimka charge avec rapidité , et avant même qu'il s'en rendent compte , Kisame avait la lame froide du squellette sur le cou .

"Tu es fait, je te conseille de lâcher ton épée au sol et de ne rien tenter!"

"Dis donc tu me sous estime beaucoup !"

Sur ces mots , le Kisame que tenait Nasimka se transforma en une flaque d'eau , depuis le début , Dun et le Stalfos parlait à un clone d'eau . Le vrai Kisame était cacher dans l'ombre , on entendit juste sa voix grave dire :

"Le brouillard sanglant ."

Soudain un épais brouillard formé par la magie de Kisame fut crée dans le château . Kisame créa une nouvelle fois deux clones d'eau , il en envoya un contre Dun et un contre Nasimka . Le vrai Kisame décida de se montrer , et d'éliminer le Stalfos en premier . Les clones qu'il avait envoyé n'était qu'une diversion , et le brouillard empéchait ses adversaires de le voir , le vrai Kisame fonça vers Nasimka , et il fit un saut terrible pour lui porter un coup d'épée sur le crâne . Peut être que le squellette n'avait pas peur de la mort , mais les os , c'était fragile , et vu la force surhumaine de Kisame , même en parant , le Stalfos allait se souvenir de ce coup !


1  2  3